Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Articles avec #culture

Histoire de Son vous souhaite une excellente année 2015

25 Décembre 2014, 20:34pm

Publié par véronique muzeau

Une année pleine de sens, de sons, de culture!

Une année pleine de sens, de sons, de culture!

Quelques voeux pour l'année à venir?

 

  • Que la culture soit enfin une composante à part entière du tourisme!
  • Que le numérique prenne tout son sens avec des contenus de qualité et ne s'arrête pas aux seules prouesses technologiques.
  • Que l'accessibilité universelle soit une donnée incontournable de tous les projets culturels.
  • Que l'imagination fertile des producteurs de contenus rencontre l'ambition culturelle des institutions, collectivités locales, structures privées, quelle que soit leur taille.
  • Que les institutions, collectivités publiques ou structures privées pensent médiation et pas seulement communication.
  • Que le patrimoine immatériel devienne une vraie roue du carosse culturel.

 

Bonne année 2015 à tous !

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en décembre

30 Novembre 2014, 22:15pm

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en décembre

Mieux qu'un calendrier de l'avent, notre agenda des rendez-vous vous prouve que le monde de la médiation et du tourisme culturels et accessibles ne se laisse pas engourdir par le froid.

 

  • Depuis le 29 novembre et jusqu'au 7 décembre, c'est la Semaine de l'Accessibilité 2014 au musée du Quai Branly. Ateliers, visites spécifiques et dispositifs accessibles sont proposés gratuitement.

 

 

  • « Le numérique entre outil et culture : quels défis pour l’historiographie ? », Journées d'étude, les 1er et 2 décembre à l'EHESS.

 

 

  • Quelle(s) médiation(s) pour les sciences ? C'est ce que vont se demander les participants de la journée d'étude organisée le 2 décembre 2014 à la Bibliothèque Nationale de France.

 

  • Le 3 décembre 2014, comme chaque mercredi, l'école de la Panacée met la « médiation numérique en débat » et invite Gonzague Gauthier (Centre Pompidou) et Sébastien Magro (musée du Quai Branly) pour parler de ce que les tablettes tactiles ou les applications smartphone ont changé dans les musées, et en particulier cette fois dans les musées de société.

 

 

  • À la cité Chaillot, jeudi 4 décembre 2014, Pierre-Antoine Gatier vient parler des « monuments » du patrimoine mondial D’Abou Simbel (Egypte, 1966) à l’usine Van Nelle (Pays-Bas, 2014)
  • et le jeudi 18 décembre 2014 ce sera Thierry Lefebvre sur la question : Pour une conservation exemplaire de la nature  ?

 

  • Pour ceux qui s'intéressent à l'accessibilité aux déficients visuels, l'Association Valentin Haüy propose une nouvelle visite découverte de ses locaux parisiens et de ses services : musée, imprimerie braille et médiathèque, le 4 décembre. Réservation indispensable.

 

  • Comment les outils numériques mobiles inspirent-ils les artistes ? Un art spécifique destiné aux smartphones et tablettes est-il en train de voir le jour ? Réponses au colloque Art et Mobiles les 4 et 5 décembre 2014.

 

 

 

 

  • Jusqu'au 28 décembre 2014, la médiathèque Marguerite Duras expose pour la première fois une installation multi sensorielle accessible aux personnes déficientes visuelles dans son exposition "À table avec deux petites curieuses". L’installation se compose de deux tables conçues en lien avec un conte : Boucle d’Or et Alice au pays des merveilles. Des bibliothécaires vous accompagnent dans la découverte de ces tables le mercredi de 16h à 17h30 et le samedi de 16h à 18h.

Voir les commentaires

Des trains pour la culture (2)

21 Novembre 2014, 11:01am

Publié par véronique muzeau

Une application mobile qui vous explique le paysage traversé par le train

Une application mobile qui vous explique le paysage traversé par le train

Les trains et les gares sont des lieux culturels comme les autres. Aux expositions ou événements culturels dans les gares s'ajoutent la valorisation du patrimoine liée à l'histoire ferroviaire et enfin, grâce au nomadisme numérique, l'offre culturelle à bord des trains.

