Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Articles avec #numerique

#jourdefermeture, les coulisses des musées

11 Décembre 2014, 17:29pm

Publié par véronique muzeau

le hashtag #jourdefermeture sur Google+

le hashtag #jourdefermeture sur Google+

Que se passe-t-il quand les musées sont fermés ? Le mardi, pour les musées nationaux, le lundi pour presque tous les autres, les lieux sont-ils déserts faute de public ou ont-ils une autre vie ? Un coin du voile se lève grâce au hashtag #jourdefermeture lancé par hasard sur Twitter il y a deux ans.

 

Il est vrai qu'une porte close, c'est parfois frustrant, et comme les visiteurs interpellaient certains musées sur ce jour de fermeture via Twitter, les réponses de ces derniers sont devenues un hashtag et un nouveau moyen de valoriser le travail des équipes de conservation ou d'entretien, les bâtiments, les collections.

 

Un hashtag devenu outil de communication et médiation

 

La communauté des #museogeeks, #Muzeonum, qui rassemble tous ceux qui pensent que le numérique peut apporter beaucoup aux musées, a relayé l'initiative, notamment Sébastien Magro, chargé de projets nouveaux médias au musée du quai Branly, qui évoque même un dispositif de médiation en ligne.

Après tout, comprendre le fonctionnement d'un musée ou d'une institution culturelle c'est aussi s'instruire!

D'autres institutions comme les médiathèques, bibliothèques – ou pourquoi pas les préfectures - seraient bien inspirées de se mettre aussi à raconter leur vie en dehors des horaires d'accueil du public. Ne serait-ce que pour faire taire les mauvaises langues qui pensent qu'on y glandouille.

 

Valoriser les métiers du musée

 

Alors que se passe-t-il dans les musées quand leurs portes sont fermées? Et bien, ça bouillonne, ça fourmille, ça turbine! Formations anoxie ou sécurité incendie, accueil d'étudiants en médiation ou histoire de l'art, ou de collègues étrangers en voyage d'étude, accueil des prestataires et fournisseurs, soclage, déplacement ou entretien des œuvres, et même tournage de série télévisée...Toutes sortes de professionnels vont et viennent, leurs activités sont variées et intenses.

Quand on a baigné dans cette ambiance active du #jourdefermeture, on se dit que finalement, un jour c'est bien court...

 

Immersion sonore dans le Musée des Beaux-arts de Quimper, un mardi

 

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en décembre

30 Novembre 2014, 22:15pm

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en décembre

Mieux qu'un calendrier de l'avent, notre agenda des rendez-vous vous prouve que le monde de la médiation et du tourisme culturels et accessibles ne se laisse pas engourdir par le froid.

 

  • Depuis le 29 novembre et jusqu'au 7 décembre, c'est la Semaine de l'Accessibilité 2014 au musée du Quai Branly. Ateliers, visites spécifiques et dispositifs accessibles sont proposés gratuitement.

 

 

  • « Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ? », Journées d'étude, les 1er et 2 décembre à l'EHESS.

 

 

  • Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ? C'est ce que vont se demander les participants de la journée d'étude organisée le 2 décembre 2014 à la Bibliothèque Nationale de France.

 

  • Le 3 décembre 2014, comme chaque mercredi, l'école de la Panacée met la « médiation numérique en débat » et invite Gonzague Gauthier (Centre Pompidou) et Sébastien Magro (musée du Quai Branly) pour parler de ce que les tablettes tactiles ou les applications smartphone ont changé dans les musées, et en particulier cette fois dans les musées de société.

 

 

  • À la cité Chaillot, jeudi 4 décembre 2014, Pierre-Antoine Gatier vient parler des « monuments » du patrimoine mondial D’Abou Simbel (Egypte, 1966) à l’usine Van Nelle (Pays-Bas, 2014)
  • et le jeudi 18 décembre 2014 ce sera Thierry Lefebvre sur la question : Pour une conservation exemplaire de la nature  ?

