Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Articles avec #mediation

Paroles de médiateurs culturels #9 : didactique

20 Octobre 2015, 11:08am

Publié par véronique muzeau

Paroles de médiateurs culturels #9 : didactique

Comment transmettre ? C'est une des premières questions que doit se poser le médiateur culturel, quelle que soit sa posture : pédagogue ou communicant.

 

Certes, l'objet du savoir – sciences, art, sciences humaines - est important. C'est pourquoi certains médiateurs sont, sinon des chercheurs, au moins de bons enquêteurs.

Mais une fois ce savoir en tête, le médiateur doit encore tout mettre en œuvre pour que les publics s'en emparent.

 

Aujourd'hui, c'est un médiateur scientifique, Antony Auffret, qui témoigne de son expérience. Il est coordinateur du Département Virtuel et de l'innovation de l'association Les Petits Débrouillards à Brest. Pour lui la médiation c'est avant tout de l'ingénierie de la transmission du savoir.

 

 

Antony nous parle donc pédagogie et didactique (comment enseigner) mais aussi épistémologie (quelle connaissance transmettre ?). Pour lui, le médiateur culturel et scientifique est en quelque sorte un enseignant, hors les murs de l'école, et exempté du programme contraignant de l'Éducation Nationale.

 

Indéniablement, Antony profite d'une plus large liberté dans les méthodes. Avec un peu d'imagination et pas forcément de gros moyens, les Petits Débrouillards réalisent en effet des dispositifs de médiation très efficaces, pour des expositions ou des ateliers. Cette ingénierie de l'apprentissage ludique s'applique donc en médiation directe ou indirecte.

Et elle doit être d'autant plus réussie que le médiateur culturel ne peut profiter de la légitimité de l'enseignant intronisé par l'institution scolaire. L'école garde encore de l'autorité, même si elle est contestée. Le médiateur de musée ou de toute autre structure vit différemment son rapport au(x) public(s). Il doit convaincre avec d'autres atouts. Et cette liberté d'utiliser des outils pédagogiques ludiques ou peu conventionnels peut être un atout.

 

Pas de doute, chez les Petits Débrouillards, la médiation est bien perçue comme une forme d'enseignement. Mais est-ce le cas pour tous les médiateurs culturels ? Pas forcément.

 

Approche par la communication

 

On l'a déjà souligné, le métier de médiateur reste récent et il est donc encore protéiforme.

Il suffit d'examiner les programmes de formation des médiateurs culturels pour constater la diversité des approches.

Pour certains, comme le master « Médiations de la culture et des patrimoines » de l'université d'Avignon, la formation est avant tout orientée vers la communication voire le marketing. Le programme détaillé met l'accent sur les pratiques professionnelles appliquées (conception de scénarios, organisation et stratégie) qui seront sans doute l'occasion d'aborder néanmoins les questions didactiques « par la bande ».

 

Médiation et éducation : partenariat

 

Pour d'autres, l'approche éducative est prioritaire et débouche sur un master comme celui de l'université de Cergy Pontoise « Pratiques et ingénierie de la formation - Médiation culturelle : concevoir des projets éducatifs et culturels en partenariat ». Le programme commence logiquement par un module sur les institutions de l'éducation, puisque l'objectif du master est d'en faire des partenaires naturels. Ensuite, on passe aux théories de l'apprentissage via une séquence de psychologie du développement de l'enfant et de l'adolescent ; puis la pédagogie, pour « prendre en compte la diversité des jeunes publics et leurs spécificités » ou s'adapter « aux enfants en difficulté et en situation de handicap ». Et enfin, le module didactique permet à l'étudiant de passer à la pratique d'un enseignement artistique et culturel à l'école et au collège.

 

Pragmatisme contre snobisme

 

Y a-t-il une « bonne » approche de la médiation culturelle et scientifique ? Est-il plus légitime de la voir comme une œuvre de communication approfondie ou comme un art de l'enseignement décalé ? Nous nous garderons prudemment de répondre.

De même, évitons de rejeter d'avance des méthodes ou des outils sous prétexte qu'ils ne sont pas passés par une institution et semblent « sortis de nulle part ».

