Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Tourisme culturel, numérique et accessible en mars

27 Février 2015, 13:59pm

Publié par véronique muzeau

Des rendez-vous sur la culture, version numérique et accessible de préférence

Des rendez-vous sur la culture, version numérique et accessible de préférence

Valorisation du patrimoine ou médiation culturelle audio et numérique, accessibilité culturelle aux visiteurs déficients visuels, mais aussi recherche sur le champs du numérique appliqué à la culture. Voici quelques rendez-vous sur ces sujets au mois de mars 2015.

 

  • C'est fou tout ce qui passe par nos oreilles ! Vous avez jusqu'au 8 mars 2015 pour découvrir l'exposition Monte le son ! au Forum des sciences à Villeneuve d’Ascq. En fait de son, il est surtout ici question de musique.

 

 

  • L'ethnologie, c'est passionnant, puisque cette science humaine s'intéresse à nous... Pour achever d'en convaincre le grand public, le musée du Quai Branly propose deux jours d'activités, animations et portes ouvertes « l'ethnologie va vous surprendre » les 14 et 15 mars 2015.

 

 

  • Le séminaire Structuration et analyse de données pour historien du PIREH (Pole Informatique de Recherche et d'Enseignement en Histoire) est cette année consacré à la question des écritures numériques de l'histoire. Comment le numérique transforme-t-il le métier d'historien, aussi bien en matière de sources, d'archivage que de rapport à l'espace public ou de contenus ?
  1. Vendredi 13 mars 2015, Léo Dumont s'interroge sur la méthodologie pour analyser les écritures de l'histoire sur le web à partir des cas de Jeanne d'Arc et d'Alphonse Baudin.
  2. Vendredi 27 mars 2015 Gaëtan Bonnot propose un atelier « Mémoire et révolte médiévale : définition d'un corpus web ».

 

  • « Exposer la chasse », c'est le thème d'un colloque international organisé par le musée de la chasse et de la nature, les 19 et 20 mars 2015, musée de la chasse (Paris).

 

Le tourisme culturel y a sa place puisque le forum s'ouvre par une séance plénière consacrée à la réalité virtuelle et réalité augmentée, ses nouveaux outils, Cardboard ou Casque Oculus Rift, les retours d’expériences et la vision prospective. Les reporters numériques et l'animation numérique de territoire auront aussi leur atelier. Evelyne Lehalle, LA spécialiste du Tourisme Culturel est aussi l'une des intervenantes.

 

  • Du 23 au 29 mars 2015, les institutions culturelles et les musées du monde entier sont invités à célébrer la culture sur Twitter. C'est la #MuseumWeek 2015 ! Parce que Twitter est aussi un outil de communication ET de médiation culturelle.

 

 

 

Museomix 2015

Vous êtes un musée ouvert ? Vous souhaiteriez recevoir des professionnels de la médiation culturelle extérieurs au musée, des acteurs de l'innovation numérique, des artistes, des amateurs et passionnés d’art, d’histoire, de design, de sciences, d’éducation ou de culture ? Vous êtes curieux de ce qu'ils peuvent vous apporter et vous vous demandez comment ils remixeront vos collections ?

Participez à Museomix 2015. L'appel à projet est ouvert. Vous avez jusqu'au 15 avril 2015 pour déposer votre dossier.

 

Voir les commentaires

Les Trophées de l'accessibilité® 2015

24 Février 2015, 21:09pm

Publié par véronique muzeau

Les Trophées de l'accessibilité® 2015

Organisés depuis 2010 par l'association Accès pour tous, les Trophées de l'accessibilité® récompensent les initiatives prises dans notre société pour un accès de tous à tout, quel que soit le handicap. La sélection distingue notamment les efforts réalisés dans le tourisme et la culture.

 

Composé d'une vingtaine de représentants d'associations de personnes handicapées, le jury a dû départager près de 300 candidats. Il a dévoilé son palmarès de l'accessibilité des Régions le 9 février 2015.

 

Les 4 lauréats Tourisme et Handicap

 

L'office de tourisme de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) est ainsi salué pour son accessibilité tous handicaps. Pour les visiteurs déficients visuels, l'office propose ainsi un document en braille et caractères agrandis.

 

Le Château des ducs de Bretagne et Musée d'histoire de Nantes est ainsi récompensé pour ses gros efforts pour proposer des visites autonomes, là encore, tous handicaps. Pour la déficience visuelle, c'est un parcours tactile appuyé sur un audioguide spécifique et sur différents dispositifs tactiles et sonores qui jalonnent les salles. S'y ajoute l'application mobile NantesMusée pour déficients visuels à télécharger gratuitement sur son smartphone.

 

Le Pôle International de la Préhistoire des Eyzies de Tayac (Dordogne) a quant à lui particulièrement soigné l'ergonomie accessible de visite pour accueillir tous les visiteurs, avec ou sans handicap. Il propose aux visiteurs mal-voyants et non-voyants, plan du bâtiment en relief et en braille à l'accueil, livret en gros caractère et en braille, dessins en relief, maquette, moulages et reconstitutions tactiles, documentaires en audiodescription, ordinateurs équipés d'un logiciel de reconnaissance vocale et animations dédiées pour les groupes autour d'expérimentations tactiles sur réservation.

