Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Articles avec #mediation multisensorielle

Tourisme culturel et numérique, médiation du patrimoine en janvier 2017

31 Décembre 2016, 14:08pm

Publié par véronique muzeau

Tourisme culturel et numérique, médiation du patrimoine en janvier 2017

Comme tous les ans, l'année commence fort pour les professionnels des musées et leurs prestataires avec deux salons internationaux. À suivre également, des rendez-vous autour de l'accessibilité culturelle et du son.

Culture et handicap

L'accessibilité culturelle on peut la pratiquer :

  • C'est le cas du Mucem à Marseille (13) qui propose aux visiteurs déficients visuels le 7 janvier 2017 une découverte multisensorielle de l'exposition "Café In". On y humera, touchera, entendra l'histoire, la géographie, l’économie, l’environnement, la consommation, la publicité et l’esthétique du café.
  • Le handicap visuel est aussi pris en compte par la Bibliothèque nationale de France à Paris, qui propose le 12 janvier 2017 une exploration tactile de l’univers des manuscrits médiévaux.

 

L'accessibilité culturelle, on peut aussi y réfléchir. « La culture et le handicap mental » est le thème d'un colloque le 20 janvier 2017, à Bourges (18), à l'initiative des Pep18.

 

Médiation culturelle et muséographie

C'est désormais acquis, les professionnels de musées et leurs prestataires ont chaque année deux rendez-vous parisiens en janvier pour se retrouver :

  • Le SITEM, salon international des musées, des lieux de culture et de tourisme a lieu du 10 au 12 janvier 2017. Cette année, le salon ambitionne de diversifier ses visiteurs et d'attirer davantage les acteurs privés, les collectivités territoriales et l’international. Un nouvel espace ecityhelp est dédié nouveau tourisme urbain.

  • Museumconnections rendez-vous international du business muséal, les 18 et 19 janvier 2017. Le salon met l'accent sur le modèle économique du musée au XXIe siècle : stratégie, financements, innovations, produits dérivés, marketing muséal, place du musée dans le développement touristique, internationalisation, etc.

Entretemps, le CLIC France (club innovation et culture) profite de cette double dynamique pour organiser ses 8èmes Rencontres Nationales Culture & Innovation(s), vendredi 13 janvier 2017 à Paris. Les RNCI se revendiquent comme un forum de l'innovation numérique dans les musées, lieux de science et de patrimoine.

 

Valorisation numérique des patrimoines

L’INHA (institut national d'histoire de l'art) continue ses lundis numériques consacrés aux humanités numériques, en particulier ce qui touche au domaine visuel. Le 9 janvier 2017, Emmanuelle Bermès évoquera « la stratégie numérique à la Bibliothèque nationale de France : tour d'horizon ».


Le réseau UDPN rassemble quant à lui les acteurs de la numérisation du patrimoine et usagers des patrimoines numérisés : conservation, médiation, éducation, création et recherche. Son séminaire doctoral a pour thème cette année : « Projets mis en réseau, interdisciplinarité mise en question(s) » . La séance de janvier 2017 (date, horaire et lieu à définir) sera consacrée à la « création, innovation, médiation, éducation et recherche », et sera coordonnée par Isabelle Barbéris (CERILAC/Paris 7).

 

Le #VEM – salon Voyage en multimédia - a lieu à Cannes (06) les 19 et 20 janvier 2017. Il y est question des liens entre tourisme et numérique, et le tourisme culturel y est abordé par des ateliers sur les tendances en matière de technologies et visites, sur les stratégies numériques des grands événements et festivals... Et la remise des Trophées de la Vidéo Touristique et Culturelle y récompensera les meilleures réalisations de 5 catégories différentes :

1. Grand Prix #VEM de la meilleure vidéo de destination touristique (structures ou organismes publics ayant compétence dans le domaine du tourisme)
– 2. Grand Prix #VEM de la meilleure vidéo d’influenceur « Voyage » (blogueurs)
– 3. Grand Prix #VEM de la meilleure vidéo de lieu ou événement culturel (musées, festivals…)
– 4. Grand Prix #VEM de la meilleure vidéo de voyagiste ou tour opérateur
– 5. Grand Prix #VEM de la meilleure vidéo de prestataire touristique (prestataires d'hébergement ou d’activités de loisirs...)