 

  • Pour ceux qui s'intéressent à l'accessibilité aux déficients visuels, l'Association Valentin Haüy propose une nouvelle visite découverte de ses locaux parisiens et de ses services : musée, imprimerie braille et médiathèque, le 4 décembre. Réservation indispensable.

 

  • Comment les outils numériques mobiles inspirent-ils les artistes ? Un art spécifique destiné aux smartphones et tablettes est-il en train de voir le jour ? Réponses au colloque Art et Mobiles les 4 et 5 décembre 2014.

 

 

 

 

  • Jusqu'au 28 décembre 2014, la médiathèque Marguerite Duras expose pour la première fois une installation multi sensorielle accessible aux personnes déficientes visuelles dans son exposition "À table avec deux petites curieuses". L’installation se compose de deux tables conçues en lien avec un conte : Boucle d’Or et Alice au pays des merveilles. Des bibliothécaires vous accompagnent dans la découverte de ces tables le mercredi de 16h à 17h30 et le samedi de 16h à 18h.

Voir les commentaires

Un autre tourisme est possible

13 Novembre 2014, 16:36pm

Publié par véronique muzeau

Le tourisme réussi c'est d'abord l'expérience inoubliable

Le tourisme réussi c'est d'abord l'expérience inoubliable

Ce n'est pas au « premier pays touristique du monde » - la France - qu'on va donner des leçons de tourisme... Et pourtant si ! Le CESE, conseil économique social et environnemental préconise de « repenser le tourisme ». La proximité, la diversification des formes de tourisme et l'ancrage dans les territoires devraient être les axes du tourisme de demain.

 

Du tourisme de masse au tourisme durable

 

Le tourisme en France reste un tourisme « de masse », concentré sur un cinquième du territoire hexagonal alors que les 80% restants ont sans doute des atouts à faire valoir.

Concentré également dans le temps (de juillet à septembre), ce tourisme n'est guère durable : il génère surcharge, surpopulation et surconsommation sur une petite portion du territoire. Il exclut aussi une partie de la population française elle-même. D'où les maîtres-mots pour le nouveau tourisme que le CESE appelle de ses voeux : durable et social.

 

Spécificités et inventivité

 

Pour éparpiller les visiteurs et rendre les vacances plus accessibles, le Conseil préconise une offre plus diversifiée, plus innovante aussi. Les territoires ont des atouts variés, ils doivent pouvoir se distinguer les uns des autres pour étonner les vacanciers. Alors que le CESE souligne la multiplicité des acteurs du tourisme (le fameux « mille-feuille » des Offices, Syndicats, Pays, Agences), on s'étonne en effet que l'offre soit si standardisée. Il faut dire que ces nombreux acteurs collaborent encore assez mal, souligne le Conseil. La concurrence fait rage pour une petite part de gâteau, alors qu'il reste l'essentiel du gâteau à se partager... L'imagination ferait-elle défaut aux acteurs du tourisme ? Ou bien les bonnes idées circuleraient-elles peu ?

 

Proximité et participation

 

En tourisme aussi on peut promouvoir les circuits courts. Une distance moindre réduit les déplacements, donc leur coût et les pollutions qu'ils génèrent. Le temps de tourisme s'en trouve aussi allongé. C'est donc plus durable et plus social. Il ne reste plus au territoire qu'à séduire ses voisins, voire ses propres résidents. Et surtout à conquérir ceux parmi eux qui ne sont pas encore touristes !

Le CESE préconise donc un tourisme accessible à tous, mieux réparti, diversifié, plus proche de la nature et des habitants. Presque une révolution, mais on devrait pouvoir y arriver !

 

Et cette vision c'est bon pour le tourisme culturel.

Certes, le touriste durable appréciera le calme verdoyant d'une campagne hors des sentiers battus. Il s'éclatera physiquement dans des forêts sauvages ou sur des rivières méconnues. Certes, il goûtera certainement la gastronomie locale restée authentique, et il aimera dormir chez les gens du cru.