 

Très accessible aussi le Musée départemental de la Céramique à Lezoux (Puy de Dôme) dont l'audioguide à déclenchement infrarouge comprend consignes de déplacement, audiodescription, informations scientifiques et s'accompagne d'une bande podotactile en relief et contrastée apposée sur le sol. On prête même des loupes à l'accueil.

 

Pour bien montrer que l'accessibilité n'est pas une question de (gros) budget, les trophées ont aussi une catégorie Tourisme et handicap – Petite structure touristique qui récompense cette année 5 hébergements ou transports touristiques accessibles aux personnes à mobilité réduite partout en France.

 

D'autres trophées pour la culture accessible

 

La catégorie Accessibilité, diversité et vivre ensemble a récompensé un autre établissement culturel, Universcience, l'établissement public du Palais de la découverte et de la cité des sciences et de l’industrie qui a conçu l'exposition temporaire interactive et multi-sensorielle Pour Tous : Mille milliards de fourmis. Itinérante, cette exposition fait escale actuellement à l'espace des sciences de Rennes jusqu'au 17 mai 2015.

 

La sélection nationale des Trophées de l'accessibilité® 2015

 

Dans la catégorie produit accessible de la sélection nationale des Trophées de l'accessibilité®, il est encourageant de constater que les 4 lauréats s'adressent tous aux usager déficients visuels, notamment au travers d'applications mobiles de signalétique audio ou vocalisation de smartphone (Audiospot, Pick Out, Kapsys).

 

Enfin, nouveauté 2015, un prix spécial Accès pour Tous à la Culture récompensera une animation ou une manifestation culturelle accessible à tous.

 

Les Trophées de l'accessibilité® seront décernés à Paris le 19 mai 2015.

Voir les commentaires

Outils numériques de visite : équilibrer technologie et contenu

17 Février 2015, 09:32am

Publié par véronique muzeau

Outils numériques de visite : équilibrer technologie et contenu

Depuis quelques années, des outils numériques toujours plus étonnants voient le jour, pour faire visiter des villes, des parcs naturels ou des sites culturels.

Et les collectivités, offices de tourisme, voire les établissements culturels, ont tendance à orienter l'essentiel de leur budget vers la technologie, au détriment des contenus et de la médiation.

Voici des arguments pour les convaincre de rééquilibrer les investissements outils-contenus.

 

Valoriser son originalité pour un tourisme personnalisé

 

Partons d'une donnée majeure du marketing territorial depuis l'irruption du numérique : le tourisme de masse est en perte de vitesse. Le visiteur veut désormais vivre une expérience singulière. C'est l'émergence d'un tourisme « hyper personnalisé ».

 

D'où l'intérêt des découvertes touristiques qui créent un lien avec un territoire. Le territoire et son patrimoine naturel, ses paysages, son patrimoine culturel bien sûr, mais y compris au sens immatériel : les atouts humains du territoire (personnes, pratiques et savoir-faire). Le patrimoine immatériel culturel est reconnu par l'UNESCO : on y trouve aussi bien des danses que des traditions culinaires, des rituels ou des techniques. C'est un atout pour la préservation de ce patrimoine, c'est aussi un atout pour le développement touristique des territoires concernés !

 

À bien y réfléchir, cette personnalisation du tourisme est aussi une chance pour les zones touristiques marginales et les petites structures. En effet, elles pourront faire valoir leur caractère unique et « hors des sentiers battus ». Il s'agira alors de concevoir ses outils de visite et de valorisation du patrimoine comme des pourvoyeurs d'expérience, de souvenirs et de culture. Rien à voir avec le cas des sites de tourisme de masse qui s'arrêtent à la fonction gestion des flux de ces outils.

Même si cet objectif de créer un véritable « compagnon de visite » est bien compris, tout reste à faire cependant pour que l'outil soit réussi et se démarque de celui du voisin.

 

Trop de technologie tue l'outil de visite

 

Cas typique de démarche inachevée : l'application mobile épate les élus et les médias locaux par son caractère apparemment innovant. Elle émoustille le visiteur avec une restitution animée en trois dimensions ou un personnage en « réalité augmentée » surgi dans le décor. Et au final, elle ne transmet rien du territoire ou du site visité.

Ce n'est pas le seul inconvénient des choix qui misent tout sur la technologie.

 

Le prototype qui fonctionne mal

 

Pire, on vous vend un outil numérique vraiment très innovant ; qui va quasiment jouer les machines à téléporter les visiteurs ou à leur faire remonter le temps, et... las ! Une fois en place, le « jouet » refuse obstinément de fonctionner correctement. Ou bien l'ergonomie est si mal pensée qu'elle en devient pénible ! Un mauvais point pour l'expérience utilisateur du visiteur et pour l'image du territoire ou du site.