 

Culture sonore

La 14e édition de La Semaine du Son a lieu du lundi 23 au dimanche 29 janvier 2017 à Paris et jusqu’au dimanche 5 février partout en France. Tous Curieux / Histoire de son vous en reparlera plus en détails...

 

D'autant plus qu'a lieu chez nous à « Brest même » (Finistère) le fameux festival Longueur d'ondes de la radio et de l'écoute, du 31 janvier au 5 février 2017. Un temps fort pour tous les fans de création sonore !

 

Quant aux créateurs sonores de Belgique, ils ont jusqu'au 26 janvier 2017 pour participer à l'appel à projets semestriel du Fonds d’Aide à la création Radiophonique (FACR) chargé de promouvoir développer la création radiophonique en Communauté française.

Voir les commentaires

Tourisme : la découverte en tous sens

13 Octobre 2016, 15:10pm

Publié par véronique muzeau

Textures, odeurs, bruits font aussi partie d'un univers culturel à découvrir

Textures, odeurs, bruits font aussi partie d'un univers culturel à découvrir

Conjointement à l'essor du tourisme expérientiel, la visite guidée ou la balade découverte prend du relief et de la chair. Les parcours, accompagnés d'un humain ou d'un outil numérique, se font sensoriels, immersifs, éducatifs, culturels, ludiques... Une pluralité de formes qui présente des intérêts évidents, ou des charmes plus discrets, mais néanmoins cruciaux.

 

Le « sensible », c'est ce qui est perçu par les sens, et c'est aussi un synonyme d'impressionnable et d'émotif. Tout est dit. Partout, les explorations sensibles de territoires, les visites sensorielles de monuments ou de musées se multiplient. On cherche à toucher le visiteur, à l'émouvoir, et plus seulement à le "renseigner".

C'est entendu, on en a déjà parlé dans ce blog,  la visite se fait donc immersive et ultra-accessible grâce aux nouvelles technologies. Les outils mobiles apportent des contenus multimédias (presque) en tous lieux et à tout instant.
Avec quelque matériel en plus, on se plonge encore davantage dans toutes les dimensions sensitives d'une collection ou d'un site : dimension sonore (diffusion multiple, son 3 D ou binaural), visuelle (casques et lunettes de réalité virtuelle), tactile (combinaisons à capteurs) voire olfactive, et pourquoi pas bientôt gustative...

Mais attention, il ne s'agit pas seulement des technologies numériques ; la réalité augmentée n'est pas fatalement virtuelle... simplement, elle s'intéresse à tous les sens.

L'heure est à l'expérience

Et la multi-sensorialité est bien une tendance de fond depuis une dizaine d'année.
Elle touche aussi bien les structures culturelles comme les musées et centres de sciences, que les territoires (villes, sites remarquables, parcs naturels, petites cités de caractère ou autres).

Les pays d'Amérique du Nord et d'Europe du Nord suivent cette piste depuis longtemps, le Canada en particulier.

 

La France semble donc s'y mettre sérieusement. On dirait même que ça va plus vite que dans l'éducation où l'approche sensorielle de Maria Montessori reste encore confidentielle.
Les acteurs du tourisme et de la culture se voient proposer des formations aux visites animées ou sensorielles ou des journées professionnelles sur ce thème.

De petites communes et territoires enclavés sont fières d'offrir ce mode de découverte innovant.

Voilà pour le constat d'engouement ou d'intérêt. Reste à comprendre à quoi sert cette multi-sensorialité.

 

Attirer de nouveaux publics

Avec les visites « animées », on dépasse les classiques visites guidées ou visites conférences, un peu magistrales, plutôt appréciées des seniors, et on peut enfin s'adapter aux familles.

Dans un musée, la scénographie «sensorielle » permet de contextualiser sans déployer de discours savant. Même novice, le visiteur appréhende plus immédiatement une époque, un objet, un personnage par des sons, des odeurs, des couleurs, des matières à toucher, etc.

Et bien entendu, s'adresser à tous les sens du visiteur permet de pallier d'éventuels handicaps sensoriels : une découverte tactile, audio ou olfactive se révèle précieuse en cas de déficience visuelle. Ainsi, ce parcours proposé à Inzinzac-Lochrist (56) est labellisé tous handicaps.