Sur le terrain heureusement, les médiateurs culturels font surtout preuve de pragmatisme. Il faut voir comme un avantage leurs multiples influences et les différents courants de formation dont ils sont issus. Qu'ils viennent de l'enseignement, de l'animation, de la communication ou de métiers approchants comme le journalisme, s'ils ont cette chance de pouvoir mêler leurs pratiques sur le terrain, encourageons-les !

Entre les méthodes pédagogiques estampillées comme telles et les techniques d'animation construites au gré des expériences, pourquoi hiérarchiser ? Les institutions culturelles et scientifiques doivent se donner la liberté de tout tester.

 

 

Voir les commentaires

Paroles de médiateurs culturels #4 : archéologie

8 Mai 2015, 17:09pm

Publié par véronique muzeau

Paroles de médiateurs culturels #4 : archéologie

Un petit fragment de poterie ou un morceau de crâne manquent parfois de sens pour un public non averti. Mais les médiateurs et archéologues savent faire preuve d'imagination et d'invention pour transmettre leurs découvertes.

 

 

L'archéologique et son côté pratique

 

Pour évaluer les trouvailles des médiateurs culturels en archéologie, vous pourrez toujours faire un tour à la rencontre Paleobox du côté de Menez Dregan à Plouhinec (Finistère) le 24 mai 2015.

Après un colloque professionnel, archéologues et médiateurs s'adresseront au grand public. Vous pourrez tenter d'allumer un feu à la mode paléolithique, de tirer au propulseur, de fondre du bronze ou de tailler un os. On vous expliquera aussi comment nos ancêtres chasseurs-cueilleurs tiraient parti de leur environnement végétal et on vous proposera même de jouer les archéologues grâce à des modules qui reconstituent un mini chantier de fouilles.

 

Pour découvrir l'archéologie par la pratique, écoutez aussi ce témoignage d'Yves Guéguen, archéologue de formation et médiateur en archéologie, spécialiste des fac-similés.

 

 

Rien de tel que la pratique pour transmettre, en effet. Le profane peut saisir à pleines mains ce qui lui semblait si lointain. Les intelligences kinesthésiques y trouvent leur compte.

Dans un article paru dans Les Nouvelles de l'Archéologie Xavier Savary (géologue archéologue) souligne cette particularité de la discipline.

Elle mêle les connaissances très spécialisées, les démarches scientifiques les plus pointues (palynologie, géomorphologie, dendrochronologie...), et la pratique la plus...terre à terre, à coup de pelleteuses ou d'outils de dentistes.

Le fait de creuser le sol pour mettre au jour le passé rend peut-être l'archéologue plus concret, qui sait ?

Une céramologue, archéologue – très - spécialisée (dans la céramique et d'une période donnée), peut ainsi déclarer avec modestie que l'une de ses compétences essentielles, c'est d'être douée en puzzles ! Voilà qui nous rapproche du savant.

 

Démonstrations et fac-similés

 

Le succès d'un chantier de reconstitution comme la construction du château fort de Guédelon démontre bien l'avidité du public pour cet aspect concret et pratique. Les ouvriers du chantier participent d'ailleurs à des programmes d'archéologie expérimentale à la demande des chercheurs.

En Allemagne, les sites archéologiques proposent depuis longtemps des reconstitutions à l'identique de bâtiments ou de mobilier et le public peut ainsi s'immerger dans les différentes époques. En France, on avait jusqu'à présent quelques complexes à proposer de tels fac-similés grandeur nature. Comme si les ruines étaient plus pédagogiques...

 

Médiation archéologique et numérique

 

Un récent colloque intitulé L'archéologie à la rencontre des publics s'est justement penché en profondeur sur la transmission et la médiation de la recherche archéologique. Les débats ont évoqué la question des fac-similés y compris...numériques, bien sûr !

 Il faut dire que, quand on a peu à montrer mais beaucoup à raconter, les nouvelles technologies sont salvatrices.

Quelques objets fragmentaires deviennent des pièces complètes, quelques trous de poteaux se transforment en édifices imposants, des villes oubliées renaissent, par la magie de la réalité augmentée.