 

C'est à ce moment là que le commanditaire (collectivité, office de tourisme, établissement culturel) se demande s'il a vraiment bien fait d'investir des milliers d'euros dans la création de cette application. Application certes prometteuse.... mais vraisemblablement encore en cours de développement (ce qui explique peut-être les 6 mois de retard de livraison). Trop souvent, les concepteurs d'outils de visite proposent sans l'avouer des prototypes, et c'est l'argent public qui finance...

 

Le salon Voyage en Multimédia de Saint Raphaël proposait justement le 6 février 2015 un atelier « Réussir le guidage et la mise en scène numérique de son patrimoine culturel ». Au cœur de l'exposé, ce conseil de bon sens à ceux qui veulent créer un outil de visite ludique : en cas de budget restreint, mieux vaut préférer les parcours de jeux bien pensés à partir de technologies simples et déjà développées.

 

La réalité, augmentée mais pas expliquée

 

Autre cas de figure fréquent, une application mobile est mise en place, elle fonctionne, mais.... le contenu est indigent :

  • textes trop longs, trop techniques, trop savants ou bourrés de fautes,

  • enregistrements audio inaudibles et sur-compressés d'un texte « maison » mal lu et pas du tout conçu pour l'oral,

  • photos ternes,

  • vidéo amateur.

Résultat, l'utilisateur a manipulé l'outil mais sans entrer en résonance réelle avec votre territoire ou votre site, sans trouver de véritable sens à sa visite.

 

Le tout techno expose à l'obsolescence rapide

 

L'obsolescence technologique est bien plus rapide que celle des contenus : une belle photo d'un paysage reste belle quoi qu'il arrive, une bonne anecdote bien racontée par un enfant du pays restera savoureuse. Si vous n'avez misé que sur la technologie, votre média d'accompagnement à la visite risque bien de paraître ringard dans 5 ans, ce qui vous contraindra à réinvestir.

 

Éviter la standardisation des visites

 

Même un outil technologique qui semble innovant peut « standardiser » l'image de votre destination, votre territoire ou votre site. Il en va pour les dispositifs de réalité augmentée comme des audioguides. Si l'outil est conçu sans une réflexion sur son contenu (l'identité du territoire ou du site qu'il va servir), il n'y a aucune raison pour que cet outil soit original et personnalisé. On finit par se retrouver avec toujours les mêmes graphismes, les mêmes types de schémas, les mêmes interactions.

 

Audioguides traditionnels et audioguides avec interviews

 

Le cas des audioguides illustre ce problème de standardisation liée à la seule préoccupation de l'outil au détriment du contenu transmis.

Récemment, un article de Slate donnait la parole à Sophie Deshayes, docteure en Sciences de l'Information et de la Communication, qui a consacré sa thèse aux audioguides. Cette chercheuse préconise des contenus audio à base d'interviews d'experts. Autrement dit des historiens, guides-conférenciers, archéologues, géographes... mais les « experts » d'un territoire peuvent être aussi des habitants de longue date qui témoignent de leur vécu.

 

Implication des experts du territoire

 

Histoire de Son est convaincu par son expérience de production de contenus que la transmission et l'intérêt de l'écoute passent par les « vraies gens ». Nous privilégions les séquences audio à base d'interviews de personnes-ressources, issues du territoire ou des structures à visiter, pour plusieurs raisons :

  • La légitimité de parole : qu'il s'agisse de scientifiques ou spécialistes d'un domaine particulier ou d'habitants “experts” de leur territoire.

  • La passion communicative : les spécialistes ou les habitants d'un territoire disposés à parler sont forcément animés d'une grande motivation pour leur sujet. Motivation qui se transmet spontanément dans leur voix et leurs mots.

  • Le ton naturel : bien plus qu'un comédien extérieur qui lira un texte dont il n'est pas l'auteur, la personne-ressource qui explique un concept, un lieu, un savoir qu'elle maîtrise, sait trouver le ton et les mots. D’emblée, la proximité avec l’auditeur peut s’installer.

 

Les limites du « fait-maison »

La question qui se pose à toute structure ou collectivité c'est : puis-je produire en interne des contenus de qualité ?

 

Les compétences spécifiques au multimédia

 

En fait, la réponse est assez simple : à moins de disposer de compétences spécifiques, non.

Si votre personnel communal compte un producteur de contenus multimédia et médiateur culturel chevronné, vous pouvez en effet lui confier les contenus de votre application mobile de visite. Mais sachez que cette production lui demandera du temps, temps pendant lequel il sera indisponible pour d'autres missions.

Si vos médiateurs culturels sont familiers du numérique et enthousiastes, impliquez-les dans l'élaboration des contenus, mais en partenariat avec des prestataires spécialisés.

 

Le développement informatique d'une application numérique ou d'un dispositif technique est un métier (d'ingénieur ou d'informaticien). Il en va de même pour la production d'un discours adressé au grand public, qui retient son attention et lui transmet un message.