 

Concilier enfin tourisme et culture

Comme le rappelle infatigablement Evelyne Lehalle, les professionnels des deux secteurs peuvent se retrouver sur ce terrain multiforme.
La conception d'une visite sensorielle peut faire travailler ensemble les conservateurs et médiateurs du patrimoine, les artistes, les techniciens multimédia, les prestataires de services touristiques, les scientifiques et les communicants, les collectivités ou organismes publics et les entrepreneurs de la culture, etc. Les structures et sites qui veulent développer ces parcours ont en effet rarement les compétences en interne ; ils sont obligés d'aller puiser leurs ressources hors de leur bulle.

 

Renouveler la communication et lui donner du fond

Certes, le marketing sensoriel est en plein boom et la tentation est grande de s'arrêter à la dimension plaisir et divertissement. Mais ajouter une facette sensorielle à sa communication, c'est aussi fournir une information supplémentaire. Par l'audio naturalisme (cris d'animaux), on découvre plus profondément un milieu naturel. Par l'olfaction, on augmente sa culture œnologique... On ne se contente alors plus de « consommer » un site touristique et culturel, on le comprend, on s'en imprègne !

 

Créer un attachement

Dans le cas d'un territoire, la découverte sensorielle se rapproche de la notion d'« espace vécu » du géographe Armand Frémont. Ce type de visite présente et suscite une subjectivité presque absolue, celle des habitants s'ils sont invités à exprimer, à raconter leur territoire, et celle du visiteur qui va ressentir l'espace de façon encore plus personnelle. Le lien entre habitant ou visiteur et territoire s'en trouve renforcé.

 

À votre tour !

Tout à fait dans cet esprit, quoique centrées exclusivement sur le numérique, les rencontres professionnelles « territoires sensibles » ont lieu les 9 et 10 février 2017 à la bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, à Marseille, dans le cadre de Chroniques, la semaine des imaginaires numériques.

 

D'autres informations, une assistance à maîtrise d'ouvrage ou la création d'une visite sensorielle numérique ? N'hésitez pas à contacter Tous Curieux / Histoire de son

Site internet

Page Facebook

Compte Twitter : @HistoireDeSon

Voir les commentaires

Les bricoleurs s'emparent du musée des beaux-arts de Brest

21 Septembre 2015, 17:12pm

Publié par véronique muzeau

Les bricoleurs s'emparent du musée des beaux-arts de Brest

Museomix fait des petits. Pendant les journées du patrimoine, le musée des beaux-arts de Brest s'est fait remixer par quelques médiateurs, bricoleurs et geeks avec l'aide des Petits Débrouillards.

 

Pendant les Journées du patrimoine 2015, l'association des Petits Débrouillards Bretagne a proposé au musée des beaux-arts de Brest Artemix, opération totalement inspirée de Museomix®.

Le principe était donc le même : faire travailler ensemble pendant plusieurs jours dans un musée des médiateurs, des artistes, le publics, les amis du musée, des designers, des bricoleurs.

L'objectif également similaire : réinventer le musée et proposer de nouveaux dispositifs de médiation pour mettre en valeur les collections.

 

 

 

Favoriser l'accessibilité au handicap visuel

 

Le musée a souhaité axer l'opération sur l'impression 3D afin de proposer des dispositifs tactiles pour le public non voyant : reproduire les œuvres pour que les visiteurs déficients visuels puissent les toucher. En particulier les œuvres de la sculpteur ethnographe Anna Quinquaud : le musée en possède un fond important qui plait beaucoup au public.

Les visiteurs apprécient également le dispositif et viennent voir les "Artemixeurs" à l'oeuvre.

 

Le fablab entre au musée

 

Car les Petits Débrouillards font partie du fablab de Brest « les Fabriques du Ponant » dont ils ont apporté deux imprimantes et un scanner 3 D, et d'autres outils encore.

 

 

 

Le musée geek

 

Pour le musée, l'enjeu est aussi de participer à ce mouvement des laboratoires de fabrications et de s'ouvrir aux nouvelles technologies, histoire de dépoussiérer son image.

 

Très concrètement, les objets réalisés vont aussi servir aux médiateurs du musée pour proposer à leurs visiteurs d'autres approches des œuvres. Pour une petite équipe comme celle de Brest, c'est donc une aide précieuse.

 

Pour les Petits Débrouillards, spécialistes de la médiation scientifique, l'enjeu est à la fois de faire découvrir les outils numériques et les technologies nouvelles, mais aussi de faire partager leur savoir-faire en matière de médiation : de la vulgarisation appliquée cette fois aux beaux-arts.