Interviews audio, ambiances sonores, images, animations 3 D viennent alors sublimer le travail des archéologues.

 

L'exemple le plus abouti de ce bon usage des nouvelles technologies vient d'ailleurs d'être livré aux yeux de tous : la grotte du Pont d'Arc, reconstitution de la grotte Chauvet.

 

Bien sûr, la médiation en archéologie se doit d'éviter des écueils, dont certains lui sont propres : incompatibilité entre conservation et fréquentation, risque de privilégier l'émotion et le spectaculaire au détriment du savoir, questions identitaires et territoriales trop « brûlantes », immensité du patrimoine immatériel, etc.

 

Une chose est certaine en tout cas, comme n'importe quel domaine de recherche - publique qui plus est – l'archéologie se doit aussi de pratiquer la dissémination, la restitution, la transmission et donc la médiation. Autant continuer à le faire avec brio !

 

 

 

Ressources

 

La page facebook de Paleobox

https://www.facebook.com/paleobox?fref=ts

 

Article de Xavier Savary dans les Nouvelles de l'archéologie

http://nda.revues.org/1252

 

Ils bâtissent un château fort : chantier de Guédelon

http://www.guedelon.fr/

 

La grotte Chauvet-Pont d'Arc

http://lacavernedupontdarc.org/

 

Colloque l'archéologie à la rencontre des publics, 26 et 27 novembre 2014,

direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication,

www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Archeologie/Rencontre-des-publics

 

INP Institut national du patrimoine

http://www.inp.fr/

 

Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives)

http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/p-7-Accueil.htm

 

CMN (Centre des monuments nationaux)

http://www.monuments-nationaux.fr/

 

Voir les commentaires

Histoire de Son vous souhaite une excellente année 2015

25 Décembre 2014, 20:34pm

Publié par véronique muzeau

Une année pleine de sens, de sons, de culture!

Une année pleine de sens, de sons, de culture!

Quelques voeux pour l'année à venir?

 

  • Que la culture soit enfin une composante à part entière du tourisme!
  • Que le numérique prenne tout son sens avec des contenus de qualité et ne s'arrête pas aux seules prouesses technologiques.
  • Que l'accessibilité universelle soit une donnée incontournable de tous les projets culturels.
  • Que l'imagination fertile des producteurs de contenus rencontre l'ambition culturelle des institutions, collectivités locales, structures privées, quelle que soit leur taille.
  • Que les institutions, collectivités publiques ou structures privées pensent médiation et pas seulement communication.
  • Que le patrimoine immatériel devienne une vraie roue du carosse culturel.

 

Bonne année 2015 à tous !

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en décembre

30 Novembre 2014, 22:15pm

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en décembre

Mieux qu'un calendrier de l'avent, notre agenda des rendez-vous vous prouve que le monde de la médiation et du tourisme culturels et accessibles ne se laisse pas engourdir par le froid.

 

  • Depuis le 29 novembre et jusqu'au 7 décembre, c'est la Semaine de l'Accessibilité 2014 au musée du Quai Branly. Ateliers, visites spécifiques et dispositifs accessibles sont proposés gratuitement.

 

 

  • « Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ? », Journées d'étude, les 1er et 2 décembre à l'EHESS.

 

 

  • Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ? C'est ce que vont se demander les participants de la journée d'étude organisée le 2 décembre 2014 à la Bibliothèque Nationale de France.

 

  • Le 3 décembre 2014, comme chaque mercredi, l'école de la Panacée met la « médiation numérique en débat » et invite Gonzague Gauthier (Centre Pompidou) et Sébastien Magro (musée du Quai Branly) pour parler de ce que les tablettes tactiles ou les applications smartphone ont changé dans les musées, et en particulier cette fois dans les musées de société.

 

 

  • À la cité Chaillot, jeudi 4 décembre 2014, Pierre-Antoine Gatier vient parler des « monuments » du patrimoine mondial D’Abou Simbel (Egypte, 1966) à l’usine Van Nelle (Pays-Bas, 2014)
  • et le jeudi 18 décembre 2014 ce sera Thierry Lefebvre sur la question : Pour une conservation exemplaire de la nature  ?