Mais gageons que le touriste durable aura aussi soif de découverte et donc de culture !

 

Élargissement du champ de la culture

 

Dans son article sur la participation des publics au musée, Sébastien Magro, expert en nouvelles muséographies, évoque nos 250 écomusées et musées de société. Il rappelle au passage que la notion de patrimoine ou d'objet de culture s'est bien élargie depuis les années 1970.

Au delà des oeuvres d'art ou des vestiges archéologie, tout (ou presque) peut être sujet d'étonnement, d'apprentissage et d'émotion : les communautés humaines, leurs pratiques, leur vécu, leurs souvenirs. L'ethnologie est passée par là. Et nous ajouterons le milieu naturel : faune, flore, géologie, géographie. L'écologie a bien poussé.

 

Les outils d'un tourisme accessible et disséminé

 

Les outils numériques permettent depuis quelques années (seulement) de concevoir une transmission et une découverte sans bâtiments, sans même un personnel d'accueil (c'est parfois regrettable) ; on crée ici des « musées promenades » en plein air, on propose là des parcours ou des itinéraires d'interprétation.

Nul besoin désormais d'avoir un arc de triomphe à l'entrée de la ville, ni de bâtir à grand frais un musée. Il suffit en somme de donner du sens à son territoire, quel qu'il soit.

Enfin, il suffit... La mise en valeur d'un patrimoine, son interprétation et sa mise en scène ne s'improvisent pas, bien sûr. La construction des outils numériques de visite est affaire de professionnels y compris leur contenu ! Et le « fait maison » n'est guère souhaitable pour résister à la concurrence des autres territoires. Adapter son discours aux différents médias numériques, interviewer des personnes ressources, connaître les ressorts de la médiation numérique, rendre cette médiation accessible à des visiteurs handicapés, voilà qui suppose un savoir-faire.

 

Mais si la mise en valeur des mille et un trésors culturels ou naturels de la France est réussie, nul doute qu'on pourra répartir les visiteurs dans l'espace et le temps. Nul doute qu'on aura aussi "créé" un supplément de tourisme en qualité et en quantité. Nul doute qu'on inventera un nouveau tourisme plus seulement limité au « bronzage idiot » sur quelques centimètres carrés de serviette.

De toute façon, aurons-nous le choix ?

Voir les commentaires

Collectivités : valoriser le patrimoine touristique de son territoire

9 Octobre 2014, 12:44pm

Publié par véronique muzeau

Quel patrimoine valoriser et avec quels outils ?

Quel patrimoine valoriser et avec quels outils ?

Les collectivités qui souhaitent valoriser leur patrimoine à des fins touristiques sont légion dans notre pays qui regorge de monuments, curiosités, vestiges du passé. Toutes ne savent pas forcément par quoi commencer.

 

Analyser son territoire

 

Le problème, c'est même parfois le « quoi ? » : que valoriser exactement ? En clair, qu'est-ce qui fait l'originalité du territoire, sa singularité, par rapport aux autres ? Qu'est-ce qui étonnera et enthousiasmera les visiteurs ?

Les habitants (et les élus) du territoire en question n'ont pas toujours le recul pour répondre à cette question ; ils sont tout simplement « habitués » à côtoyer quelque merveille naturelle ou quelque curiosité culturelle qu'ils ne voient plus comme telle.

Ou bien, ils n'ont pas perçu que leurs pratiques agricoles locales, que leur géologie ou la forme de leurs maisons étaient uniques et exotiques vues de l'extérieur.

Ou encore, ils connaissent le potentiel d'idées originales que couve leur territoire et ils souhaiteraient faire remonter ces idées et les confronter, mais ils n'ont pas les outils pour le faire.