Si certains des commanditaires ont une formation initiale à la médiation ou à la vulgarisation, c'est loin d'être toujours le cas. Interpréter, vulgariser et expliquer sont des tâches qui nécessitent un savoir-faire spécifique. Même au-delà du numérique : quand on voit s'étaler sur les panneaux d'interprétation d'une ville touristique de nombreux termes architecturaux sans aucune définition, on reste songeur...

La production de contenus est un métier. Surtout s'il s'agit de contenus multimédias.

 

Les multiples langages de la médiation culturelle

 

Ce n'est pas parce que le commanditaire dispose en interne des compétences pour écrire un cartel d'exposition ou une brochure touristique qu'il saura concevoir des médias audio ou vidéo de qualité.

Vous ne songez pas à envoyer vos films de famille à une chaine de télévision pour qu'elle les diffuse. C'est pareil pour les contenus d'application mobile. Évitez d'infliger à vos visiteurs :

  • des rédactionnels mal conçus, au graphisme tendance mais illisible, avec des textes dignes du journal officiel,

  • l'enregistrement d'une lecture laborieuse et mal rédigée,

  • des photos floues ou surexposées,

  • les images tremblantes de la vidéo réalisée quand vous aviez 5 minutes, entre deux clients de l'office de tourisme.

La création d'un bon contenu multimédia c'est un savoir-faire, ça se paie comme le reste.

 

 

En résumé, mieux vaut un dispositif numérique de visite :

-techniquement simple mais ergonomique et opérationnel, pour une bonne expérience utilisateur et une obsolescence moins rapide,

-au contenu professionnel pour que les visiteurs aient l'impression d'avoir compris quelque chose de votre territoire ou de votre site,

-au contenu riche, pour que l'utilisateur ait le choix, et donc pour pouvoir séduire plusieurs types de visiteurs (jeunes, seniors, CSP +, personnes handicapées, touristes étrangers),

-dont le contenu puisse être enrichi et actualisé régulièrement pour faire durer votre outils de visite.

 

Pour en savoir plus

 

Les audioguides parlent (presque) d'une seule voix, de Pauline Moullot, Slate.fr, 6 janvier 2015.

Réussir le guidage et la mise en scène numérique de son patrimoine culturel, Charles Demoulin, Julien Brouillard, David Lerman, Vivian Vidal, au salon Voyage en Multimédia, 6 février 2015.

La visite des musées, des expositions et des monuments, juin 2012 – CREDOC, Emilie Daudey, Sandra Hoibian, Jörg Müller.

 

 

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en février

30 Janvier 2015, 11:48am

Publié par véronique muzeau

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en février

En plus des événements sonores et radiophoniques dont nous avons parlé précédemment (la Semaine du Son c'est jusqu'au 8 février 2015), voici les principaux rendez-vous du mois en matière de tourisme culturel, de médiation culturelle et scientifique des patrimoines et d'accessibilité culturelle.

 

  • Le SIMESITEM, salon des équipements et techniques muséographiques, c'est du 3 au 5 février 2015 au Carrousel du Louvre. Tous les professionnels en lien avec les lieux de culture et musées se retrouvent pendant ces trois jours pour échanger sur les dernières nouveautés en matière d'outils de médiation, accueil des publics, accessibilité ou communication. Au programme des études de cas et conférences thématiques : Galleria, un exemple inédit de diffusion culturelle, qu'apporte la scénographie ? Musée et tourisme culturel, les big Data expliqués aux musées, le programme Liget Budapest, la BNF Richelieu, la refonte du Musée de l'Homme, Le musée royal d’Afrique Centrale. Pour plus d’informations

 

  • La première conférence mondiale sur le tourisme et la culture réunira, pour la première fois, des ministres du Tourisme et des ministres de la Culture du monde entier, ainsi que des experts et des acteurs de ces deux secteurs, afin d’explorer de nouveaux modèles de partenariat entre le tourisme et la culture, ont annoncé les deux organismes. Cette conférence sera organisée à Siem Reap, au Cambodge, les 4 et 6 février 2015.

 

  • Outre-Atlantique au Québec, c'est le Mois Multi du 4 au 28 février 2015, soit 25 jours de festivités pendant lesquels plus de 100 artistes du monde entier vous proposent concert télématique, théâtre d’objets, univers immersif, œuvres cinétiques, objets robotiques, théâtre technologique et dispositifs interactifs autour de la notion de l’Autre.

 

  • Les « 6èmes Rencontres Nationales Culture & Innovation(s) » ou les RNCI. L'événement est organisé par le CLIC France, les 5 et 6 février 2015 à Paris. Cette fois il est question d'innovation numérique dans les musées, lieux de sciences et de patrimoine avec en plus cette année, le Clic Lab, espace de démonstrations d'outils numériques en cours de développement. Ce sera aussi l'occasion de la remise d'un nouveau Prix Patrimoine et Innovation(s). L'an dernier, Histoire de Son avait été cité lors des RNCI pour son intervention dans l'application mobile Le Val de Loire vu du train.