 

Les bricoleurs s'emparent du musée des beaux-arts de Brest
Les bricoleurs s'emparent du musée des beaux-arts de Brest

Voir les commentaires

Paroles de médiateurs culturels #7 : créativité !

21 Juillet 2015, 11:32am

Publié par véronique muzeau

Paroles de médiateurs culturels #7 : créativité !

Sans être un créateur, le médiateur culturel doit en tout cas faire preuve de créativité. En médiation directe ou indirecte, la conception des séances et des outils de médiation demande imagination et inventivité. Quant au public, il devient lui aussi... créatif.

 

Inventer sans cesse de nouvelles médiations

 

Quand il joue les intermédiaires entre une création artistique et le public, ou entre un paysage culturel et ses visiteurs, le médiateur culturel doit tout de même créer...du sens. Il doit faire en sorte que le public entre en contact avec l'objet, le milieu, la culture qui lui est présenté(e).

C'est ainsi que le médiateur culturel est amené à concevoir des formes innovantes de visites et de découvertes.

Le médiateur doit sans cesse se renouveler car :

  • Il doit conquérir de nouveaux publics ; sa mission de démocratiser la culture l'exige (et aussi les nécessités économiques...)

  • Il doit s'adapter à la diversité des publics, rendre accessible sa structure aux personnes handicapées, intéresser les scolaires, se faire comprendre des étrangers,etc.

  • Il doit étonner pour fidéliser et faire revenir les visiteurs (nécessité économique encore...)

Elle est donc loin la visite guidée linéaire, d'une œuvre à l'autre, au musée des beaux-arts ou d'un objet à l'autre dans l'écomusée. Désormais, on vous propose presque uniquement des visites thématiques.

Dans le cas de Christophe Le Guern, médiateur de l'écomusée des Monts d'Arrée, il y a tant d'angles pour aborder le territoire et la façon dont on y vivait autrefois, que chaque visite est forcément unique. Tout dépendra des visiteurs et des interactions qu'ils souhaiteront créer.

 

 

 

Pour faire face à la potentielle variété des publics, le médiateur culturel est conduit à :

  • multiplier les niveaux de lecture, de perception et d'information,

  • diversifier les outils et les canaux de médiation,

  • s'adresser aux intelligences et aux sens multiples,

  • assouplir l'utilisation des parcours, des outils, des supports.

 

Même un dispositif de médiation numérique - donc indirecte - est d'autant plus réussi qu'il répond à ces exigences. Voilà pourquoi les applications mobiles fleurissent dans les sites culturels. On peut y mettre aussi bien une animation 3D que du son, des documents d'archives ou des projections futuristes, des visioconférences ou des jeux.

 

Donc, qu'il travaille en musée, dans un service du patrimoine, dans une bibliothèque ou dans une entreprise prestataire, le médiateur culturel est forcément un créatif !

 

Mais en la matière, il se trouve que la création est aussi du côté du public.

 

Transmission par la participation créative

 

Qu'y a-t-il derrière le mot création ? La fabrication déjà.

Depuis qu'on a compris que la médiation culturelle supposait la participation du public, on l'invite fréquemment à agir, à faire. Dans les ateliers de Christophe Le Guern, le public met clairement la main à la pâte et fabrique du pain, des crêpes « à la mode d'antan ». Ici, l'acte de « faire » permet de transmettre un savoir-faire technique. Mais l'atelier donne aussi une idée précise des contraintes quotidiennes qui pesaient sur nos aïeux.

Bien sûr, quand il s'agit d'art, la création signifie aussi « expression ». Et les médiateurs culturels encouragent également fortement cette création : les enfants sont invités à réaliser une œuvre en s'inspirant d'un artiste, ou bien ils fabriquent une maquette inspirée du patrimoine urbain.

Dans les centres de culture scientifique et technique, on peut aller jusqu'à créer son petit jeu électronique, un objet volant ou une sculpture lumineuse. Tout dépend du temps dont on dispose.

Les théories de la pédagogie nous affirment que plus l'implication de l'apprenant est forte, plus l'apprentissage est efficace. On retient 90% de ce qu'on fait selon Edgar Dale.