 

  • Pour ceux qui s'intéressent à l'accessibilité aux déficients visuels, l'Association Valentin Haüy propose une nouvelle visite découverte de ses locaux parisiens et de ses services : musée, imprimerie braille et médiathèque, le 4 décembre. Réservation indispensable.

 

  • Comment les outils numériques mobiles inspirent-ils les artistes ? Un art spécifique destiné aux smartphones et tablettes est-il en train de voir le jour ? Réponses au colloque Art et Mobiles les 4 et 5 décembre 2014.

 

 

 

 

  • Jusqu'au 28 décembre 2014, la médiathèque Marguerite Duras expose pour la première fois une installation multi sensorielle accessible aux personnes déficientes visuelles dans son exposition "À table avec deux petites curieuses". L’installation se compose de deux tables conçues en lien avec un conte : Boucle d’Or et Alice au pays des merveilles. Des bibliothécaires vous accompagnent dans la découverte de ces tables le mercredi de 16h à 17h30 et le samedi de 16h à 18h.

Voir les commentaires

La culture gagne en accessibilité

5 Novembre 2014, 17:56pm

Publié par véronique muzeau

La culture gagne en accessibilité

L'accessibilité culturelle gagne du terrain et c'est tant mieux ! Et les handicaps sensoriels ne sont pas oubliés, que ce soit dans les lieux culturels d'envergure, mais aussi les sites plus modestes.

 

Ainsi, le Théâtre de Cornouaille à Quimper édite chaque année un programme de saison en version audio à destination des personnes déficientes visuelles. Sur chaque fiche spectacle du site internet du Théâtre, un fichier audio est disponible en écoute.

Le CD audio complet de ce programme est disponible en téléchargement libre ou à l’accueil du Théâtre pour toutes les personnes qui en font la demande.

Le prochain spectacle en audiodescription est celui de François Morel La Fin du monde est pour dimanche, vendredi 7 novembre 2014.

 

Quant à la fondation Louis Vuitton dans son tout nouvel écrin, elle a pensé à tout et les 7000 mètres carrés d'exposition des collections d'art contemporain sont accessibles aux visiteurs quel que soit leur handicap. Le personnel a été spécialement formé à l'accueil et aux différentes médiations et les équipements ou dispositifs de médiation sont au rendez-vous, notamment pour les visiteurs aveugles ou malvoyants : contenus audio compatibles avec l'application Voice Over pour Iphone, bandes de guidage podotactiles à l'extérieur, et de vigilance à l'intérieur, bornes sonores, maquettes tactiles des lieux avec relief, braille et texte en noir.

 

Plus ponctuelle mais à saluer aussi, la semaine de l'accessibilité que le musée du quai Branly met en place à l'occasion de la Journée Internationale des personnes handicapées le 3 décembre. Le musée propose pendant une semaine, du 29 novembre au 7 décembre 2014, l'entrée gratuite pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur, et des activités gratuites pour voir, toucher, écouter ou ressentir.

 

À Rennes, le centre multiculturel Les Champs Libres, a fait de gros efforts en matière d'accessibilité. S'il n'a pas encore le label tourisme et handicap pour le handicap visuel, la bibliothèque y propose néanmoins des rendez-vous spécifiques comme ces rencontres « des livres à l'oreille » qui font découvrir aux visiteurs livres audio, CD Daisy, romans ou documentaires ou encore « Écouter voir en chambre noire », une projection de film en audiodescription chaque mois.

 

Quant aux établissements et équipements culturels qui sont encore dans le flou et se demandent par où commencer pour être accessibles, ils peuvent trouver des informations sur le site internet du ministère de la culture et de la communication.

 

Enfin, si vous-mêmes êtes en situation de handicap sensoriel, rendez-vous sur le site de l'association acces-culture qui propose un agenda des spectacles adaptés pour les handicaps visuel et auditif.

Pour les lieux de visite comme les musées, et pour tous handicaps, explorez la carte interactive de handistrict.


 

Voir les commentaires

Des tweets et des musées

19 Mars 2014, 12:25pm

Publié par véronique muzeau

Des tweets et des musées

La première semaine des musées sur Twitter a lieu du 24 au 30 mars ; signe des temps numériques et sociaux pour les musées ?