 

On peut même enrichir la culture scientifique et culturelle grâce au train, plus exactement à la faveur de la construction d'une ligne de TGV, comme celle qui voit le jour entre Le Mans et Rennes.

 

Travaux ferroviaires et archéologie

 

Sur les 214 kilomètres de la Ligne à Grande Vitesse Bretagne - Pays de la Loire et ses quelque 2 200 hectares d’emprise foncière, l’Institut national de recherches archéologiques (INRAP) a mené plus de 20 000 jours de prospections, fouilles et études. Avec à la clef, des découvertes sur une longue période puisque les archéologues sont remontés jusqu'à Neandertal et ses bivouacs en vallée de la Sarthe. Ces découvertes sont partagées avec le public au travers d'un ouvrage Sur les rails de l’histoire. Découvertes archéologiques le long du tracé de la Ligne à grande vitesse Bretagne – Pays de la Loire, sous la direction de Michel Baillieu et Pierre Chevet, éditions de la Reinette, 2013.

Sur les rails de l'histoire est aussi le titre d'une exposition archéologique itinérante, qui fait halte à l'Hôtel de la Région Bretagne jusqu'au 19 décembre 2014, après un passage à la préfecture de la Sarthe au Mans, puis au musée archéologique départemental de Jublains en Mayenne.

 

La SNCF anime ses gares

 

La branche de la SNCF Gares et connexions organise quant à elle des événements culturels dans les gares, et parfois dans les trains : habillage de 6 gares avec des photographies des Rencontres d'Arles entre juillet et septembre, restauration d'éléments anciens du patrimoine ferroviaire comme les colonnes en fonte XIXe de la gare de Strasbourg, visite de la Tour de l'Horloge à la gare de Lyon (Paris) ou exposition de trains mythiques comme l'Orient Express et sa machine à vapeur pendant les journées du patrimoine.

En ce moment, des expositions en gare de Poitiers jusqu'au 10 décembre à l'occasion du Poitiers Film Festival.

Régulièrement, des concerts animent la gare Saint Lazare.

Gare et Connexions soutient même un appel au financement participatif (crowdfunding) pour la restauration des tableaux en céramique de la gare de Tours, via Ulule.fr

 

L'interprétation du paysage vu du train

 

La gare de Tours est justement l'une des étapes clefs de l'application mobile le Val de Loire vu du train, co-réalisée par Histoire de Son (pour les contenus audio) : l'application vous explique le paysage vu du train, autrement dit ce patrimoine mondial UNESCO qu'est le Val de Loire : le fleuve, son milieu naturel, l'action humaine sur les paysages, l'histoire des villages ligériens, le troglodytisme ou l'art de tailler le tuffeau, sans oublier les vignobles du Val de Loire ou même la centrale nucléaire de Chinon. Et pour interpréter le paysage, des interviews de géographes, architectes, historiens, conservateurs ou guides, et des acteurs économiques comme un maraîcher d'Anjou ou un représentant de la profession viticole …L'application est toujours en cours d'enrichissement, elle sera terminée en 2015 et couvrira tout le trajet d'Orléans à Nantes.

 

Ce n'est qu'un début. On inventera sûrement de nouveaux moyens de transformer le déplacement ferroviaire en voyage culturel.

Voir les commentaires

Un autre tourisme est possible

13 Novembre 2014, 16:36pm

Publié par véronique muzeau

Le tourisme réussi c'est d'abord l'expérience inoubliable

Le tourisme réussi c'est d'abord l'expérience inoubliable

Ce n'est pas au « premier pays touristique du monde » - la France - qu'on va donner des leçons de tourisme... Et pourtant si ! Le CESE, conseil économique social et environnemental préconise de « repenser le tourisme ». La proximité, la diversification des formes de tourisme et l'ancrage dans les territoires devraient être les axes du tourisme de demain.

 

Du tourisme de masse au tourisme durable

 

Le tourisme en France reste un tourisme « de masse », concentré sur un cinquième du territoire hexagonal alors que les 80% restants ont sans doute des atouts à faire valoir.

Concentré également dans le temps (de juillet à septembre), ce tourisme n'est guère durable : il génère surcharge, surpopulation et surconsommation sur une petite portion du territoire. Il exclut aussi une partie de la population française elle-même. D'où les maîtres-mots pour le nouveau tourisme que le CESE appelle de ses voeux : durable et social.