Et quand bien même le visiteur n'aura rien retenu de la médiation, il aura en au moins gardé...la satisfaction d'avoir créé.

 

 

Histoire de Son propose des formations à la médiation culturelle numérique.

N'hésitez pas à nous contacter.

 

Voir les commentaires

Paroles de médiateurs culturels #3 : visites sensorielles

24 Avril 2015, 09:19am

Publié par véronique muzeau

Paroles de médiateurs culturels #3 : visites sensorielles

 

 

La visite guidée d'antan disparaît, vive la visite sensorielle ! Qu'il soit accompagnateur direct des visiteurs ou concepteur en amont d'outils pour une visite autonome, le médiateur culturel aime faire appel à tous les sens des publics.

 

Témoignage d'Anaëlle Le Pann médiatrice culturelle à l'écomusée des Monts d'Arrée qui développe particulièrement les visites sensorielles.

 

 

 

Solliciter tous les sens des visiteurs

 

C'est une constante du discours des médiateurs culturels, surtout ceux qui travaillent en écomusées, la visite guidée magistrale c'est fini ; elle est « has been » « ringarde » « dépassée »... La visite accompagnée doit impliquer fortement les visiteurs. On ne se contente plus de poser des questions aux écoliers pour voir s'ils suivent, ou aux adultes pour déceler leurs bases culturelles. Non, le "must" à présent, c'est qu'ils puissent toucher, sentir et même goûter, en plus d'écouter ou de voir.

C'est pareil quand il s'agit de médiation indirecte. Dans les dispositifs de scénographie des collections permanentes ou des expositions, la tendance est au multi-sensoriel.

 

S'adresser aux multiples intelligences

 

La théorie des intelligences multiples d'Howard Gardner semble avoir conquis la médiation culturelle.

On fait ainsi appel à d'autres formes d'intelligence des visiteurs et plus seulement à l'intelligence verbale-linguistique. L'intelligence corporelle-kinesthésique est sollicitée au travers d'ateliers pratiques qui visent à faire reconstituer les gestes du passé. L'intelligence spatiale est valorisée lors d'explorations d'espaces et de manipulations de ces espaces en 3 D. La médiation scientifique n'hésite plus à soumettre des problèmes aux visiteurs et à faire fonctionner leur intelligence logico-mathématique ou naturaliste. La médiation ethnologique valorise souvent l'intelligence musicale-rythmique.

 

Faire participer le visiteur

 

En fait, l'aspect sensoriel n'est bien qu'une facette d'une visite plus largement participative. Tout est là. Le médiateur refuse d'être le guide magistral d'un visiteur passif qui risque de ne rien retenir de son « discours ».

Il ne cherche plus forcément à multiplier les données transmises, mais à améliorer la qualité de la transmission à ses publics.

Dans la même logique, le médiateur culturel ne s'adresse plus uniquement à l'intellect des visiteurs mais aussi à leurs émotions et sensations.

Démarche qui, au passage, permet une plus grande accessibilité des visites : on peut ainsi espérer toucher les personnes atteintes d'un handicap sensoriel voire d'un handicap mental. On peut espérer intéresser un public dénué de tout ce bagage culturel sur lequel on comptait autrefois. La médiation culturelle permet ainsi d'élargir l'accueil des publics.

 

Le médiateur, un savant en retrait

 

Les jeux sérieux qu'ils soient jeux de piste, rallyes d'observation ou de dessin, géocachings culturels, concours d'énigmes, ont fait du visiteur un acteur de sa visite.

Lors d'une médiation directe, le médiateur a désormais pour mission de présenter les outils, les ajuster aux demandes des visiteurs, lancer les débats, équilibrer la participation de chacun, aider les moins autonomes ; et bien sûr, toujours, répondre aux questions.

Pas question donc de se contenter de médiateurs « animateurs ». Ils doivent être particulièrement au fait des connaissances et des dernières découvertes de leur domaine.

Chercheur, le médiateur ? Pas encore, mais il doit être bien informé de l'état de la recherche.

En tout cas, son attitude relève désormais d'un paradoxe : plus que jamais le médiateur culturel est le « savant », mais il ne doit pas trop le montrer...

 

 

Voir les commentaires

Paroles de médiateurs culturels #1

10 Avril 2015, 10:43am

Publié par véronique muzeau

Paroles de médiateurs culturels #1

Histoire de Son vous propose en ce printemps un feuilleton sonore consacré à la médiation culturelle. Pour explorer ce riche métier, encore jeune et en pleine évolution, donnons la parole à ceux qui l'exercent.

