Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Tourisme culturel et numérique, médiation du patrimoine en avril 2017

31 Mars 2017, 10:23am

Publié par véronique muzeau

Tourisme culturel et numérique, médiation du patrimoine en avril 2017

Encore de jolis rendez-vous autour de la culture et du patrimoine, en mode numérique et accessible et aussi un peu en version audio.

 

 

Médiation culturelle et scientifique

C'est un grand moment (festif) de la médiation scientifique, pour les professionnels mais aussi le public curieux : Lyon Science a lieu le 2 avril 2017 à Lyon-Villeurbanne (69). Cette année, ce sont les « Couleurs » qui vont éclairer les démonstrations, discussions, animations autour d'une vulgarisation des sciences vivante, numérique et accessible à un plus grand nombre.

Le 21 avril 2017, chercheur-euse-s et professionnel-le-s des musées se retrouvent autour de l'événement "Adapte ma thèse", à la Cité des sciences et de l'industrie, Paris. Muséographes, médiateurs, commerciaux, juristes, designers et chercheurs du Labex ICCA (Industries Culturelles & Création Artistique) pourront croiser leurs regards sur les usages muséaux et concevoir ensemble un objet muséal inédit (une médiation, un élément d'exposition, un outil organisationnel, …)

   

Culture, tourisme et handicap

Les Journées Nationales Tourisme et Handicap ont lieu les 1er et 2 avril 2017   partout en France. Elles sont organisées par l’Association Tourisme & Handicaps, et permettent aux personnes en situation de handicap et à leur famille et amis de découvrir des lieux de vacances et de loisirs accessibles à tous. Programme complet sur le web.

 

Culture sonore

Une formation pour ceux qui pensent que l'oral est important, notamment les chercheurs en ethnologie qui enregistrent souvent paroles, contes, musiques et chants. L'école de printemps de l'AHA (atelier d'hybridations anthropologiques) est consacrée au « son et sciences sociales » ; en Belgique du 3 au 5 avril 2017.

 

Le prochain Apéro sonore dans un bar de Nantes (44) a lieu mercredi 5 avril 2017 à Livresse et a pour thème : la police (parce qu’on les aime bien quand même).

 

C’est sonore ici ! Le rendez-vous mensuel rennais du documentaire et de la création sonore a lieu le 9 avril 2017 à Rennes (35).

 

 

Après le concours de création sonore international Mixage Fou #8 autour de la biodiversité, place aux résultats et à une séance d'écoute en son spatialisé en WFS à Montreuil (93) le 12 avril 2017.

 

Quant au concours international 60 Secondes Radio 2017, il invite les artistes sonores du monde entier à s'exprimer en 1 minute maximum et en toute liberté (pas de thème cette année). On a jusqu’au dimanche 16 avril 2017, 23h59 (HE), pour livrer sa création sonore et radio, fiction, documentaire de création, collage, poésie ou récit radio, théâtre... 

 

 

Patrimoine et numérique

Jeudi 6 Avril 2017 a lieu un forum régional Centre Val de Loire sur le thème "Patrimoine, tourisme et numérique", au Château de Chambord (41) avec le Clic France. Les interventions porteront sur la stratégie digitale des territoires ou sites culturels, les refontes de leurs sites web ou leurs outils numériques de médiation et de visite.

 

Les lundis numériques de l’INHA (institut national d'histoire de l'art) se poursuivent à Paris et la rencontre du 10 avril 2017 est consacrée aux archives du Web : constitution / exploitation.

 

Suite aussi du séminaire doctoral du réseau UDPN qui rassemble les acteurs de la numérisation du patrimoine et usagers des patrimoines numérisés ; il aborde conservation, médiation, éducation, création et recherche. La prochaine séance de ce séminaire itinérant a lieu le 28 avril 2017 à Paris avec pour thème « La médiatisation des archives ».

 

Culture et patrimoine tout public

Le festival des arts numériques de Bron (69), RVBn#3 : c'est la troisième édition, du 6 au 14 avril 2017 pour ce florilège de spectacles et d'exposition d' art contemporain,  arts numériques, sciences humaines...


Du 6 au 17 avril 2017 à Bordeaux (33) c'est MeltingCode un festival de culture électronique et numérique, qui mélange Arts, Science et Technologies par la médiation culturelle, la vulgarisation technique, la pédagogie, et la création.

 

et à venir …

Les arts visuels, sonores et numériques qui s'entremêlent dans ]Interstice[
du 27 avril au 7 mai 2017 à Caen (14)

 

Les pratiques artistiques autour du numérique dans la ville, avec Ososphère à Strasbourg (67) du 28 avril au 7 mai 2017.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Des contenus audio au musée

21 Mars 2017, 10:29am

Publié par véronique muzeau

Des contenus audio au musée

Quand on aborde la question du son au musée, il faut aller au-delà de l'aspect technique : certes, veiller aux conditions d'écoute est un préalable, mais quid du contenu même de la scénographie sonore ?

 

Sylvain Gire (Arte radio) l'avait fait remarquer : la diffusion de son dans les musées et autres espaces publics est un enjeu fort et souvent mal pris en compte. D'où les séances d'écoute au musée mises en place par sa webradio au centre Pompidou l'an dernier. Un début pour développer la culture de l'audio dans ces lieux.

Le colloque franco-québecois, « Musée en mutation : Logiques économiques, culturelles et sociales » aborde la question parmi beaucoup d'autres : le 30 mars 2017, Judith Dehail (Université Paris-Sorbonne) intervient sur ce thème : «À contresens ? Questionner l’hégémonie du visuel au musée. Le cas des musées de musique du point de vue de leurs visiteurs». Bien sûr, il s'agit ici du cas particulier de la musique, qui est loin d'embrasser l'ensemble des matières sonores.

