Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Articles avec #numerique

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en Mai

1 Mai 2014, 10:02am

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en Mai

 Malgré les nombreux ponts de Mai (ou grâce à eux), l'activité ne flanche pas dans les domaines de la médiation des patrimoines et du tourisme culturel, accessibles si possible, innovants souvent...

 

  • Museomix, ce sont des équipes de scénographes, artistes, médiateurs culturels, conservateurs ou autres créateurs de contenus et d'outils de culture qui investissent pendant trois jours les musées. Après le dépôt des projets, on connaîtra le 2 mai la liste des lieux qui seront museomixés entre les 7 et 11 novembre 2014.

 

  • Les métiers du patrimoine en France, c'est le thème d'un colloque organisé les 12 et 14 mai 2014 aux Archives nationales, site Pierrefitte

 

  • Un autre colloque, dans le cadre du 82e congrès de l'ACFAS (association francophone pour le savoir) Développement local et patrimoine mondial : attirer les touristes ou intégrer les habitants ? C'est le 13 mai à l'université Concordia de Montréal.

 

  • Des ateliers sur les outils numériques au service de l'interprétation des sites et territoires patrimoniaux, les 15 et 16 mai à Bibracte – Mont Beuvray, en Bourgogne.

 

  • Du 15 au 28 mai pour les parisiens passionnés de culture et de numérique, les ateliers silicon valois, un espace de travail éphémère de rencontre entre la culture et l’univers digital.

 

  • Pour tous, le 17 mai, c'est la nuit européenne des musées. Dixième édition pour ce grand moment nocturne qui permet l'accès gratuit à des musées et lieux de culture. Ces derniers s'animent souvent pour l'occasion de concerts, spectacles, performances artistiques, visites spéciales, etc.

 

  • Du 21 au 25 mai, la fête de la nature en France est l'occasion d'explorer de plus près le riche patrimoine naturel de notre pays, en particulier cette année, les plantes sauvages. Balades commentées, parcours sensoriels, ateliers de cuisine, séances d'observation, land art ou fabrication d'instruments de musique, les plantes sauvages vont vous étonner !

 

  • Créée en Septembre 2013, l'Association Francophone de Management du Tourisme (AFMAT) veut réunir les chercheurs en management du tourisme, les entreprises et les institutions du secteur. L'association consacre sa première journée de recherche à la question des enjeux de la recherche en management du tourisme le 21 mai à Aix-en-Provence.

 

  • Quant à l'Association Tourisme, Recherche et Enseignement Supérieur, (ASTRES) elle consacre son 4e colloque au tourisme hors des sentiers battus : coulisses, interstices et nouveaux territoires touristiques du 21 au 23 mai.

 

 

A consulter aussi :

les ateliers du CLIC (Club Innovation et Culture)

les journées de formation de l'OCIM (office de coopération et d'information muséales)

Voir les commentaires

À propos du son dans les expositions

28 Avril 2014, 15:44pm

Publié par véronique muzeau

À propos du son dans les expositions

Certains pensent que la négation « ne... guère » vient de l'expression « on n'entend guerre »... Quoi qu'il en soit, l'Historial de la Grande Guerre de Péronne dans la Somme a choisi le son comme thème central de son exposition temporaire actuelle.

Entendre la guerre propose, d'une part, de rendre compte du vacarme qui accompagnait le quotidien des soldats, et par contraste, de ses moments de silence. Mais l'exposition s'intéresse d'autre part à la musique qu'on pratiquait sur le front ou au-delà en ce début du XXe siècle.

Chants de combattants, musiques militaires ou très précieuses archives sonores d'époque (témoignages, discours, voire captations de bruits comme ceux des moteurs des premiers avions) se mêlent aux airs de jazz, tout juste entré en Europe, ou aux compositions musicales inspirées par la guerre.

 

Le son, objet, puis sujet d'exposition

 

Comme objet d'exposition, support de témoignages ou de culture, le son entre désormais fréquemment dans les musées et sites culturels. Les outils numériques, la diversification des sources documentaires, la nécessaire accessibilité aux publics déficients visuels, donnent au son une occasion unique d'être enfin considéré pour ce qu'il apporte :

  • Accompagnement : quand il y a quelque chose à voir, le son ne détourne pas l'attention du visiteur

 

  • Complément : parce que son « langage » est différent de l'écrit ou de l'image, le son permet de formuler autrement un message et d'apporter aussi un supplément de sens.

 

  • Immersion : ambiances sonores, voix ou langues, contes, chants et musiques, ces patrimoines oraux passent d'abord par nos oreilles.