 

Un écomusée de la vie rurale

 

Cécile est éducatrice à l'environnement et médiatrice culturelle à l'écomusée de Saint-Dégan à Brech (Morbihan).

L' écomusée est constitué de plusieurs bâtiments dont deux anciennes fermes des XVIIe et XIXe siècles, couvertes d'un toit de chaume en paille de seigle.

L'idée est donc de montrer l'évolution de l'habitat, des modes de vie à travers les objets, l'organisation spatiale des bâtiments, les faits et gestes des humains de l'époque, etc.

L'écomusée est représentatif du territoire du pays d'Auray et de son passé agricole. Un habitat et un tissu économique constitué de fermes de polyculture-élevage ; on cultivait plusieurs céréales et pour différents usages. Ainsi, le seigle était cultivé à la fois pour l'alimentation et pour le chaume des toitures. De même, les paysans élevaient plusieurs espèces d'animaux comme les vaches, cochons et chevaux de trait.

 

 

 

 

Comment captiver les écoliers

 

Cécile est chargé du volet scolaire de la médiation culturelle du musée, en particulier auprès des élèves de primaire ; son travail comprend donc une mission d'accueil des classes, de présentation du site. Mais sa mission d'éducatrice est d'éveiller l'intérêt des enfants. Elle le fait en comparant leur quotidien et la vie rurale d'autrefois.

 

Pour Cécile, la médiation culturelle est un mélange de transmission, valorisation et vulgarisation des collections, des objets, mais aussi des savoir-faire.

 

Les outils de médiation : visites participatives

 

En vertu d'un principe pédagogique de base qui est qu'on apprend mieux quand on fait, Cécile propose souvent davantage que des visites guidées classiques. Bien souvent, ses visites comprennent aussi une dimension sensorielle. Et les écoliers peuvent aussi découvrir l'écomusée via des jeux de piste et des énigmes. L'idée est de susciter l'observation personnelle pour permettre aux enfants de s'approprier les lieux voire des objets qu'il s'agit de retrouver.

Les enfants peuvent aussi véritablement « faire » en participant aux ateliers de fabrication du pain ou de vannerie que propose l'écomusée. Cette fois la médiation culturelle porte sur un patrimoine immatériel : savoir-faire et pratiques quotidiennes.

 

De la médiation à la sensibilisation à l'environnement

 

L'écomusée de Saint-Degan comprend également un vaste domaine : parc, verger, etc. L'idéal pour proposer aussi aux enfants des activités en extérieur. En tant qu'éducatrice à l'environnement, Cécile replace les enfants dans un environnement végétal et elle cherche ainsi à leur faire comprendre le lien que l'homme peut avoir avec la nature. En parlant des pratiques paysannes du passé, on peut rapprocher les enfants d'aujourd'hui de la nature pour mieux la préserver.

 

Voir les commentaires

Le handicap visuel expliqué aux voyants

19 Mars 2015, 09:02am

Publié par véronique muzeau

L'humour pour lutter contre les idées reçues sur la déficience visuelle

L'humour pour lutter contre les idées reçues sur la déficience visuelle

 

 

Il y a deux façons de faire progresser la cause des personnes handicapées dans la société. D'abord, permettre l'accessibilité des lieux, des outils et des contenus. Mais faire accéder les non-handicapés à l'univers du handicap est aussi très efficace.

 

La déficience visuelle est le handicap le plus mal traité en France en matière d'accessibilité. Peu de sites, de lieux physiques, d'équipements ou de contenus culturels et informatifs sont parfaitement accessibles aux aveugles et aux mal voyants.

Pourtant, dans l'autre sens, il est très simple de s'immerger dans l'univers de la déficience visuelle : il suffit de fermer les yeux.

Voilà pourquoi les initiatives pour faire ressentir à tous la déficience visuelle se multiplient. Elles contribuent à sensibiliser la société à ce handicap sensoriel.