 

Spécificités et inventivité

 

Pour éparpiller les visiteurs et rendre les vacances plus accessibles, le Conseil préconise une offre plus diversifiée, plus innovante aussi. Les territoires ont des atouts variés, ils doivent pouvoir se distinguer les uns des autres pour étonner les vacanciers. Alors que le CESE souligne la multiplicité des acteurs du tourisme (le fameux « mille-feuille » des Offices, Syndicats, Pays, Agences), on s'étonne en effet que l'offre soit si standardisée. Il faut dire que ces nombreux acteurs collaborent encore assez mal, souligne le Conseil. La concurrence fait rage pour une petite part de gâteau, alors qu'il reste l'essentiel du gâteau à se partager... L'imagination ferait-elle défaut aux acteurs du tourisme ? Ou bien les bonnes idées circuleraient-elles peu ?

 

Proximité et participation

 

En tourisme aussi on peut promouvoir les circuits courts. Une distance moindre réduit les déplacements, donc leur coût et les pollutions qu'ils génèrent. Le temps de tourisme s'en trouve aussi allongé. C'est donc plus durable et plus social. Il ne reste plus au territoire qu'à séduire ses voisins, voire ses propres résidents. Et surtout à conquérir ceux parmi eux qui ne sont pas encore touristes !

Le CESE préconise donc un tourisme accessible à tous, mieux réparti, diversifié, plus proche de la nature et des habitants. Presque une révolution, mais on devrait pouvoir y arriver !

 

Et cette vision c'est bon pour le tourisme culturel.

Certes, le touriste durable appréciera le calme verdoyant d'une campagne hors des sentiers battus. Il s'éclatera physiquement dans des forêts sauvages ou sur des rivières méconnues. Certes, il goûtera certainement la gastronomie locale restée authentique, et il aimera dormir chez les gens du cru.

Mais gageons que le touriste durable aura aussi soif de découverte et donc de culture !

 

Élargissement du champ de la culture

 

Dans son article sur la participation des publics au musée, Sébastien Magro, expert en nouvelles muséographies, évoque nos 250 écomusées et musées de société. Il rappelle au passage que la notion de patrimoine ou d'objet de culture s'est bien élargie depuis les années 1970.

Au delà des oeuvres d'art ou des vestiges archéologie, tout (ou presque) peut être sujet d'étonnement, d'apprentissage et d'émotion : les communautés humaines, leurs pratiques, leur vécu, leurs souvenirs. L'ethnologie est passée par là. Et nous ajouterons le milieu naturel : faune, flore, géologie, géographie. L'écologie a bien poussé.

 

Les outils d'un tourisme accessible et disséminé

 

Les outils numériques permettent depuis quelques années (seulement) de concevoir une transmission et une découverte sans bâtiments, sans même un personnel d'accueil (c'est parfois regrettable) ; on crée ici des « musées promenades » en plein air, on propose là des parcours ou des itinéraires d'interprétation.

Nul besoin désormais d'avoir un arc de triomphe à l'entrée de la ville, ni de bâtir à grand frais un musée. Il suffit en somme de donner du sens à son territoire, quel qu'il soit.

Enfin, il suffit... La mise en valeur d'un patrimoine, son interprétation et sa mise en scène ne s'improvisent pas, bien sûr. La construction des outils numériques de visite est affaire de professionnels y compris leur contenu ! Et le « fait maison » n'est guère souhaitable pour résister à la concurrence des autres territoires. Adapter son discours aux différents médias numériques, interviewer des personnes ressources, connaître les ressorts de la médiation numérique, rendre cette médiation accessible à des visiteurs handicapés, voilà qui suppose un savoir-faire.

 

Mais si la mise en valeur des mille et un trésors culturels ou naturels de la France est réussie, nul doute qu'on pourra répartir les visiteurs dans l'espace et le temps. Nul doute qu'on aura aussi "créé" un supplément de tourisme en qualité et en quantité. Nul doute qu'on inventera un nouveau tourisme plus seulement limité au « bronzage idiot » sur quelques centimètres carrés de serviette.

De toute façon, aurons-nous le choix ?