Bref, un regard externe est souvent indispensable avant toute valorisation touristique. C'est ce qu'on appelle la médiation territoriale. Elle s'appliquait au départ aux projets d'urbanisme, mais elle se révèle tout à fait adaptée aux projets de valorisation touristique.

 

Connaître les outils de valorisation

 

Second problème, le « comment » : quels sont les outils pour valoriser le territoire et comment les mettre en œuvre ? Même un simple sentier d'interprétation avec signalétique peut être totalement raté. Si les textes des panneaux sont abscons ou leur vocabulaire trop technique, si le graphisme est illisible (pensez aux visiteurs déficients visuels ! ), si les points d'intérêt manquent...d'intérêt, si les ressources documentaires sont insuffisantes, si l'ergonomie du parcours est discutable (trop long pour les familles, trop accidenté pour les personnes à mobilité réduite, etc.).

Et que dire des outils numériques de valorisation touristique ? Les applications mobiles et autres dispositifs multimédias peuvent parfois briller de mille feux à première vue, mais « bugger » à la première utilisation ou avoir totalement délaissé le contenu (un bel emballage sans cadeau à l'intérieur). Nous connaissons des applications mobiles dont les documents photos sont dénués de légende, d'autres dont les documents audio sont des sons téléphoniques ultra compressés lus par un stagiaire...

Le visiteur pourra alors au mieux s'extasier devant la prouesse technique d'une application mobile, mais il quittera le territoire sans avoir rien découvert ni appris de ce territoire, et sans savoir au juste ce qui pourrait le retenir ou le faire revenir !

En matière de valorisation multimédia, deux types de savoir-faire sont indispensables pour réussir :

  • la technique de développement informatique, pour déterminer les outils pertinents en fonction des usages, des ressources documentaires, des points d'intérêt, des contraintes de connexion...,

  • la technique de médiation culturelle et scientifique, pour savoir adapter le discours au support, à la cible, aux ressources et pour produire un discours à la fois compréhensible et agréable à suivre. Car non, l'écriture audiovisuelle ne s'improvise pas. Non, il ne suffit pas de prendre quelques photos et de lire une notice d'encyclopédie enregistrée avec un dictaphone pour réaliser un contenu satisfaisant.

La médiation culturelle et scientifique audiovisuelle est un métier et la qualité des contenus dépend d'un réel savoir-faire, tout comme l'ergonomie et la fluidité d'une application mobile dépendent d'une compétence informatique.

 

Les élus et décideurs des collectivités qui souhaitent valoriser leur patrimoine ont en fait tout intérêt à suivre des formations sur ces questions. Ne serait-ce que pour réussir les appels d'offre qu'ils lanceront pour la réalisation de leurs outils de valorisation. Trop souvent, ces appels d'offre oublient les ingrédients indispensables à la réussite des projets.

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en octobre

2 Octobre 2014, 08:14am

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en octobre

Une foule de rendez-vous professionnels ou grand public en ce mois d'octobre autour du tourisme, de la culture et du patrimoine numériques et accessibles.

 

La saison 2 des transats numériques vient d'être lancée à La Baule

Jusqu'en février, les professionnels du tourisme vont pouvoir profiter d'un accompagnement numérique renforcé avec ateliers conférences, apéros-discussions etc

Demandez le programme !

 

À propos des rendez-vous longue durée, la Panacée, centre de culture contemporaine de Montpellier, propose de septembre à décembre des conférences ouvertes à tous sur l'impact de la médiation numérique dans la culture. Tous les mercredis après-midi de 16h30 à 18h

 

Quant à l’Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures du Tourisme de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l'IREST, il organise, jusqu'en mars 2015, un cycle de conférences animées par des professionnels et des chercheurs, sur des grandes questions d’actualité touristique, patrimoniale et culturelle. Des forums d’échanges ouverts aux professionnels, aux chercheurs et aux étudiants qui s'intéressent aux enjeux du tourisme. Ainsi, le 8 octobre, Aurelio MAURI, Associate Professor of Marketing de l'IULM University de Milan abordera "les comportements des touristes sur internet". Ces conférences donnent lieu à des comptes-rendus publiés sur le site de l’IREST
 