 

  • Déclenchement de l'imagination : le son seul laisse l'esprit suffisamment libre pour permettre aux références personnelles et à l'histoire du visiteur de participer à son expérience de visite.

     

Pour installer le visiteur dans une écoute agréable et profitable, les scénographes font preuve d'ingéniosité et proposent des dispositifs d'écoute à la fois ludiques et chargés de sens.

Et il arrive ainsi que le son soit élevé au rang de sujet d'exposition, comme c'est le cas dans « Entendre la guerre ». Un bel exploit dans une civilisation largement dominée par l'image.

 

Voir les commentaires

Museomix, bientôt la remise des dossiers

15 Avril 2014, 07:42am

Publié par véronique muzeau

Museomix, bientôt la remise des dossiers

#Museomix est une manifestation internationale qui consiste à faire investir les musées et lieux de culture par quelques commandos de médiateurs-scénographes-artistes-geeks-bricoleurs.

Pendant 3 jours ou plus, les équipes s'emparent des lieux et les transforment au gré de leur imagination et des outils qu'ils veulent faire tester. Car les lieux restent ouverts pendant Museomix et le public est invité à participer bien sûr, c'est tout l'intérêt de cette opération d'expérimentation muséographique grandeur nature !

 

Pas de panique amis Museomixeurs !

 

Même si le site internet indique toujours le 15 avril 2014 comme date limite de réception des dossiers pour participer, le compte Twitter indique bien le report au 23 avril.

Ensuite,

  • le 2 mai, on connait la site des lieux qui seront museomixés en novembre (du 7 au 11)
  • le 9 juin, on lance un appel aux muséomixeurs
  • le 15 juillet, on sélectionne les muséomixeurs
  • les 7, 8 et 9 novembre (voire jusqu'au 11), on museomixe !

Voir les commentaires

Avril en médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible

1 Avril 2014, 08:22am

Publié par véronique muzeau

Avril en médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible

Voici quelques rendez-vous qui regardent les professionnels ou le grand public, en matière de tourisme culturel, de patrimoine, de médiation culturelle et scientifique et d'accessibilité.

 

  • Chers voisins, curieux des pays lointains, vous avez Rendez-vous en France ces 1er et 2 avril, du nom du salon international de l’offre touristique française. Cette 9e édition a lieu à Clermont-Ferrand.

 

  • Le mois d'avril commence en fanfare pour tous les amoureux du patrimoine avec ce colloque du GMH (Groupement français des entreprises de restauration de #monuments historiques) le 2 avril à Paris ou comment la technologie est au service de la sauvegarde du patrimoine ancien.

 

 

  • Pour tout public, un patrimoine bien vivant, les savoir-faire des très nombreux artisans d'art qui oeuvrent partout en France. Les journées européennes des métiers d'art ont lieu les 4, 5 et 6 avril.

 

  • Pour ceux qui aiment parcourir la nature au rythme de la marche, pour les amateurs de randonnées découvertes, le salon RandoRêva, est un nouveau rendez-vous du printemps à Lille. Tourisme culturel et exploration naturaliste y ont leur place. Plus de 10 000 visiteurs attendus du 4 au 6 avril.

 

  • Avenir de la culture, avenir de l'Europe, c'est le sujet du Forum de Chaillot les 4 et 5 avril. Il sera beaucoup question de numérique.

 

  • Deux journées de mobilisation pour un tourisme accessible. L'Association Tourisme et Handicaps organise ses « journées nationales » : des portes-ouvertes et des actions partout en France les 5 et 6 avril. Il s'agit de promouvoir le label Tourisme et Handicaps auprès des professionnels et des clients.

 

  • Et justement, deux visites à signaler pour les personnes déficientes visuelles le 5 avril.

-L'une à la forteresse gallo-romaine de Jublains en Mayenne.

Visite tactile, chien-guide autorisé dans l’enceinte, et les personnes voyantes auront les yeux bandés. Renseignements au Musée archéologique départemental.

-Le même jour, le musée des Beaux-Arts de Caen propose une visite descriptive de l'exposition temporaire "Parcours croisés", on pourra toucher certaines sculptures d’Alain Kirili.

D'autres visites descriptives ou tactiles sont répertoriées sur le site de Yanous.

 

  • Diffuser l'Histoire par le canal numérique, c'est le thème de l'atelier proposé par le Labex le 10 avril. Il a pour thème : quels enjeux numériques pour les médiations scientifique et culturelle du passé ? Tous les renseignements pour s'inscrire.