Voir les commentaires

La culture gagne en accessibilité

5 Novembre 2014, 17:56pm

Publié par véronique muzeau

La culture gagne en accessibilité

L'accessibilité culturelle gagne du terrain et c'est tant mieux ! Et les handicaps sensoriels ne sont pas oubliés, que ce soit dans les lieux culturels d'envergure, mais aussi les sites plus modestes.

 

Ainsi, le Théâtre de Cornouaille à Quimper édite chaque année un programme de saison en version audio à destination des personnes déficientes visuelles. Sur chaque fiche spectacle du site internet du Théâtre, un fichier audio est disponible en écoute.

Le CD audio complet de ce programme est disponible en téléchargement libre ou à l’accueil du Théâtre pour toutes les personnes qui en font la demande.

Le prochain spectacle en audiodescription est celui de François Morel La Fin du monde est pour dimanche, vendredi 7 novembre 2014.

 

Quant à la fondation Louis Vuitton dans son tout nouvel écrin, elle a pensé à tout et les 7000 mètres carrés d'exposition des collections d'art contemporain sont accessibles aux visiteurs quel que soit leur handicap. Le personnel a été spécialement formé à l'accueil et aux différentes médiations et les équipements ou dispositifs de médiation sont au rendez-vous, notamment pour les visiteurs aveugles ou malvoyants : contenus audio compatibles avec l'application Voice Over pour Iphone, bandes de guidage podotactiles à l'extérieur, et de vigilance à l'intérieur, bornes sonores, maquettes tactiles des lieux avec relief, braille et texte en noir.

 

Plus ponctuelle mais à saluer aussi, la semaine de l'accessibilité que le musée du quai Branly met en place à l'occasion de la Journée Internationale des personnes handicapées le 3 décembre. Le musée propose pendant une semaine, du 29 novembre au 7 décembre 2014, l'entrée gratuite pour les personnes en situation de handicap et leur accompagnateur, et des activités gratuites pour voir, toucher, écouter ou ressentir.

 

À Rennes, le centre multiculturel Les Champs Libres, a fait de gros efforts en matière d'accessibilité. S'il n'a pas encore le label tourisme et handicap pour le handicap visuel, la bibliothèque y propose néanmoins des rendez-vous spécifiques comme ces rencontres « des livres à l'oreille » qui font découvrir aux visiteurs livres audio, CD Daisy, romans ou documentaires ou encore « Écouter voir en chambre noire », une projection de film en audiodescription chaque mois.

 

Quant aux établissements et équipements culturels qui sont encore dans le flou et se demandent par où commencer pour être accessibles, ils peuvent trouver des informations sur le site internet du ministère de la culture et de la communication.

 

Enfin, si vous-mêmes êtes en situation de handicap sensoriel, rendez-vous sur le site de l'association acces-culture qui propose un agenda des spectacles adaptés pour les handicaps visuel et auditif.

Pour les lieux de visite comme les musées, et pour tous handicaps, explorez la carte interactive de handistrict.


 

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en novembre

31 Octobre 2014, 17:25pm

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en novembre

Pas encore d'hibernation en vue pour les adeptes du tourisme culturel et accessible et de ses déclinaisons numériques. Un temps fort approche : Museomix ! Mais il y aura d'autres rendez-vous en ce mois de novembre 2014.

 

Le 5 novembre : comment les médias numériques sont-ils utilisés dans les arts de la scène? Avec Eli Commins.

Le 12 novembre : imaginer une logique d’innovation dans des institutions patrimoniales dédiées à la conservation.

Le 19 novembre : qui sont les publics de la médiation numérique?

Le 26 novembre : Marion Boutellier viendra parler de la médiation numérique du musée Fabre

 

  • Plus orientées politique touristique, les conférences de l'IREST ont lieu aussi tous les mercredis à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; celle du 5 novembre a pour thème « le tourisme alternatif dans le 93» avec Michael DUARTE, Chef de projet Développement Touristique, Comité Départemental du tourisme de Seine-Saint-Denis, 

 

  • Education artistique et culturelle & numérique, c'est le thème d'une Rencontre Numérique proposée par le Ministère de la culture et de la communication et le Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt en partenariat avec l'Espace Mendès France de Poitiers le 5 Novembre

 

  • L’Inventaire général du patrimoine culturel depuis 1794...c'est le thème d'un colloque qui se tournera vers le passé pour mieux envisager l'avenir : prospective et perspective européenne au menu les 5, 6 et 7 novembre 2014 à Paris

 

  • Pour ceux qui s'intéressent à la dimension physique et matérielle du patrimoine culturel : rénovation, entretien, transmission des savoir-faire, la 20e édition du Salon International du Patrimoine Culturel a lieu du 6 au 9 novembre 2014 au Carrousel du Louvre à Paris.