C'est en octobre que l'association Valentin Haüy lance sa campagne annuelle pour sensibiliser le grand public à la déficience visuelle et expliquer son action. L'Association propose aussi toute l'année des visites-découvertes de son siège parisien doté d'un musée, d'une imprimerie braille et d'une médiathèque. Il est impératif de s’inscrire. Les prochaines visites ont lieu le 2 octobre, le 6 novembre et le 4 décembre.

 

Du sens aux sens : vivre et faire vivre l’expérience Grand Site de France” c'est le thème des 16èmes Rencontres du réseau des Grands Sites les 2 et 3 octobre. Les gestionnaires de Grands Sites de France et professionnels privés et publics du tourisme vont pouvoir échanger leurs idées et leurs expériences cette année au Cap d’Erquy - Cap Fréhel dans les Côtes d'Armor.

 

Toujours très attendues des professionnels de la médiation culturelle numérique, les rencontres numériques du Ministère de la Culture et de la Communication ont lieu les 6 et 7 octobre. Le 6 octobre, en plénière, on parlera de la jeunesse et de l'éducation artistique et culturelle. Le 7 octobre est une journée plus généraliste et qui permet de renforcer son réseau, avec notamment l'intervention de Muzeonum (communauté des museogeeks) et du TMNlab (laboratoire théâtre et médiations numériques).

 

Moins axée sur la culture, plus orientée vers le marketing touristique, la 10ème édition des Rencontres Nationales du etourisme institutionnel est aussi un rendez-vous important qui a lieu à Pau les 8 et 9 octobre. À noter entre autres, un atelier sur Le Transmedia Storytelling au service du territoire.

 

La semaine numérique de Rennes et la semaine Digitale de Bordeaux ont lieu en même temps, du 13 au 19 octobre. Elles donne lieu à des manifestations diverses, consacrées à toutes sortes de sujets en lien avec le numérique, dont la culture.

 

La Commission m-Tourisme de Telecom Valley organise sa Journée m-Tourisme le 14 octobre à Nice Côte d'Azur. Des conférences et tables rondes autour du thème: "TIC et Tourisme Côtier pour Tous en Euro-Méditérranée". Il s'agit de promouvoir le Tourisme pour Tous à l'aide de solutions technologiques innovantes et de développer la rencontre des acteurs du domaine.

 

Dans le Pays de Dinan (22), un séminaire national sur le tourisme rural a lieu le 15 octobre, en amont du séminaire LEADER des 16 et 17 octobre. Il s’adresse à tous les acteurs intéressés à la mise en œuvre de cette thématique "tourisme" et persuadés du potentiel spécifique des destinations rurales. Le séminaire a pour objet d’apporter ces éléments de connaissance et de méthode ainsi que de pistes d’actions à partir de cas concrets.
 

Du 19 au 22 octobre, c'est le Sommet mondial Destinations pour tous, au Palais des Congrès de Montréal (Québec, Canada). On y examine les solutions pour faciliter le tourisme des personnes handicapées : accessibilité des sites, monuments, lieux et établissements culturels et artistiques, festivals et événements...

 

Et le 21 octobre, c'est justement la date limite de remise des projets européens sur deux thèmes : l'un sur le tourisme transnational fondé sur l'héritage culturel et industriel de l'Europe, l'autre sur les produits touristiques et le tourisme accessibles à tous.

 

« Bâtir les bases du projet touristique du territoire », c'est le thème des premières assises territoriales de la Communauté de communes Pays d’Apt Luberon, avec l’office de tourisme intercommunal Provence en Luberon le 30 octobre à Apt. Jacques Attali se chargera de clore les débats.