 

C'est assez peu, finalement. Ils ne sont que 12, de grands musées nationaux, du château de Versailles au Palais de la découverte, à lancer cette semaine des musées sur Twitter. Mais c'est une première et l'idée pourrait faire florès ces prochaines années. C'est en tout cas une consécration pour le réseau social au petit oiseau bleu et le signe que le web communautaire est désormais bel et bien un outil pour les musées et lieux de culture.

Communication, médiation et participation

  • Il s'agit d'utiliser Twitter comme instrument de communication : c'est déjà le cas, les organisateurs revendiquent son usage pour « amplifier leur rayonnement local et international ».

  • Mais cette semaine, Twitter sera aussi instrument de médiation puisque des contenus culturels exclusifs passeront par le réseau, chaque jour autour d'un thème différent.

  • Enfin, Twitter sera l'instrument de la participation des publics puisque les « followers » de cette semaine des musées seront invités à échanger leurs impressions et coups de cœur, entre eux ou avec les sites culturels.

Tant que vous y êtes, profitez-en pour suivre le compte Twitter d'Histoire de Son

Voir les commentaires

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

17 Février 2014, 11:25am

Publié par véronique muzeau

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

Un petit mot de JocondeLab le site internet que vient de lancer le ministère de la Culture et de la Communication pour rendre plus accessibles les ressources culturelles, en l'occurrence les œuvres d'art.

 

L'art pour de nouveaux publics

 

L'objectif est bien de toucher de nouveaux publics (les plus jeunes ?). Le multilinguisme du site permettra aussi d'élargir l'audience puisque les 300 000 notices illustrées sorties des catalogues des musées de France sont traduites en 14 langues (y compris quelques langues régionales).

 

La culture par de nouveaux publics

 

Mais qu'est ce qui rend JocondeLab si moderne par rapport au portail Joconde plus traditionnel ? Et bien, voilà les grands mots : web sémantique, web 3.0. Un web enfin organisé qui permet de relier entre eux les contenus dispersés sur internet et donc de les rendre plus visibles, et d'augmenter l'efficacité des recherches de l'internaute. Dans le cas de JocondeLab, il s'agit d'associer les notices « classiques » des œuvres et des artistes avec les données de l'encyclopédie en ligne wikipédia.

 

Le sacre de wikipédia et du collaboratif

 

Et c'est là qu'on en arrive au collaboratif : les visiteurs du site JocondeLab peuvent participer à une expérimentation d'enrichissement du contenu des notices. Bon, il ne s'agit encore que d'expérimentation... Mais c'est un signe : un jour, les professionnels de la culture et du patrimoine ne seront plus les seuls producteurs de contenu légitimes.

 

Rapprochement des professionnels et du public

 

En attendant que « la base » accède aux hautes sphères culturelles, envisageons un rapprochement du haut vers le bas que m'évoque l'intitulé de ce colloque : le conservateur du patrimoine, acteur de l'éducation artistique et culturelle. On l'oublie souvent, mais le conservateur est d'abord un super-médiateur. Bien sûr, c'est lui qui maîtrise le développement des outils de médiation de son établissement ou de sa ville d'art et d'histoire. Mais grâce aux technologies numériques, il peut aussi transmettre directement son savoir au public. Quoi de plus gratifiant qu'une visite guidée d'un musée par son conservateur, même si c'est par le biais d'une interview insérée dans un guide numérique ?

Sans oublier le dialogue direct que permettent les réseaux sociaux, grâce auxquels les conservateurs avisés sortent de la tour d'ivoire dans laquelle on les imagine trop souvent.

Voir les commentaires

Quoi de neuf au SIMESITEM pour les musées et leurs fournisseurs ?

27 Janvier 2014, 16:47pm

Publié par véronique muzeau

Quoi de neuf au SIMESITEM pour les musées et leurs fournisseurs ?