 

  • Le réseau MUST au service des acteurs « Musées, Patrimoine et Culture Scientifiques, Techniques et Industriels » organise une journée professionnelle, le 6 novembre au Musée des arts et métiers à Paris.

 

  • L'Association Patrimoine des Hautes-Pyrénées, organise, le 7 novembre prochain, sa Journée des Acteurs du Patrimoine 2014 avec pour thème "Patrimoines, Tourisme et Nouvelles Technologies : Enjeux, perspectives, nouvelles formes artistiques et numériques de valorisation" à Madiran.

 

  • La 8ème édition de la Semaine Economique de la Méditerranée se déroulera du mercredi 5 au samedi 8 novembre 2014 à Marseille. Elle aura comme thème central : « Le tourisme, vecteur de développement économique en Méditerranée ».

 

  • C'est le moment de remixer le musée !

C'est Museomix : un millier de médiateurs, bricoleurs, hackeurs, bidouilleurs, conservateurs, animateurs, artistes vont bourdonner dans 7 musées de par le monde (à Montréal, Arles, Lille, Genève ou encore en Grande Bretagne) pour les réinventer pendant trois jours très créatifs les 7, 8 et 9 novembre.

 

 

  • 2 DAYS UP! Des rencontres dédiées aux professionnels de la culture scientifique et technique (chargés de projet, médiateurs scientifiques, concepteurs,…), mais aussi aux chercheurs, doctorants, acteurs de l’éducation, du numérique, entreprises et acteurs industriels les 13 et 14 novembre à Nantes. Ateliers

 

 

 

  • À Oullins (69), le festival À nous de voir, de science et cinéma propose pendant 10 jours, du 20 au 30 novembre, des rencontres entre scientifiques, réalisateurs et publics et diffuse des films de science, avec comme objectif de replacer les questions scientifiques dans l’espace public.

 

  • L’archéologie à la rencontre des publics est le thème du colloque organisé du 26 au 27 novembre à l’Institut national du patrimoine, à Paris. On y parlera des publics face à leur passé, de leur appropriation du patrimoine archéologique, de la conciliation entre protection et exposition, des nouveaux outils de médiation et de l'émotion en archéologie.

 

Voir les commentaires

Trophées de l'accessibilité : lauréats 2014 et candidatures 2015

22 Octobre 2014, 08:09am

Publié par véronique muzeau

Trophées de l'accessibilité : lauréats 2014 et candidatures 2015

C'est désormais une marque déposée, les Trophées de l'accessibilité ® ont plus de 4 ans et récompensent des structures ou des collectifs qui font de réels efforts pour se rendre accessibles aux personnes quel que soit leur handicap. Les lauréats 2014 ont reçu leurs récompenses en mai ; les candidatures pour l'édition 2015 sont ouvertes.

 

Les trophées distinguent plusieurs catégories au plan National, avec notamment une catégorie « Produit accessible à tous », dans laquelle l’association lilloise « Signes de Sens » a reçu cette année un prix pour son application Muséo+, qui aide les enfants de 6 à 12 ans, y compris les enfants sourds ou autistes, à découvrir les œuvres d’un musée à travers des jeux interactifs et des vidéos.

 

Le Château de Mayenne particulièrement accessible

 

Parmi les Trophées des Régions, deux catégories « Tourisme et Handicap » récompensent aussi bien le bâti (cette année des chalets éco-conçus et accessibles tous handicaps dans le Cantal) que la conception universelle de la médiation culturelle.