Voir les commentaires

Les webdocs pour la médiation culturelle du patrimoine

13 Septembre 2014, 12:35pm

Publié par véronique muzeau

Les webdocs pour la médiation culturelle du patrimoine

Le webdoc ou web documentaire, est devenu un genre journalistique à part entière. De nombreux sujets d'actualité sociale, politique, économique sont ainsi traités sous cette forme multimédia. Mais le webdoc peut aussi être un bon outil de médiation culturelle et scientifique. Pourtant, les musées et lieux de patrimoine en font encore rarement usage.

 

Qu'est-ce qu'un webdoc ?

 

C'est en fait un sujet

dont on a traité des angles multiples

à l'aide de différents médias. Dans l'idéal, le webdoc propose le média le plus approprié à chaque angle :

-le son pour un récit de mémoire, l'exposé d'un point de vue, un sujet musical ou linguistique,

-la vidéo pour un sujet qui nécessite d'être à la fois montré et expliqué (processus de création ou de fabrication, analyse d'un mouvement, restitution d'une ambiance),

-le texte écrit pour les informations précises : noms, dates, définitions et informations pratiques,

-les photos, dessins, infographies pour un visuel fixe (plan, détail d'un tableau, schéma explicatif, manuscrit).

 

Bref, le webdoc si on veut, c'est la médiation totale ! Différents langages, différents niveaux de lecture, différents sens sollicités, et tout le monde peut y trouver son compte !

 

Faire entrer le webdoc sur les site internet des musées

 

Pourtant, l'utilisation du webdoc comme outil de médiation n'est guère usité par les musées ou les lieux de patrimoine (culturel ou naturel). Bien souvent, les sites internet de ces structures distillent leur offre « rich média » dans différentes pages ou proposent en vrac des « multimédia », quand ils ne se contentent pas de quelques photos ou d'une simple vidéo qui remplit alors plus une fonction de communication que de médiation.

 

Utiliser le webdoc en scénographie

 

Dans la scénographie, le webdoc reste également rare alors qu'il peut sortir du web pour intégrer les murs des musées ou centres d'interprétation. On trouve souvent sur les bornes multimédia des « serious games » (quizz ou puzzles pédagogiques) ou des visites en 3 D simples. Un webdoc y aurait sa place car il permettrait de proposer au visiteur des contenus complémentaires s'il souhaite approfondir.

Le webdoc est en effet l'outil interactif par excellence puisque le visiteur peut choisir son cheminement dans le documentaire, sélectionner les informations, les scénarios possibles, comme autrefois, les bons vieux « livres dont vous êtes le héros ». Et en matière de pédagogie, qui dit interactivité dit appropriation des connaissances par l'utilisateur. Voilà pourquoi le webdoc est un bon outil de médiation culturelle et scientifique puisqu'il transmet du savoir et qu'il explique.

 

Quelques exemples de webdocs de médiation culturelle et scientifique

 

Certains se mettent donc au webdoc de patrimoine avec bonheur. Pionnière en la matière, la région Aquitaine et son site culturesconnectees, branché depuis longtemps déjà sur la formule webdoc. Le Conseil Général du Puy de Dôme y a pensé aussi pour valoriser la chaîne des Puys.

On dégustera également le plus récent herbier 2.0 du Muséum National d'Histoire Naturelle qui permet d'explorer ses collections botaniques mais aussi ses coulisses.

 

Réaliser son webdoc

 

Il existe des outils pour réaliser un webdoc ; ce sont des plateformes – gratuites ou non - utilisées par les journalistes, donc pourquoi pas par les médiateurs ?

Les prestataires créateurs de contenus (comme Histoire de Son) sont là pour réaliser tout ce qui ne peut être fourni en interne : vidéo, audio, photo, infographies, animations 3 D, jeux, etc.