 

  • L'e-tourisme au sens large a son rendez-vous annuel. De la promotion des musées via les réseaux sociaux aux voyagistes en ligne, en passant par les usages du big data ou l'expérience multi écran, toutes les tendances du tourisme numérique sont représentées à Next Tourisme le 10 avril à Paris.

 

  • Les rencontres professionnelles de la FEMS (fédération des écomusées et musées de société) lancent le débat : les musées du repli à l'ouverture, quelles représentations du monde ? Du 10 au 12 avril à Montluçon.

 

  • Pour les musées qui veulent participer à Museomix du 7 au 11 novembre 2014, la date limite de réception des projets c'est le 15 avril ! #Museomix, ce sont des commandos créatifs qui investissent un musée ou un lieu de culture pendant quelques jours, le temps de réinventer la médiation et la muséographie, à l'aide du numérique mais pas seulement.

 

A consulter aussi :

Voir les commentaires

Déficience visuelle : quelle accessibilité numérique ?

28 Mars 2014, 12:10pm

Publié par véronique muzeau

les écrans tactiles ne le sont pas... pour un aveugle

les écrans tactiles ne le sont pas... pour un aveugle

Lundi 31 mars a lieu le 8ème Forum européen de l'accessibilité numérique à la Cité des Sciences à Paris

Professionnels et représentants d' associations vont plancher sur le thème : "l'utilisateur handicapé au coeur de l'#accessibilité numérique".

 

Les nouvelles technologies ont certes bien amélioré le quotidien de nombreuses personnes handicapées mais elles représentent parfois une difficulté supplémentaire pour les usagers qui souffrent d'un handicap sensoriel, en particulier la déficience visuelle. Pour ce public, il est d'abord très important que les sites internet ou sites mobiles soient ergonomiques, simples à utiliser... ce qui profitera à tous les utilisateurs ! C'est le principe même de la conception universelle.

Ensuite, il faut proposer des outils supplémentaires qui rendent accessible le contenu des sites : l'audio en particulier et pas seulement des voix de synthèse !

Écoutez le témoignage de Bruno Quellec, responsable du service accessibilité de l'association Clair-Obscur, IPIDV (institut pour l'intégration des déficients visuels) nous parler de l'accessibilité numérique pour les non-voyants. Il est lui-même aveugle.

Voir les commentaires

Des tweets et des musées

19 Mars 2014, 12:25pm

Publié par véronique muzeau

Des tweets et des musées

La première semaine des musées sur Twitter a lieu du 24 au 30 mars ; signe des temps numériques et sociaux pour les musées ?

 

C'est assez peu, finalement. Ils ne sont que 12, de grands musées nationaux, du château de Versailles au Palais de la découverte, à lancer cette semaine des musées sur Twitter. Mais c'est une première et l'idée pourrait faire florès ces prochaines années. C'est en tout cas une consécration pour le réseau social au petit oiseau bleu et le signe que le web communautaire est désormais bel et bien un outil pour les musées et lieux de culture.

Communication, médiation et participation

  • Il s'agit d'utiliser Twitter comme instrument de communication : c'est déjà le cas, les organisateurs revendiquent son usage pour « amplifier leur rayonnement local et international ».

  • Mais cette semaine, Twitter sera aussi instrument de médiation puisque des contenus culturels exclusifs passeront par le réseau, chaque jour autour d'un thème différent.

  • Enfin, Twitter sera l'instrument de la participation des publics puisque les « followers » de cette semaine des musées seront invités à échanger leurs impressions et coups de cœur, entre eux ou avec les sites culturels.

Tant que vous y êtes, profitez-en pour suivre le compte Twitter d'Histoire de Son

Voir les commentaires

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

17 Février 2014, 11:25am

Publié par véronique muzeau

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

Un petit mot de JocondeLab le site internet que vient de lancer le ministère de la Culture et de la Communication pour rendre plus accessibles les ressources culturelles, en l'occurrence les œuvres d'art.

 

L'art pour de nouveaux publics

 

L'objectif est bien de toucher de nouveaux publics (les plus jeunes ?). Le multilinguisme du site permettra aussi d'élargir l'audience puisque les 300 000 notices illustrées sorties des catalogues des musées de France sont traduites en 14 langues (y compris quelques langues régionales).

 

La culture par de nouveaux publics

 

Mais qu'est ce qui rend JocondeLab si moderne par rapport au portail Joconde plus traditionnel ? Et bien, voilà les grands mots : web sémantique, web 3.0. Un web enfin organisé qui permet de relier entre eux les contenus dispersés sur internet et donc de les rendre plus visibles, et d'augmenter l'efficacité des recherches de l'internaute. Dans le cas de JocondeLab, il s'agit d'associer les notices « classiques » des œuvres et des artistes avec les données de l'encyclopédie en ligne wikipédia.