Ainsi, le Château de Mayenne à Mayenne (53) a reçu cette année le prix « Tourisme et Handicap » pour ses efforts de longue haleine et très complets en matière d'accessibilité. Pour la seule déficience visuelle, ce musée-château propose à la fois

  • des outils de déplacement à l'intérieur du site (clous avant les descentes d'escaliers, nez de marche contrastés, ascenseur à information vocale et touches en relief transcrites en braille, bandes blanches sur les surfaces vitrées et parcours sans obstacle),

  • des outils d'interprétation : maquettes tactiles, plan relief en braille, plaquettes avec plans thermoformés et braille, fiches de salles en gros caractères, audioguide détaillé et audiovisuel, boîtes à toucher et, nouveautés de cette année, une visite multisensorielle, une visite tactile et un parcours sonore.

 

Le Conseil de l'Europe remet aussi son Trophée de l'Accessibilité et il existe un Trophée d'honneur, remis cette année à l'association Jaccede qui milite pour l'accessibilité en général.

Les initiatives menées par les Conseils d'enfants et de jeunes ont également leur catégorie.

Quant au comité de pilotage des Trophées, il est composé d'une quinzaine d'associations, médias, représentants du bâtiment et de la délégation ministérielle à l'accessibilité.

Voir les commentaires

Mais pourquoi a-t-on besoin du son?

17 Octobre 2014, 09:17am

Publié par véronique muzeau

Un seul son vous manque, et tout est dépeuplé.

Un seul son vous manque, et tout est dépeuplé.

Le son est tellement naturel que nous avons tendance à oublier qu'il est à la fois un canal de transmission et d'apprentissage et un élément de notre culture. C'est quand le son est absent qu'on se rend compte qu'il nous manque. Mais pourquoi donc ?

 

Parce que nous avons cinq sens, en tout cas ceux qui ont la chance de ne pas souffrir d'un handicap sensoriel.

Essayez de vous rappeler la dernière fois que vous avez regardé une vidéo muette depuis votre mobile, tablette ou ordinateur ? N'étiez-vous pas soudain distrait par la recherche fébrile de la petite icône du haut-parleur ? Et perturbé si cette icône restait introuvable ?

Nous sommes ainsi faits. Le son fait partie de notre expérience permanente. Notre univers quotidien est sonore, même si le son se transforme trop souvent en bruit indésirable ou en pollution sonore. En tout cas, dès qu'un écran s'anime, dès que la vie apparaît même en fac-similé, nous nous demandons : « qu'as-tu à nous dire image en mouvement ? ».

Or, la multiplication des médias, le multimédia et le transmédia ont aussi multiplié les occasions d'être exposé à ces images animées.

 

Le problème, c'est que les apporteurs de visuel n'ont pas forcément les clefs du discours audio : quel message ? Quel langage ? Quelle diction ?

 

Mais quel genre d'accompagnement audio ?

 

Et quand on ne sait pas, on se contente :

-de garder le silence (ça vaut mieux souvent)

-ou de faire de mauvais choix comme celui d'une musique parfois désagréable et en tout cas non signifiante.

C'est oublier que le son apporte une dimension supplémentaire à un message.

Certes, nous ne retenons en moyenne que 20% de ce que nous entendons, 30% de ce que nous voyons. Mais quand nous voyons et entendons un message, alors nous en retenons plus de la moitié !

Ces chiffres varient bien sûr selon les profils d'apprenants ; les « auditifs » seront désavantagés si le son est absent d'une médiation culturelle et scientifique.

 

Le son complémentaire de l'image ou du message écrit

 

Donc, si l'image est un message, elle nécessite sans doute un commentaire, une médiation dirait-on, et il existe des professionnels comme Histoire de Son pour le faire.

Le but est alors de produire du son qui ait du sens, qui interprète, qui construise, qui transmette, qui complète l'image, en captant les échos sensibles du monde : des paroles d'acteurs humains bien sûr, les souvenirs qui font frémir les voix, mais aussi les sons du travail, de la nature ou de la culture. On voit le fendeur d'ardoise, il faut aussi l'entendre, et percevoir le choc du maillet sur le ciseau.

Une anecdote amusante rapportée par Slate.fr pour terminer : le Times diffuse dans sa salle de rédaction le bruit des machines à écrire d'autrefois. Il paraît que ça stimule la productivité des journalistes.