Au commencement, étaient les musées, isolés, et leurs fournisseurs, éparpillés. Puis vint MuseumExpert, une société qui eut l'idée de proposer aux musées de devenir à leur tour objets d'exposition. Dans un salon. Ce fut le SIME en 1988, Salon International des Musées et Expositions. En 1991, l'OCIM (office de coopération et d'information muséale) créait un salon pour les fournisseurs et prestataires, le SITEM, Salon International des Techniques Muséographiques. MuseumExpert en reprit la gestion et les deux rendez-vous fusionnèrent logiquement en 2007 sous le nom SIMESITEM qui rassemble aujourd'hui essentiellement les experts en « valorisation des lieux de culture ». L'édition 2014 du SIMESITEM a lieu du 28 au 31 janvier au Carrousel du Louvre.

 

Les spécialités pointues de la muséologie

 

La notion de fournisseur ou prestataire de musée s'est bien élargie depuis quelques années. Bien sûr, il y a toujours les fabricants de vitrines, éclairagistes, scénographes, modélistes ou éditeurs de catalogues d'exposition. Mais ce qui frappe désormais, c'est le nombre de spécialités muséologiques liées au numérique : des concepteurs de contenus, concurrents et collègues d'Histoire de Son, des développeurs d'applications muséales, des créateurs de dispositifs immersifs, 3 D, sensoriels, interactifs...

 

L'explosion du numérique et l'irruption de la communication

 

Autre spécialité en plein essor dans l'univers du service aux musées : la communication. Et le marketing. MuseumExpert s'est d'ailleurs associé à l’Adetem, l’Association des professionnels du marketing, pour présenter cette année en taille réelle une opération qui utilise technologies digitales et réseaux sociaux pour valoriser un musée.

 

Pourquoi ça marche

 

Le SIMESITEM est clairement un salon professionnel efficace qui attire d'ailleurs bien au delà des musées : les représentants des collectivités y sont de plus en plus nombreux.

  • Car c'est un salon réactif, soutenu toute l'année par un site internet qui relaie les actualités de la valorisation des lieux de culture. Le média IIIITablette permet aux annonceurs qui le souhaitent de cibler encore davantage leur communication. Le salon est ainsi virtuellement permanent. MuseumExpert propose par ailleurs des activités estivales et un avant-programme au salon : conférences et visites.

 

  • C'est un salon ouvert, à l'image de son site web. L'équipe du SIMESITEM fait en sorte d'intégrer chaque année au salon les nouveaux acteurs du secteur. La création de LaLigne ou encore du « bouillon de cultures numériques » témoignent du souci d'être accessible aux entreprises innovantes et émergentes. Le festival musées e(m)portables intègre finalement le grand public – en tout cas les visiteurs des musées ­- puisqu'il s'agit d'un concours de vidéos tournées au musée avec un smartphone.

 

  • C'est un salon enrichissant qui propose également des interventions de qualité : 6 conférences et plus d'une vingtaine d'ateliers en grande majorité sur les pratiques numériques des musées (serious games, marketing via les réseaux sociaux, narration transmédia, approche audiovisuelle interactive, réalité augmentée, valorisation des collections sur Internet, web sémantique, etc.)

 

Voir les commentaires

Le Val de Loire vu du train, l'application qui commente le paysage

16 Janvier 2014, 09:13am

Publié par véronique muzeau

Traverser un paysage et le comprendre grâce à cette application mobile

Traverser un paysage et le comprendre grâce à cette application mobile

Entre nomadisme culturel, mobilité intelligente et tourisme d'affaire, l'application mobile le Val de Loire vu du train est un exemple de ces nouvelles propositions culturelles typiques du numérique. La découverte d'un territoire, le Val de Loire, patrimoine mondial UNESCO, depuis un transport en commun, le Train Express Régional (TER).

 

Après avoir créé «Dans le sillage des voix d'Iroise », qui permet aux passagers des navires de la Penn ar Bed de découvrir la mer d'Iroise, Histoire de Son réalise les séquences audio de l'application Le Val de Loire vu du train, signée Mazedia.