Reste une exigence de taille pour réaliser un bon webdoc : une histoire ! Le webdoc suppose une narration, donc une mûre réflexion sur ce qu'on veut transmettre et comment. Pour aboutir à un web documentaire cohérent et qualitatif, la réflexion doit être menée conjointement par les médiateurs du site et les prestataires créateurs de contenus.

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en septembre

31 Août 2014, 11:46am

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en septembre

Pas de rentrée en douceur dans le domaine de la médiation et valorisation du patrimoine, du tourisme culturel, accessible à tous de préférence. Ce mois de septembre s'annonce déjà riche en rendez-vous.

 

  • Pour rester dans l'ambiance des vacances, commençons par une visite-découverte de l'Association Valentin Haüy le 4 septembre. Pour découvrir ce qu’elle propose aux personnes déficientes visuelles : musée, imprimerie braille et médiathèque. Ce sont des visites du siège parisien de l'association et le nombre de personnes est limité, d'où la nécessité de s’inscrire par courriel ou auprès de Noëlle Roy (01 44 49 27 27, poste 22 30).

 

  • Même idée du côté de la Fédération des Aveugles et Handicapés Visuels de France qui vous ouvre ses portes à Paris pour une journée exceptionnelle le samedi 13 septembre. L'occasion de découvrir la Fédération, ses acteurs et l'ensemble des formations proposées par le centre FAF Access Formation.

 

  • La deuxième édition du Forum de l’Investissement Touristique en France, en partenariat avec Atout France, a lieu le 8 septembre à Paris. Il favorise la rencontre et les partenariats entre les exploitants, les porteurs de projets, les investisseurs et les collectivités pour encourager l’investissement touristique et hôtelier en France.

 

 

  • Les 20 et 21 septembre, ce sont les journées du management culturel à l'université Paris Dauphine. On y parlera notamment parité, économie sociale et solidaire, développement durable ou démocratie participative dans la culture, mais aussi partenariat public-privé.

 

  • Pour tout public, les journées européennes du patrimoine ont lieu les 20 et 21 septembre, cette année sur les liens « patrimoine culturel, patrimoine naturel ». Les #JEP2014 s'associent aussi à la journée du transport public le 20 septembre.

 

  • En Bretagne, on profite aussi des journées du patrimoine pour célébrer les 50 ans de l'inventaire de patrimoine culturel créé en 1964 par Malraux avec la quinzaine de l'inventaire du 20 septembre au 4 octobre.

 

  • Le Mexique accueille officiellement la Journée mondiale du Tourisme le 27 septembre. Elle a pour thème cette année « le Tourisme et le développement des communautés ».

 

  • Autre événement grand public, bien plus récent que les journées du patrimoine, la fête de la gastronomie du 26 au 28 septembre. Banquets populaires, dégustations, menus spéciaux dans les restaurants, visites d’entreprises ou d’exploitations agricoles, expositions, conférences ou encore animations de rue constituent le « menu » de ces journées.

Voir les commentaires

Culture, tourisme et numérique dans le nouveau gouvernement

26 Août 2014, 18:07pm

Publié par véronique muzeau

Culture, tourisme et numérique dans le nouveau gouvernement

Une spécialiste du Numérique et ex chargée du Tourisme à la Culture

Fleur Pellerin est donc nommée ministre de la Culture et de la Communication.

Comme elle était jadis chargée du Numérique, on peut considérer que c'est un point positif pour la culture numérique ; comme en outre, elle quitte le secrétariat d'État au Tourisme, on peut se prendre à rêver de vraies passerelles entre tourisme, culture et numérique.

C'est Thomas Thévenoud qui lui succède comme secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l'étranger.

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible cet été

29 Juin 2014, 17:33pm

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible cet été

 

Des vacances … mais pas totales. Il reste quelques rendez-vous pour ceux qui s'intéressent à la valorisation et la médiation du patrimoine, au tourisme culturel et accessible en juillet et en août.