 

  • 6e édition aussi pour Voyage en Multimédia à Saint-Raphaël les 6 et 7 février 2015. Un salon clairement orienté e-tourisme mais qui laisse toujours une place au e-tourisme culturel. Ainsi, un BarCamp Manager s'adresse aux structures touristiques ou culturelles dans le but de favoriser un travail en synergie entre les deux filières grâce au numérique. D'autres ateliers pour « réussir le guidage et la mise en scène numérique de son patrimoine culturel » ou sur « le jeu et le transmédia au service du tourisme de groupe et du patrimoine ».

 

  • Les 6 et 7 février 2015 à Étables, une expérience de théâtre accessible aux spectateurs déficients visuels et qui sensibilisera à ce handicap sensoriel : "Molly Bloom, l'expérience" d'après James Joyce est un solo de théâtre musical parfumé et caressant joué dans l'obscurité par Cécile Morel. Pour se renseigner.

 

  • Le 7 février 2015, la Cité de l'Architecture à Paris propose une visite tactile et descriptive de l'exposition "Ars Architectonica", vision de l'artiste contemporaine Caroline Challan-Belval sur les collections de la Cité de l’architecture et du patrimoine. Des dessins en relief et des oeuvres en verre moulé permettront notamment d’explorer du bout des doigts l’univers de l’artiste.groupes@citechaillot.fr

 

 

Voir les commentaires

La saison du son et de la radio

26 Janvier 2015, 09:05am

Publié par véronique muzeau

Une manifestation pour redonner toute sa place au son

Une manifestation pour redonner toute sa place au son

La Semaine du Son a commencé et dure jusqu'au 8 février 2015 partout en France. L'une de ses déclinaisons majeures est le festival de la radio et de l'écoute Longueur d'ondes à Brest (Finistère). À Paris, l'opération se terminera par le salon Le radio à Paris.

 

LE FESTIVAL DE LA RADIO ET DE L'ÉCOUTE À BREST

Du 27 janvier au 1er février, le Festival de la radio et de l'écoute Longueur d'ondes, à Brest vivra sa 12e édition, comme la Semaine du Son qui a lieu partout en France.

Longueur d'Ondes s'intéresse avant tout au contenu, au programme, et surtout à ce que le son peut transporter comme émotions, comme culture, comme sensations...

Voilà pourquoi la programmation du festival est essentiellement composée de débats, d'entretiens, de séances d'écoute, d'émissions en direct, d'ateliers ...voire de concerts ou de spectacles qui mettent en valeur le son.

 

Création et art sonore

À découvrir entre autres singularités, la « chaire de dramaturgie sonore au théâtre » de l'université de Québec à Chicoutimi ...si, si, ça existe !

Vous pourrez aussi expérimenter un dispositif interactif de création sonore en live baptisé « mouture graine de sons ».

Le son comme matière de création, c'est aussi une « exposiSON » dans laquelle plusieurs tableaux du Musée des Beaux-Arts de Brest sont mis en sons,

un ciné-concert,

des créations sonores et musicales,

une réalisation en multi-canal 5.1 et au passage la rencontre avec un compositeur de musique électroacoustique...

les élèves du conservatoire de Brest vont aussi donner un concert électroacoustique.

 

À voir également, un film documentaire sur la réalisation des fictions sonores de France Culture; les écoliers brestois pourront suivre en direct une réalisation sur l'espionnage : « les oreilles rouges » de Stéphane Michaka.

Le jeune public pourra même participer à l'enregistrement d'une fiction radio qui sera diffusée sur la webradio Oufipo, née du festival.

Et même les tout-petits de 1 à 3 ans pourront dresser l'oreille dans la « cabane à sons ».

Le festival Longueur d'ondes c'est d'ailleurs aussi un volet scolaire les 29 et 30 janvier.

Les plus grands peuvent aussi apprendre avec cette master class proposé par l'INA : « drones à l'écoute », par Benoît Labourdette, qui est cinéaste et passionné des technologies numériques.

 

La radio comme instrument politique

Vous pourrez donc voir une pièce de théâtre Hate radio sur le rôle de la radio des Mille Collines dans le génocide au Rwanda ...c'est sur la scène du Quartz et ce sera suivi d'un débat.

La radio politique c'est aussi la lutte citoyenne pour la renaissance de Radio Mont aiguille en Isère,

ou encore, bien sûr, des documentaires sonores à écouter ; des documentaristes à rencontrer...

À suivre également, l'analyse de l'année politique par le journaliste Hubert Huertas de Médiapart ou une table ronde sur les écoutes policières et militaires ...

 

Quelques grandes figures radiophoniques

Au festival Longueur d'Ondes ...on peut aussi rencontrer des « personnages » de la radio :

-Des animateurs ou des journalistes célèbres qui témoignent comme Jacques Pradel, Alain Finkielkraut ou Xavier Delaporte qui reviendra sur la chronique numérique de France Culture « ce qui nous arrive sur la toile ».