 

Une découverte d'un patrimoine mondial de l'humanité

 

Lancée par Mission Val de Loire en partenariat avec la branche #Gares & Connexions de la SNCF, la première version test de l'application est sortie fin novembre. Disponible pour smartphones et tablettes Apple, elle sera bientôt accessible sous Androïd. Pour l'instant, elle couvre le trajet Tours-Saumur. Mais elle s'étendra ces prochaines années jusqu'à Orléans et Nantes.

 

Une lecture du paysage mobile et diversifiée

 

L'application alerte le passager du train quand le paysage traversé est commenté ; un géographe, un conservateur du patrimoine, un œnologue ou tout autre acteur du territoire explique alors en 2 à 3 minutes l'un des éléments du paysage : château, caractéristique ou usage de la Loire, agriculture, habitat, etc.

 

Le tourisme culturel en train grâce à son smartphone

 

L'application est donc à la fois un outil d'interprétation du territoire mais aussi un guide touristique culturel. Elle peut intéresser aussi bien le voyageur occasionnel que le passager quotidien du TER. Elle s'appuie essentiellement sur l'audio puisque son utilisateur est invité à regarder le paysage qu'il traverse, dans un sens ou dans l'autre.

 

Voir les commentaires

Janvier : les rendez-vous du tourisme culturel, de la médiation de patrimoine et de l'accessibilité culturelle

5 Janvier 2014, 13:27pm

Publié par véronique muzeau

La médiation rend le patrimoine accessible et le tourisme culturel

La médiation rend le patrimoine accessible et le tourisme culturel

En matière de tourisme culturel, d'accessibilité culturelle ou de médiation du patrimoine, l'année commence doucement mais les rendez-vous se bousculent fin janvier.

 

  • Lancement de l'opération Science & You le 23 janvier à Metz. Le début d'une série d'échanges internationaux autour de la #communication des sciences et ses enjeux dans le monde de demain. Les acteurs de l'#enseignement, de la #recherche, de la #culture, de la #médiation et du monde économique seront invités à se retrouver régulièrement ou à rencontrer le grand public jusqu'en juin 2015, point d'orgue de #Science & You.

 

  • Une forme de #médiation qui rapporte et qui peut financer la #culture : le cadeau culturel et #touristique vendu en #musée ou site patrimonial. La 19e édition du salon du cadeau culturel et touristique Museum Expressions a lieu les 22 et 23 janvier à Paris. Des #objets dérivés aux livres et catalogues d'exposition, en passant par l'agencement des boutiques de musée, 200 exposants participent à ce salon.

 

  • Conçue pour sensibiliser le grand public à l'importance de l'environnement sonore et aux enjeux sociétaux du #son, la 11ème Semaine du Son# commence le 27 janvier à Paris, elle aura lieu ensuite du 2 au 9 février partout en France ainsi qu’à Bruxelles, Genève....Le programme est riche : des ateliers, des conférences, un forum des métiers du son, des portes ouvertes dans des studios, des séances d'écoute ou encore des performances artistiques sonores.

     

  • C'est LE rendez-vous incontournable des fournisseurs de #musées, lieux de culture et de tourisme, la 18éme édition du SIMESITEM# de Museum Expert a lieu du 28 au 31 janvier au Carrousel du Louvre. Tous les acteurs de la #valorisation des lieux de culture# se retrouvent pour faire des affaires ; mais ils trouvent aussi l'occasion de se cultiver grâce aux conférences. Notamment les conférences-chantiers autour d'un lieu de culture en pleine construction comme la #Cité des civilisations du Vin à Bordeaux ou en pleine renaissance comme la #Monnaie de Paris. Même les visiteurs peuvent prendre part à la rencontre via le Festival Musées (em)portables qui propose un concours de petits films réalisés dans un musée avec un #smartphone.

     

  • De l’école au musée, quelles conceptions des savoirs, quels modes de #transmission ? C'est le thème d'une journée d'études organisée par les universités de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et de Paris 4-Sorbonne et l’École du Louvre du 29 au 31 janvier.

 

  • Les 5èmes Rencontres Nationales #Culture & Innovation(s)du CLIC ont lieu le 31 janvier à la Cité des Sciences et de l'industrie. Cette année, bilan de 5 années d'usage des #outils numériques dans les musées et lieux de patrimoine, et prospective...

 

Voir les commentaires