 

Faire comprendre en profondeur la déficience visuelle

 

L'IPIDV , partenaire d'Histoire de Son, a récemment changé de nom. L'association est toujours très active pour permettre aux enfants handicapés visuels de suivre une scolarité normale et pour aider les non-voyants et mal-voyants de tous les âges dans leur vie quotidienne. Mais les deux lettres I qui désignaient autrefois « Institut » et « Insertion » sont désormais les initiales d' « Initiatives » et d' « Inclusion ». Pour inclure, il faut connaître et comprendre profondément. Et par quelles initiatives peut-on faire comprendre le handicap visuel ?

 

L'humour pour dédramatiser le handicap

 

En voici une, parmi d'autres : vendredi 20 mars 2015, l'IPIDV présente, avec la compagnie Impro Infini, un spectacle au titre provocateur « Tous Aveugles ». C'est le résultat d'un travail de la compagnie au sein de l'association, à la rencontre des personnes déficientes visuelles du Finistère. Les comédiens se sont approprié leur réalité, leur quotidien, loin des clichés et des préjugés, et ils ont transformé tout ça en spectacle. Ce sera l'ouverture du festival international d'improvisation théâtrale Subito à Brest.

Dans le même registre, humoristique mais documenté, le récent film d'Éric Lartigau, La famille Bélier, a pu aussi contribuer à faire tomber quelques préjugés sur la déficience auditive.

 

Les expositions et les dispositifs tactiles ouverts à tous

 

D'autres idées émergent un peu partout, souvent dans le domaine culturel et également chez nos voisins européens. On pourra citer de nouveau l'exposition itinérante « Ferme les yeux pour voir la préhistoire » conçue par le Préhistosite de Ramioul (Belgique) et reprise par des musées français.

Plus récemment, le musée du Prado à Madrid a mis à disposition du public déficient visuel des reproductions en relief - avec commentaires audio - de 6 tableaux de Vinci, Goya ou El Greco. Mais les visiteurs qui voient parfaitement sont eux aussi invités à tenter l'expérience du tactile audio décrit, en chaussant des lunettes opaques. Non seulement il s'agit de leur proposer une autre « vision » d'une œuvre, mais on leur fait aussi toucher du doigt ce que ressentent les personnes aveugles ou mal-voyantes.

 

Régulièrement, partout en France, des festivals, des événements locaux, souvent modestes, proposent aux personnes valides d'endosser momentanément un handicap sensoriel ou moteur. Des séances d'écoute dans le noir, des parcours à la canne blanche, des découvertes tactiles... autant de mises en situation qui combinent sensibilisation au handicap visuel et aspect ludique.

 

« Serious game » de simulation de la cécité

 

Logiquement, le secteur de la santé aborde aussi la sensibilisation au handicap par le biais de la formation, et la pédagogie du jeu est prise en compte. Les outils numériques jouent un rôle crucial et ça donne par exemple cette salle virtuelle en 3D de l’Institut Les Hauts Thébaudières en région nantaise. Sensivise est un « serious game » ( jeu sérieux), une application de réalité virtuelle développée par Dassault Systems qui permet d'expérimenter de l'intérieur différents troubles de la vision.

 

L'expérience reste limitée dans le temps et l'espace. Mais si elle permet à tout un chacun d'effleurer le handicap « de l'intérieur », l'objectif pédagogique est atteint et l'indifférence recule.

 

Voir les commentaires

Les Trophées de l'accessibilité® 2015

24 Février 2015, 21:09pm

Publié par véronique muzeau

Les Trophées de l'accessibilité® 2015

Organisés depuis 2010 par l'association Accès pour tous, les Trophées de l'accessibilité® récompensent les initiatives prises dans notre société pour un accès de tous à tout, quel que soit le handicap. La sélection distingue notamment les efforts réalisés dans le tourisme et la culture.

 

Composé d'une vingtaine de représentants d'associations de personnes handicapées, le jury a dû départager près de 300 candidats. Il a dévoilé son palmarès de l'accessibilité des Régions le 9 février 2015.

 

Les 4 lauréats Tourisme et Handicap

 

L'office de tourisme de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) est ainsi salué pour son accessibilité tous handicaps. Pour les visiteurs déficients visuels, l'office propose ainsi un document en braille et caractères agrandis.

 

Le Château des ducs de Bretagne et Musée d'histoire de Nantes est ainsi récompensé pour ses gros efforts pour proposer des visites autonomes, là encore, tous handicaps. Pour la déficience visuelle, c'est un parcours tactile appuyé sur un audioguide spécifique et sur différents dispositifs tactiles et sonores qui jalonnent les salles. S'y ajoute l'application mobile NantesMusée pour déficients visuels à télécharger gratuitement sur son smartphone.