 

Le sacre de wikipédia et du collaboratif

 

Et c'est là qu'on en arrive au collaboratif : les visiteurs du site JocondeLab peuvent participer à une expérimentation d'enrichissement du contenu des notices. Bon, il ne s'agit encore que d'expérimentation... Mais c'est un signe : un jour, les professionnels de la culture et du patrimoine ne seront plus les seuls producteurs de contenu légitimes.

 

Rapprochement des professionnels et du public

 

En attendant que « la base » accède aux hautes sphères culturelles, envisageons un rapprochement du haut vers le bas que m'évoque l'intitulé de ce colloque : le conservateur du patrimoine, acteur de l'éducation artistique et culturelle. On l'oublie souvent, mais le conservateur est d'abord un super-médiateur. Bien sûr, c'est lui qui maîtrise le développement des outils de médiation de son établissement ou de sa ville d'art et d'histoire. Mais grâce aux technologies numériques, il peut aussi transmettre directement son savoir au public. Quoi de plus gratifiant qu'une visite guidée d'un musée par son conservateur, même si c'est par le biais d'une interview insérée dans un guide numérique ?

Sans oublier le dialogue direct que permettent les réseaux sociaux, grâce auxquels les conservateurs avisés sortent de la tour d'ivoire dans laquelle on les imagine trop souvent.

Voir les commentaires

Un salon pour toutes les radios

7 Février 2014, 10:31am

Publié par véronique muzeau

Un salon pour toutes les radios

Février est décidément le mois du son et de la radio :

alors que la semaine du son se termine,

alors que le festival Longueur d'ondes de Brest, plutôt centré sur la création sonore, commence lundi,

voici le salon de la radio, du 9 au 11 février 2014, à Paris.

 

Le salon a le mérite de s'adresser à toutes les catégories de la radio de A à E : associatives, privées indépendantes, réseaux musicaux, et généralistes. Le programme fait donc la part belle à la stratégie marketing et commerciale, à la technique et au matériel. Des domaines qui concernent la majorité des exposants du salon ; on notera au passage la part croissante du numérique : logiciels de diffusion, de gestion de programmes ou de montage, mais aussi logiciels de création d'applications mobiles ou plateformes de création de webradios.

C'est certain, en matière de fonctionnement comme d'usages, la radio vit une révolution. Il est loin le temps où on pouvait seulement suivre son émission favorite à heure fixe, dans sa salle de bain, sa cuisine, à la rigueur dans sa voiture. Aujourd'hui, chacun peut se fabriquer un programme sur mesure en téléchargeant les émissions et les écouter à tout moment en tout lieu sur son smartphone. Le terme de baladodiffusion résume assez bien la situation. Quant aux webradios, elles permettent une telle variété des offres qu'on se demande s'il n'y a pas finalement en ce monde une webradio par auditeur...

Plus de la moitié des ateliers et conférences proposés au salon de la radio touche de près au digital : stratégie internet, transmédia et radio, financement participatif d'une webradio, définition des programmes les plus adaptés aux smartphones, RNT (radio numérique terrestre)...

Il y a tout de même quelques rendez-vous consacrés à la réflexion sur les contenus : les réseaux sociaux comme source d'information, être journaliste, est-ce plus que deux minutes d'intervention ? Les règles et évolutions du métier de grand reporter radio, comment engager ses auditeurs.

 

 

Voir les commentaires

Quoi de neuf au SIMESITEM pour les musées et leurs fournisseurs ?

27 Janvier 2014, 16:47pm

Publié par véronique muzeau

Quoi de neuf au SIMESITEM pour les musées et leurs fournisseurs ?

Au commencement, étaient les musées, isolés, et leurs fournisseurs, éparpillés. Puis vint MuseumExpert, une société qui eut l'idée de proposer aux musées de devenir à leur tour objets d'exposition. Dans un salon. Ce fut le SIME en 1988, Salon International des Musées et Expositions. En 1991, l'OCIM (office de coopération et d'information muséale) créait un salon pour les fournisseurs et prestataires, le SITEM, Salon International des Techniques Muséographiques. MuseumExpert en reprit la gestion et les deux rendez-vous fusionnèrent logiquement en 2007 sous le nom SIMESITEM qui rassemble aujourd'hui essentiellement les experts en « valorisation des lieux de culture ». L'édition 2014 du SIMESITEM a lieu du 28 au 31 janvier au Carrousel du Louvre.