Le son fait partie de notre culture, bien plus que nous le pensons.

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en octobre

2 Octobre 2014, 08:14am

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en octobre

Une foule de rendez-vous professionnels ou grand public en ce mois d'octobre autour du tourisme, de la culture et du patrimoine numériques et accessibles.

 

La saison 2 des transats numériques vient d'être lancée à La Baule

Jusqu'en février, les professionnels du tourisme vont pouvoir profiter d'un accompagnement numérique renforcé avec ateliers conférences, apéros-discussions etc

Demandez le programme !

 

À propos des rendez-vous longue durée, la Panacée, centre de culture contemporaine de Montpellier, propose de septembre à décembre des conférences ouvertes à tous sur l'impact de la médiation numérique dans la culture. Tous les mercredis après-midi de 16h30 à 18h

 

Quant à l’Institut de Recherche et d’Etudes Supérieures du Tourisme de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l'IREST, il organise, jusqu'en mars 2015, un cycle de conférences animées par des professionnels et des chercheurs, sur des grandes questions d’actualité touristique, patrimoniale et culturelle. Des forums d’échanges ouverts aux professionnels, aux chercheurs et aux étudiants qui s'intéressent aux enjeux du tourisme. Ainsi, le 8 octobre, Aurelio MAURI, Associate Professor of Marketing de l'IULM University de Milan abordera "les comportements des touristes sur internet". Ces conférences donnent lieu à des comptes-rendus publiés sur le site de l’IREST
 

C'est en octobre que l'association Valentin Haüy lance sa campagne annuelle pour sensibiliser le grand public à la déficience visuelle et expliquer son action. L'Association propose aussi toute l'année des visites-découvertes de son siège parisien doté d'un musée, d'une imprimerie braille et d'une médiathèque. Il est impératif de s’inscrire. Les prochaines visites ont lieu le 2 octobre, le 6 novembre et le 4 décembre.

 

Du sens aux sens : vivre et faire vivre l’expérience Grand Site de France” c'est le thème des 16èmes Rencontres du réseau des Grands Sites les 2 et 3 octobre. Les gestionnaires de Grands Sites de France et professionnels privés et publics du tourisme vont pouvoir échanger leurs idées et leurs expériences cette année au Cap d’Erquy - Cap Fréhel dans les Côtes d'Armor.

 

Toujours très attendues des professionnels de la médiation culturelle numérique, les rencontres numériques du Ministère de la Culture et de la Communication ont lieu les 6 et 7 octobre. Le 6 octobre, en plénière, on parlera de la jeunesse et de l'éducation artistique et culturelle. Le 7 octobre est une journée plus généraliste et qui permet de renforcer son réseau, avec notamment l'intervention de Muzeonum (communauté des museogeeks) et du TMNlab (laboratoire théâtre et médiations numériques).

 

Moins axée sur la culture, plus orientée vers le marketing touristique, la 10ème édition des Rencontres Nationales du etourisme institutionnel est aussi un rendez-vous important qui a lieu à Pau les 8 et 9 octobre. À noter entre autres, un atelier sur Le Transmedia Storytelling au service du territoire.

 

La semaine numérique de Rennes et la semaine Digitale de Bordeaux ont lieu en même temps, du 13 au 19 octobre. Elles donne lieu à des manifestations diverses, consacrées à toutes sortes de sujets en lien avec le numérique, dont la culture.

 

La Commission m-Tourisme de Telecom Valley organise sa Journée m-Tourisme le 14 octobre à Nice Côte d'Azur. Des conférences et tables rondes autour du thème: "TIC et Tourisme Côtier pour Tous en Euro-Méditérranée". Il s'agit de promouvoir le Tourisme pour Tous à l'aide de solutions technologiques innovantes et de développer la rencontre des acteurs du domaine.

 

Dans le Pays de Dinan (22), un séminaire national sur le tourisme rural a lieu le 15 octobre, en amont du séminaire LEADER des 16 et 17 octobre. Il s’adresse à tous les acteurs intéressés à la mise en œuvre de cette thématique "tourisme" et persuadés du potentiel spécifique des destinations rurales. Le séminaire a pour objet d’apporter ces éléments de connaissance et de méthode ainsi que de pistes d’actions à partir de cas concrets.
 