-Des conteurs ou des poètes qui donnent de la voix.

-Des techniciens du son comme Gilles Davidas, l'un des réalisateurs les plus chevronnés de Radio France.

-D'autres acteurs de la radio comme Andrew Orr, l'un des fondateurs de Radio Nova.

 

Ici et là, pendant ces 5 jours à l'occasion de Longueur d'ondes, Brest est parsemée d'émissions radio ou de dispositifs d'écoute, dans des librairies, centres d'arts, musées, à la fac ou au cinéma.

 

LA SEMAINE DU SON PARTOUT EN FRANCE

 

Ce n'est pas un hasard, c'est la Semaine du Son partout en France jusqu'au 8 février 2015. Cette semaine a pour ambition de nous faire comprendre les enjeux sociétaux du son. La Semaine abord donc aussi bien la forme que le contenu du son, la culture qui s'y attache, que la qualité de notre environnement sonore, les problématiques de bruit et de pollution sonore.

 

Le son comme bruit ou la pollution sonore

Ainsi à Bordeaux le 2 février 2015, la SACEM Université vous propose un atelier Comment bien sonoriser et insonoriser votre établissement ?

Voilà pour le confort. Mais la semaine aborde aussi la prévention des risques auditifs, par des concerts Peace and Lobe, ou d'autre moyens, comme cette exposition « Encore plus fort » pour sensibiliser aux risques auditifs liés aux musiques amplifiée au Conservatoire Marcel Landowski de Troyes.

 

La dimension sensorielle du son

Certaines manifestations de la Semaine touchent à la dimension sensorielle du son avec Le banquet de l’ouïe qui mêle exploration des sens auditif et gustatif, dimanche 8 février 2015, à Brumath (67). Michelle Schneider est au fourneau et le naturaliste sonore Fernand Deroussen aux micros et c'est une idée de la compagnie Le bruit qu'ça coûte. La compagnie propose d'autres événements en Alsace notamment du théâtre musical avec « l'homme qui plantait des arbres ».

Le handicap auditif

Le film La famille Bélier qui aborde avec humour et émotion la surdité mais aussi la culture sourde et sa langue des signes est l'occasion d'un débat proposé par la Mutualité Française à Nîmes, le 31 janvier 2015.

 

La dimension artistique du son

Le son en interaction avec d'autres expressions artistiques

jusqu'au 31 janvier 2015, la bibliothèque d’Olivet (Loiret) vous propose de découvrir Alsos de Scenocosme. Une exposition, ou plutôt une installation originale qui mêle lumière et son. Les spectateurs, munis de lampes-torches, déambulent dans l’espace de la clairière. A l’intérieur, ils éclairent les fleurs fluorescentes dispersées dans les branchages. Leurs pistils abritent des capteurs de lumière et chaque fleur diffuse alors des sonorités variées. Le son est fonction des intensités lumineuses reçues par les fleurs.

 

Le son comme art musical

Bien sûr, c'est la base, et la semaine du son propose de multiples ateliers de création musicale.

Vous pouvez aussi vous rendre dans le Morbihan à Plougoumelen où on vous propose un « voyage enchanté au fil du temps », autrement dit, un concert en forme d'exploration de la voix chantée, depuis le chant grégorien jusqu’aux comédies musicales. C'est un ténor italien qui propose ce concert pédagogique et participatif ; il est accompagné d'une pianiste, percussionniste et compositrice.

 

Le son comme art en soi

Place aux créations et installations sonores comme celle de Tommy Lawson sur la ville, le paysage sonore urbain, à écouter à Bastia,

ou au Sonorama de la compagnie Ouïe Dire à découvrir à Albi (Tarn).

 

La dimension culturelle du son

Que sont nos sons familiers ? Que nous apprend l'audio ?

C'est ce thème qu'abordent les différentes balades sonores, notamment les lectures de paysages proposées dans plusieurs régions,

ou les projections de documentaires sur le son comme « « pianomania », le portrait d'un accordeur de piano à la médiathèque d'Aubagne(13) le 28 janvier 2015.

 

La semaine du son, c'est aussi dans les Côtes d'Armor où il existe un Centre de Découverte du Son à Cavan qui vous propose une soiré d'écoute des sons du territoire avec écoute de programmes sonores de territoires, informations et discussions autour de ces observatoires.

 

Le son comme argument de vente

Et oui, il existe des designers sonores qui peaufinent avec soin le « bruit » de votre cafetière, des voitures électriques trop silencieuses, ou des « chips » que vous croquez …

Vous pourrez découvrir ce métier à la médiathèque Verlaine de Metz ou à l'école supérieure des Beaux-Arts du Mans.

 

La Semaine du Son est aussi l'occasion de proposer des visites de studios, ateliers radio, portes-ouvertes de magasins hi-fi, démonstrations de mixage audio et ateliers acoustiques pour comprendre la physique du son.