 

Le Pôle International de la Préhistoire des Eyzies de Tayac (Dordogne) a quant à lui particulièrement soigné l'ergonomie accessible de visite pour accueillir tous les visiteurs, avec ou sans handicap. Il propose aux visiteurs mal-voyants et non-voyants, plan du bâtiment en relief et en braille à l'accueil, livret en gros caractère et en braille, dessins en relief, maquette, moulages et reconstitutions tactiles, documentaires en audiodescription, ordinateurs équipés d'un logiciel de reconnaissance vocale et animations dédiées pour les groupes autour d'expérimentations tactiles sur réservation.

 

Très accessible aussi le Musée départemental de la Céramique à Lezoux (Puy de Dôme) dont l'audioguide à déclenchement infrarouge comprend consignes de déplacement, audiodescription, informations scientifiques et s'accompagne d'une bande podotactile en relief et contrastée apposée sur le sol. On prête même des loupes à l'accueil.

 

Pour bien montrer que l'accessibilité n'est pas une question de (gros) budget, les trophées ont aussi une catégorie Tourisme et handicap – Petite structure touristique qui récompense cette année 5 hébergements ou transports touristiques accessibles aux personnes à mobilité réduite partout en France.

 

D'autres trophées pour la culture accessible

 

La catégorie Accessibilité, diversité et vivre ensemble a récompensé un autre établissement culturel, Universcience, l'établissement public du Palais de la découverte et de la cité des sciences et de l’industrie qui a conçu l'exposition temporaire interactive et multi-sensorielle Pour Tous : Mille milliards de fourmis. Itinérante, cette exposition fait escale actuellement à l'espace des sciences de Rennes jusqu'au 17 mai 2015.

 

La sélection nationale des Trophées de l'accessibilité® 2015

 

Dans la catégorie produit accessible de la sélection nationale des Trophées de l'accessibilité®, il est encourageant de constater que les 4 lauréats s'adressent tous aux usager déficients visuels, notamment au travers d'applications mobiles de signalétique audio ou vocalisation de smartphone (Audiospot, Pick Out, Kapsys).

 

Enfin, nouveauté 2015, un prix spécial Accès pour Tous à la Culture récompensera une animation ou une manifestation culturelle accessible à tous.

 

Les Trophées de l'accessibilité® seront décernés à Paris le 19 mai 2015.

Voir les commentaires

Les visites culturelles de Théo, non-voyant

19 Janvier 2015, 12:21pm

Publié par véronique muzeau

Repenser la visite et la médiation culturelles pour les rendre multisensorielles

Repenser la visite et la médiation culturelles pour les rendre multisensorielles

Nouvel entretien avec Théo, 14 ans, qui nous raconte comment il vit son handicap visuel. Cette fois, il évoque ses visites culturelles. Il apprécie particulièrement le développement des dispositifs interactifs et multi-sensoriels qui se développent de plus en plus.

 

Un coup de chapeau particulier à la Cité des Sciences

Théo a pu visiter l'exposition "la voix" en 2014 à la Cité des Sciences et de l'Industrie à La Villette et il a particulièrement apprécié l'accessibilité de cette exposition très interactive. Mais il salue aussi la qualité des espaces d'exposition permanente, très accessibles aux personnes déficientes visuelles (cartels en braille ou en caractères agrandis).

Des dispositifs de visite multi sensoriels

Les lieux de visite et sites du patrimoine, comme le château de Kerjean dans le Finistère, proposent de plus en plus de dispositifs qui font appel à d'autres sens que la vue. Dispositifs tactiles, médias audio ou parfois diffuseurs olfactifs permettent aux non-voyants et mal-voyants de participer pleinement aux visites.

Les musées encore trop peu accessibles

Théo nous a confié peu fréquenter les musées. Il déplore le manque d'interactivité des médiations proposées, mais il reconnait être peu informé des dispositifs accessibles mis en place ces dernières années dans les établissements culturels. Il reste donc un effort de communication à faire dans les musées et sites accessibles.

Ecoutez le témoignage de Théo

 

 

 

 

Pour écouter l'entretien complet avec Théo, rendez-vous sur le site de notre partenaire Radio Évasion.

Voir les commentaires