Du 19 au 22 octobre, c'est le Sommet mondial Destinations pour tous, au Palais des Congrès de Montréal (Québec, Canada). On y examine les solutions pour faciliter le tourisme des personnes handicapées : accessibilité des sites, monuments, lieux et établissements culturels et artistiques, festivals et événements...

 

Et le 21 octobre, c'est justement la date limite de remise des projets européens sur deux thèmes : l'un sur le tourisme transnational fondé sur l'héritage culturel et industriel de l'Europe, l'autre sur les produits touristiques et le tourisme accessibles à tous.

 

« Bâtir les bases du projet touristique du territoire », c'est le thème des premières assises territoriales de la Communauté de communes Pays d’Apt Luberon, avec l’office de tourisme intercommunal Provence en Luberon le 30 octobre à Apt. Jacques Attali se chargera de clore les débats.

Voir les commentaires

Journées à thème et médiation culturelle

26 Septembre 2014, 13:36pm

Publié par véronique muzeau

Journées à thème et médiation culturelle

Les journées thématiques, qu’elles soient nationales, européennes ou mondiales, se sont multipliées ces dernières années. Leur intérêt est souvent d’être des temps forts de la médiation culturelle ou scientifique auprès du grand public.


On les regarde avec un brin d’ironie, comme des “marronniers” aptes à occuper les médias quand l’actualité est creuse. Il est vrai que peu de journées de l’année échappent désormais à ces “célébrations” presque rituelles. Certains jours cumulent trois thèmes !

Elles ont plus ou moins de succès : entre les Journées Européennes du Patrimoine qui attirent 12 millions de visiteurs en France, ou la plus confidentielle Journée Mondiale de Normalisation (le 14 octobre), l’écart est abyssal.

Leur multiplication peut aussi nuire à la cause qu’elles défendent : est-il bien raisonnable d’avoir une journée mondiale pour la vue le 10 octobre (OMS) et une journée nationale des aveugles et mal voyants le 4 octobre (journée d’ailleurs peu suivie par les associations concernées) ?


Un accès aux médias grand public


L’objectif des journées (ou des semaines, voire des mois) est avant tout d’accéder aux médias grand public et donc de communiquer.

Le plus souvent, il s’agit d’interpeller les consciences, d’alerter sur une question grave (violence, problème sanitaire ou social, risque environnemental). Ainsi, la journée mondiale du tourisme le 27 septembre a pour but de faire comprendre l’importance du tourisme sous ses aspects tant économiques que culturels ou sociaux. Il s’agit aussi de prôner un tourisme durable. Cette année, le thème en est “tourisme et développement communautaire”.


Rencontrer les acteurs scientifiques et culturels


Mais quand leur thème est culturel, les journées deviennent des temps forts de médiation culturelle ou scientifique. Et si ont tend à les rebaptiser rapidement “fête de”, c'est bien parce que c'est gai! Ainsi, la fête de la science s’est bien étendue pour durer désormais du 26 septembre au 19 octobre, et c’est une formidable occasion pour nouer le dialogue science et société au travers de nuits européennes des chercheurs” ou autres animations et conférences pendant lesquelles les savants viennent se raconter et expliquer leurs recherches au tout public.

 

Découverte sensorielle de la science et de la culture


La jeune fête de la gastronomie (typiquement française) propose plus de 9000 événements du 26 au 28 septembre. Bien sûr, il y a un objectif commercial, celui d’inciter les visiteurs à s’offrir quelques douceurs en boutique ou dans les restaurants. C’est d’ailleurs le Ministère de l’Economie qui porte la manifestation. Mais nombre de propositions relèvent aussi de la culture gastronomique et donc de la médiation culturelle : des conférences (avec ou sans dégustations) permettront de découvrir aussi bien l’agroforesterie que la fabrication du vin en Gaule, sans oublier la gastronomie moléculaire ou le patrimoine culinaire de Bourgogne.


Si ces journées permettent au grand public de comprendre que la chimie, l’histoire ou la sociologie sont amusantes et excitantes quand elles passent par le prisme de l’humain, de sa cuisine ou de ses réalisations architecturales, alors vivent les journées !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>