 

LE SALON DE LA RADIO À PARIS

 

Enfin, du 8 au 10 février 2015, c'est le salon de la radio à Paris. Cette fois, il s'agit bien de promouvoir la radio comme secteur économique avec des stands pour découvrir les différentes stations en vue ou les derniers matériels ou logiciels de production et de diffusion, les prestataires, studios, producteurs indépendants, ou organismes de formation à la radio.

 

Voir les commentaires

Les visites culturelles de Théo, non-voyant

19 Janvier 2015, 12:21pm

Publié par véronique muzeau

Repenser la visite et la médiation culturelles pour les rendre multisensorielles

Repenser la visite et la médiation culturelles pour les rendre multisensorielles

Nouvel entretien avec Théo, 14 ans, qui nous raconte comment il vit son handicap visuel. Cette fois, il évoque ses visites culturelles. Il apprécie particulièrement le développement des dispositifs interactifs et multi-sensoriels qui se développent de plus en plus.

 

Un coup de chapeau particulier à la Cité des Sciences

Théo a pu visiter l'exposition "la voix" en 2014 à la Cité des Sciences et de l'Industrie à La Villette et il a particulièrement apprécié l'accessibilité de cette exposition très interactive. Mais il salue aussi la qualité des espaces d'exposition permanente, très accessibles aux personnes déficientes visuelles (cartels en braille ou en caractères agrandis).

Des dispositifs de visite multi sensoriels

Les lieux de visite et sites du patrimoine, comme le château de Kerjean dans le Finistère, proposent de plus en plus de dispositifs qui font appel à d'autres sens que la vue. Dispositifs tactiles, médias audio ou parfois diffuseurs olfactifs permettent aux non-voyants et mal-voyants de participer pleinement aux visites.

Les musées encore trop peu accessibles

Théo nous a confié peu fréquenter les musées. Il déplore le manque d'interactivité des médiations proposées, mais il reconnait être peu informé des dispositifs accessibles mis en place ces dernières années dans les établissements culturels. Il reste donc un effort de communication à faire dans les musées et sites accessibles.

Ecoutez le témoignage de Théo

 

 

 

 

Pour écouter l'entretien complet avec Théo, rendez-vous sur le site de notre partenaire Radio Évasion.

Voir les commentaires

Théo, non-voyant, nous parle de l'audiodescription

10 Janvier 2015, 17:19pm

Publié par véronique muzeau

Théo, non-voyant, nous parle de l'audiodescription

Théo Pichard, 14 ans, est quasiment aveugle depuis sa naissance. Ce qui ne l'empêche pas d'être très curieux et avide de culture. Sa première passion est sonore puisqu'il est musicien. Mais il apprécie aussi les arts très visuels que sont le cinéma et le théâtre.

audiodescription et cinéma : rester sobre

Quand on l'interroge sur l'audiodescription, sa réponse est nuancée et surprenante. Elle est aussi intéressante pour nous professionnels. En matière de cinéma par exemple, Théo ne prise guère l'audiodescription.

audiodescription d'un paysage : précision

En revanche, pour une lecture de paysage comme peut en réaliser Histoire de Son dans ses contenus audio pour applications mobiles ou audioguides, Théo attend le plus de précision et de détails possible.

Bref, en matière d'audiodescription, tout est affaire de dosage et de circonstances. Sans doute aussi de personne; Théo le reconnait lui-même, son ressenti est sans doute différent de celui d'un autre spectateur mal-voyant ou aveugle, selon sa déficience visuelle et son histoire.

 

Voir les commentaires

Médiation du patrimoine, tourisme culturel et accessible en janvier

3 Janvier 2015, 12:53pm

Publié par véronique muzeau

Agenda des rendez-vous tourisme, médiation et audio, culturels, numériques et accessibles

Agenda des rendez-vous tourisme, médiation et audio, culturels, numériques et accessibles

Une année toute fraiche et on repart du bon pied (mais doucement) sur les chemins de la médiation culturelle et scientifique, de la valorisation du patrimoine, du tourisme culturel, numériques et accessibles. Bon voyage et belles découvertes en 2015 !

 

  • « Réinventer l’alliance sciences sociétés. Un impératif démocratique » : l'objectif est ambitieux pour ce colloque forum organisé par des laboratoires de recherche, associations et instituts publics du 7 au 9 janvier 2015 à Paris. L'intérêt de cette rencontre c'est son double point de vue : il ne s'agira plus seulement de se pencher sur ce que les sciences apportent à la société. L'idée est aussi d'examiner ce que les citoyens, associations, syndicats, collectivités territoriales, entreprises apportent à la production de connaissances et ce qu’ils en attendent.

 

 

  • Les conférences de l'IREST ont lieu aussi tous les mercredis à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne ; le mercredi 21 Janvier 2015, Alice JUDE, Experte indépendante viendra parler « Politique européenne du tourisme, enjeux pour les acteurs publics et privés»

 

  • La 20e édition du salon du cadeau culturel et touristique Museum Expressions a lieu les 21 et 22 janvier 2015 à Paris. Le salon rassemble fabricants, artisans, éditeurs et designers d'objets dérivés du patrimoine culturel et artistique. Les professionnels des musées et du patrimoine peuvent également y trouver des conseils pour organiser la boutique de leur établissement. Le salon est aussi l'occasion d'ateliers de démonstration des savoir-faire dans ce domaine.