Cependant, petit à petit, le son dans sa globalité fait son trou dans les musées et expositions. Quand il n'est pas en soi une œuvre d'art exposée comme telle (création sonore), il est essentiellement présenté comme « agent d'ambiance » et outil d'immersion. Outre la musique, les illustrations et paysages sonores - avec idéalement la validation scientifique d'un archéologue spécialisé – investissent de plus en plus les scénographies.

 

Reste à soigner les conditions d'écoute face auxquelles les établissements culturels ne sont pas tous à égalité.

Techniquement, les solutions se multiplient : casques qui se portent au cou, douches sonores, objets parlants (gobelets, coussins), cabines et alcôves pour s'isoler, etc. Les prestataires spécialisés dans la diffusion muséographique sonore font preuve d'imagination ; il est vrai que « donner la parole » à un objet demande parfois un peu d'ingénierie.

Voilà pour le côté technique. Il est incontournable bien sûr, mais insuffisant. S'en contenter serait oublier que le son est aussi un outil de médiation culturelle et scientifique, délicat à manipuler mais doté néanmoins d'atouts séduisants. 

Faire écouter, c'est choisir  

Délicat, c'est vrai. Le son tout seul pour faire le lien avec un public, sans adjuvant écrit ou visuel : carte, infographie, schéma explicatif, inscription des noms propres... Pari risqué ! Que peut retenir le visiteur d'un discours uniquement oral ?
En fait, il y a bien un visuel : l'œuvre exposée ou l'objet de collection, et souvent aussi un cartel explicatif. Le visiteur n'est donc pas exactement seul avec ses oreilles.

Ce qu'il faut surtout bien comprendre c'est que :

le contenu audio est un outil complémentaire des autres outils de médiation. Comme la plus belle fille du monde, il ne peut donner que ce qu'il a.

Vouloir lui faire transmettre trop d'informations est une erreur. Le son ne saurait prétendre à l'exhaustivité. Le son n'est pas un cartel immatériel et encore moins un livret d'exposition audio.

C'est paradoxal, mais la recherche de qualité du contenu audio passe donc par des renoncements.
La médiation audio a ses exigences, il faut s'y plier si on prétend à la qualité (et à l'efficacité). Le son a ses spécificités de formats, d'écriture, de sélection des informations.

Il faudra donc aussi réfléchir au choix des sujets : certains sujets ou certains angles d'approche sont avant tout visuels, on doit renoncer à les mettre en son. D'autres en revanche sont plus adaptés à l'oral qu'à la vidéo (faute d'illustrations appropriées) : récit d'un souvenir, expression d'une opinion, anecdote linguistique... Il faut donc les valoriser par le son plutôt que de vouloir à tout prix les filmer !

Souplesse et intimité

La grande force de l'audio, avec laquelle un musée doit compter, c'est sa souplesse : peu gourmand en mémoire informatique, il est plus léger à stocker et à diffuser qu'une vidéo.

Le numérique permet à un contenu audio de voyager bien au-delà d'un appareil d'audioguidage et des murs d'un musée. La mobilité du son est potentiellement supérieure à celle d'une vidéo et c'est un contenu qu'on peut consulter sans danger en marchant ou en conduisant...La conception du contenu audio doit donc tenir compte de cette hypothèse d'une écoute hors les murs. D'où l'intérêt de la conception universelle d'un audioguide qui intègre par exemple quelques descriptions analytiques pour permettre l'accessibilité à un public déficient visuel...ou simplement non présent devant l'œuvre.

 

Et puis l'audio, c'est le média de l'intime. Il crée avec les visiteurs un lien particulier, voire une fidélité, au-delà du seul temps de visite. C'est particulièrement vrai pour ces musées espagnols qui ont poussé l'ambition jusqu'à créer des radios dans leurs murs ! Mais c'est réalisable facilement avec une webradio ou un réseau social sonore de type soundcloud comme Museumstag qui nous fait écouter les objets de musées allemands. C'est en outre ludique, souvent poétique, ça peut donc être viral. En outre, dans le cas des écomusées et musées de société, faire partager le son des objets d'un patrimoine relève bel et bien de la médiation.

 

Pour renforcer le lien avec ses visiteurs, il est possible de les faire parler pour les intégrer dans la médiation. Ce sera toujours plus facile que de les filmer. Le micro sait se faire discret quand la caméra et ses images suscitent réticences et complexes. On prête toujours plus volontiers sa voix que son visage.

Créativité et liberté

Ainsi en arrive-t-on à des utilisations vraiment créatives et intelligentes de l'audio au musée, comme ce qu'a fait le Moma (musée d'art moderne) de New York il y a quelques années, avec son Artobots qui réinterprétait une exposition de John Chamberlain au Guggenheim et la transformait en exposition « Transformers ».

Et son cousin le San Francisco Moma n'est pas en reste ; les contenus audio de son application mobile de visite proposent en effet :

  • des interviews et commentaires par des personnes ressources aux profils très variés pour des points de vue décalés sur les œuvres ou l'art : artistes, sportifs, auteurs...

  • de l'immersion sonore dans les univers intérieurs ou extérieurs au musée

  • des promenades dans la ville en lien avec l'architecture et l'art

  • une composante sociale avec la possibilité pour les visiteurs de synchroniser leur écoute d'une même séquence pour pouvoir échanger ensuite des impressions sur son contenu.

 

Musées français, n'hésitez pas à faire appel à Tous Curieux/Histoire de son pour, vous aussi, sortir de la préhistoire de l'audioguidage.

Voir les commentaires