 

Les spécialités pointues de la muséologie

 

La notion de fournisseur ou prestataire de musée s'est bien élargie depuis quelques années. Bien sûr, il y a toujours les fabricants de vitrines, éclairagistes, scénographes, modélistes ou éditeurs de catalogues d'exposition. Mais ce qui frappe désormais, c'est le nombre de spécialités muséologiques liées au numérique : des concepteurs de contenus, concurrents et collègues d'Histoire de Son, des développeurs d'applications muséales, des créateurs de dispositifs immersifs, 3 D, sensoriels, interactifs...

 

L'explosion du numérique et l'irruption de la communication

 

Autre spécialité en plein essor dans l'univers du service aux musées : la communication. Et le marketing. MuseumExpert s'est d'ailleurs associé à l’Adetem, l’Association des professionnels du marketing, pour présenter cette année en taille réelle une opération qui utilise technologies digitales et réseaux sociaux pour valoriser un musée.

 

Pourquoi ça marche

 

Le SIMESITEM est clairement un salon professionnel efficace qui attire d'ailleurs bien au delà des musées : les représentants des collectivités y sont de plus en plus nombreux.

  • Car c'est un salon réactif, soutenu toute l'année par un site internet qui relaie les actualités de la valorisation des lieux de culture. Le média IIIITablette permet aux annonceurs qui le souhaitent de cibler encore davantage leur communication. Le salon est ainsi virtuellement permanent. MuseumExpert propose par ailleurs des activités estivales et un avant-programme au salon : conférences et visites.

 

  • C'est un salon ouvert, à l'image de son site web. L'équipe du SIMESITEM fait en sorte d'intégrer chaque année au salon les nouveaux acteurs du secteur. La création de LaLigne ou encore du « bouillon de cultures numériques » témoignent du souci d'être accessible aux entreprises innovantes et émergentes. Le festival musées e(m)portables intègre finalement le grand public – en tout cas les visiteurs des musées ­- puisqu'il s'agit d'un concours de vidéos tournées au musée avec un smartphone.

 

  • C'est un salon enrichissant qui propose également des interventions de qualité : 6 conférences et plus d'une vingtaine d'ateliers en grande majorité sur les pratiques numériques des musées (serious games, marketing via les réseaux sociaux, narration transmédia, approche audiovisuelle interactive, réalité augmentée, valorisation des collections sur Internet, web sémantique, etc.)

 

Voir les commentaires

Le Val de Loire vu du train, l'application qui commente le paysage

16 Janvier 2014, 09:13am

Publié par véronique muzeau

Traverser un paysage et le comprendre grâce à cette application mobile

Traverser un paysage et le comprendre grâce à cette application mobile

Entre nomadisme culturel, mobilité intelligente et tourisme d'affaire, l'application mobile le Val de Loire vu du train est un exemple de ces nouvelles propositions culturelles typiques du numérique. La découverte d'un territoire, le Val de Loire, patrimoine mondial UNESCO, depuis un transport en commun, le Train Express Régional (TER).

 

Après avoir créé «Dans le sillage des voix d'Iroise », qui permet aux passagers des navires de la Penn ar Bed de découvrir la mer d'Iroise, Histoire de Son réalise les séquences audio de l'application Le Val de Loire vu du train, signée Mazedia.

 

Une découverte d'un patrimoine mondial de l'humanité

 

Lancée par Mission Val de Loire en partenariat avec la branche #Gares & Connexions de la SNCF, la première version test de l'application est sortie fin novembre. Disponible pour smartphones et tablettes Apple, elle sera bientôt accessible sous Androïd. Pour l'instant, elle couvre le trajet Tours-Saumur. Mais elle s'étendra ces prochaines années jusqu'à Orléans et Nantes.

 

Une lecture du paysage mobile et diversifiée

 

L'application alerte le passager du train quand le paysage traversé est commenté ; un géographe, un conservateur du patrimoine, un œnologue ou tout autre acteur du territoire explique alors en 2 à 3 minutes l'un des éléments du paysage : château, caractéristique ou usage de la Loire, agriculture, habitat, etc.

 

Le tourisme culturel en train grâce à son smartphone

 

L'application est donc à la fois un outil d'interprétation du territoire mais aussi un guide touristique culturel. Elle peut intéresser aussi bien le voyageur occasionnel que le passager quotidien du TER. Elle s'appuie essentiellement sur l'audio puisque son utilisateur est invité à regarder le paysage qu'il traverse, dans un sens ou dans l'autre.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5