  • En parallèle, Museum Expressions crée un nouvel événement MuseumConnections qui se traduit par une série de conférences sur les innovations dans les musées les 21 et 22 janvier 2015 à Paris. Au menu des discussions : stratégie digitale, de marque et des publics, d'évaluation, de financement participatif, de boutique et espace de restauration des musées, d'impression 3D, et occasion de tester les GoogleGlass, une installation Beacon et l'OcculusRift, etc

     

 

  • Les Rencontres Innovation & Tourisme, le 26 janvier 2015 à Lyon. Une journée proposé par Rhône Alpes tourisme autour de l'innovation par les usages ou comment concevoir une nouvelle expérience de visite ou de séjour avec l'aide des publics.

 

  • Pour ceux qui pensent que le son est un instrument de culture, voici comme chaque année le festival de la radio et de l'écoute Longueur d'ondes à Brest. Réalisateurs de fictions sonores, producteurs de documentaires audio, créateurs et artistes sonores, journalistes et animateurs radio vous attendent du 27 janvier au 1er février 2015.

 

  • La 19ème édition du Salon International du tourisme de Rennes a lieu du 30 janvier au 1er février 2015. Il est surtout question de loisirs, d'hébergements et d'organisation dans la « plus grande agence de voyage de Bretagne », mais on notera quelques incursions du côté du tourisme culturel, grâce aux conférences proposées tout au long du salon.

Voir les commentaires

Histoire de Son vous souhaite une excellente année 2015

25 Décembre 2014, 20:34pm

Publié par véronique muzeau

Une année pleine de sens, de sons, de culture!

Une année pleine de sens, de sons, de culture!

Quelques voeux pour l'année à venir?

 

  • Que la culture soit enfin une composante à part entière du tourisme!
  • Que le numérique prenne tout son sens avec des contenus de qualité et ne s'arrête pas aux seules prouesses technologiques.
  • Que l'accessibilité universelle soit une donnée incontournable de tous les projets culturels.
  • Que l'imagination fertile des producteurs de contenus rencontre l'ambition culturelle des institutions, collectivités locales, structures privées, quelle que soit leur taille.
  • Que les institutions, collectivités publiques ou structures privées pensent médiation et pas seulement communication.
  • Que le patrimoine immatériel devienne une vraie roue du carosse culturel.

 

Bonne année 2015 à tous !

Voir les commentaires

#jourdefermeture, les coulisses des musées

11 Décembre 2014, 17:29pm

Publié par véronique muzeau

le hashtag #jourdefermeture sur Google+

le hashtag #jourdefermeture sur Google+

Que se passe-t-il quand les musées sont fermés ? Le mardi, pour les musées nationaux, le lundi pour presque tous les autres, les lieux sont-ils déserts faute de public ou ont-ils une autre vie ? Un coin du voile se lève grâce au hashtag #jourdefermeture lancé par hasard sur Twitter il y a deux ans.

 

Il est vrai qu'une porte close, c'est parfois frustrant, et comme les visiteurs interpellaient certains musées sur ce jour de fermeture via Twitter, les réponses de ces derniers sont devenues un hashtag et un nouveau moyen de valoriser le travail des équipes de conservation ou d'entretien, les bâtiments, les collections.

 

Un hashtag devenu outil de communication et médiation

 

La communauté des #museogeeks, #Muzeonum, qui rassemble tous ceux qui pensent que le numérique peut apporter beaucoup aux musées, a relayé l'initiative, notamment Sébastien Magro, chargé de projets nouveaux médias au musée du quai Branly, qui évoque même un dispositif de médiation en ligne.

Après tout, comprendre le fonctionnement d'un musée ou d'une institution culturelle c'est aussi s'instruire!

D'autres institutions comme les médiathèques, bibliothèques – ou pourquoi pas les préfectures - seraient bien inspirées de se mettre aussi à raconter leur vie en dehors des horaires d'accueil du public. Ne serait-ce que pour faire taire les mauvaises langues qui pensent qu'on y glandouille.

 

Valoriser les métiers du musée

 

Alors que se passe-t-il dans les musées quand leurs portes sont fermées? Et bien, ça bouillonne, ça fourmille, ça turbine! Formations anoxie ou sécurité incendie, accueil d'étudiants en médiation ou histoire de l'art, ou de collègues étrangers en voyage d'étude, accueil des prestataires et fournisseurs, soclage, déplacement ou entretien des œuvres, et même tournage de série télévisée...Toutes sortes de professionnels vont et viennent, leurs activités sont variées et intenses.

Quand on a baigné dans cette ambiance active du #jourdefermeture, on se dit que finalement, un jour c'est bien court...

 

Immersion sonore dans le Musée des Beaux-arts de Quimper, un mardi

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>