 

  • La commission de géographie du tourisme et des loisirs de l'Université de Bretagne Occidentale organise ses 41e journées sur le thème « Tourisme, marge et périphérie », du 1er au 3 juillet au pôle universitaire de Quimper. Le programme aborde en particulier la mise en tourisme des marges et enclaves, le cas particulier des îles tropicales, le rôle des acteurs publics, les relations centre-périphérie. Les chercheurs évoqueront les cas des Inuits, des Sahariens, ou encore de l'Auvergne, de la Chartreuse, de l'arrière-pays touristique de Cancun...un vrai voyage intellectuel avant les vacances !

 

Le tourisme : une industrie d'avenir pour la France”
“Le
tourisme au service du développement du territoire".


 

  • Destinée au grand public, la Nuit des églises, le 5 juillet est aux confins de la manifestation spirituelle ...Mais pour les simples curieux, elle laisse une large place à la découverte de l'art sacré : architectural mais aussi musical, et c'est partout en France.

 

  • Le comité Cimuset (Comité International des Musées de Sciences et Technologies) organise son colloque annuel du 6 au 11 juillet à Paris et Reims. Au programme, des visites de musées de sciences, ateliers, manifestations…

 

  • Très pratico-technique, le 9 juillet, une table ronde sur la connexion numérique du tourisme en mobilité au Welcome City Lab à Paris.

 

  • Et après une longue pause...une journée professionnelle sur la recherche dans les musées, le 28 août à Coire en Suisse, organisée par l’Association des musées suisses pour réfléchir à la place de la recherche dans les musées, ses réseaux et ses outils, notamment numériques.

Voir les commentaires

Tourisme : applications mobiles innovantes ou...intelligentes ?

24 Juin 2014, 13:47pm

Publié par véronique muzeau

Une application mobile de visite doit-elle d'abord "faire riche" ou intéresser l'utilisateur ?

Une application mobile de visite doit-elle d'abord "faire riche" ou intéresser l'utilisateur ?

Parmi les grandes mesures annoncées par le ministre des Affaires Étrangères, Laurent Fabius, lors de la clôture des Assises du Tourisme le 19 juin, il est question « d'un plan Wifi pour équiper les sites touristiques et des concours pour développer des applications innovantes pour les smartphones destinées à accompagner les touristes. »

Fort bien, voilà qui semble parfait...et pourtant ! En quoi une application innovante est-elle de qualité ? Or, n'est-ce pas ce qui devrait être la priorité : la qualité ? On se gargarise de gadgets en tous genres et on oublie le véritable objectif des applications d'accompagnement touristique : il s'agit d'abord d'accompagner ! Donc d'abord d'être utile, d'apporter quelque chose. On est pourtant encore loin du compte.

Des applications simples et intéressantes

Nous avons testé quelques applications mobiles de diverses villes touristiques voire d'institutions patrimoniales. Nous tairons pudiquement leur nom mais il s'avère que la qualité de nombre de ces applications est consternante. Pour deux raisons essentielles :

 

  • une ergonomie « conçue » (mais a-t-elle seulement été pensée ?) en dépit du bon sens. On sent bien que le concepteur a voulu épater la galerie, mais le résultat, c'est la complexité d'usage de l'application, sans oublier les détails qui tuent : fichiers audio tellement dégradés qu'il deviennent inaudibles ou, à l'inverse, vidéos trop lourdes...

 

  • un contenu qui oscille entre vulgarité et indigence. En fait, on dirait qu'il n' y a pas eu de conception de contenu, même pour des villes d'art et d'histoire pourtant dotées d'un service patrimoine dont le personnel est censé avoir des compétences en médiation culturelle…

 

On se retrouve finalement avec des applications mobiles de visite qui énervent l'utilisateur et ne lui apprennent absolument rien, quelle belle réussite !

 

Alors, est-il nécessaire de proposer aux visiteurs des applications smartphone innovantes ? Peut-être...mais des applications mobiles intelligentes, sûrement !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>