Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Mars : agenda tourisme culturel et médiation du patrimoine

28 Février 2014, 15:11pm

Publié par véronique muzeau

Rendez-vous du tourisme culturel et accessbile et de la médiation numérique des patrimoines et des sciences

Rendez-vous du tourisme culturel et accessbile et de la médiation numérique des patrimoines et des sciences

En ce mois de mars 2014, on s'intéresse beaucoup au tourisme culturel et à la muséographie en Belgique. En France, c'est le tourisme numérique et l'accessibilité qui dominent, avec un brin de médiation scientifique.

 

  • En Belgique, on se penche vraiment sur le tourisme culturel auquel la Chambre Française de Commerce et d'Industrie de Liège Luxembourg, CCIFRANCE et 7 universités européennes consacrent un colloque à Liège, les 6 et 7 mars 2014. Les 7 thématiques de ces « Ateliers de Liège du Tourisme Culturel » persuaderont peut-être les plus sceptiques que la culture aussi a des retombées touristiques# donc économiques, surtout grâce aux nouveaux outils numériques#.

 

  • Comment communiquer la science ? Où en est la médiation scientifique ? Le concours international FameLab a lieu pour la première fois en France. Quatre sélections régionales vont révéler les jeunes chercheurs et ingénieurs les plus impliqués dans cette démarche de communication des sciences. Les deux premières sélections ont lieu le 8 mars à Villeneuve d’Ascq et le 17 mars à Paris. Le grand public peut assister à ces courtes présentations de concepts scientifiques qui répondent à des questions comme : « Pourra-t-on un jour vivre sur Mars ? » ou « L'impression 3 D est elle une nouvelle révolution industrielle ? ». La suite au mois d'avril ...

 

  • On repart en Belgique mais cette fois à Namur où a lieu la troisième édition du salon Business to Museum & Tourism les 12 et 13 mars. C'est un peu un SIMESITEM belge. On y trouve tous les acteurs de la muséographie au sens large : fournisseurs de musées, associations de musées, mais aussi les opérateurs de la valorisation touristique et culturelle.

 

  • Le Forum Tourisme Numérique de Deauville est quant à lui plus clairement orienté tourisme pur et dur... mais on y trouve forcément des morceaux de tourisme culturel puisqu'il est question de numérique : des ateliers pour monter une visite culturelle, pour valoriser son patrimoine 2.0, ou encore sur la médiation handicap. Les 17 et 18 mars à Deauville.

 

  • Voies Navigables de France (VNF) organise ses Rendez-vous d'affaires tourisme et territoires de la voie d'eau les 18 et 19 mars à Strasbourg. Ce rendez-vous du développement du tourisme fluvial et des activités économiques liées à la voie d'eau aborde notamment la question de l'innovation produits et de leur qualité. Ça passe aussi par la culture, non ?

 

  • Il y aura forcément de tout au Salon mondial du tourisme du 20 au 23 mars à Paris. Y compris de la culture avec le pavillon Tourisme de Mémoire consacré aux commémorations de la Première et de la Seconde Guerres Mondiales ou encore l'espace oenotourisme et ses routes des vins. Les Trophées de l'accessibilité seront remis dans le pavillon Tourisme et Handicap.

 

  • La Belgique encore, plus précisément la Province de Flandre occidentale où ont lieu deux journées d'étude sur une muséologie alternative pour les musées de société de ce territoire. Il s'agira de comparer les pratiques de ces musées en France et en Belgique et de réfléchir à un développement transversal, ancré dans le territoire historique de la Flandre. Les 21 et 22 mars 2014 à Poperinge.

 

  • Enfin, on y revient. L' accessibilité numérique a son Forum Européen chaque année. Le 8ème a lieu le 31 mars à Paris. Son thème "l'utilisateur handicapé au coeur de l'accessibilité numérique". Son public : professionnels et associations qui veulent développer des services et contenus numériques accessibles à tous.

 

Voir les commentaires

Quand la voix s'expose à la cité des sciences

25 Février 2014, 11:43am

Publié par véronique muzeau

Quand la voix s'expose à la cité des sciences

C'est bien normal d'en dire un mot quand on s'appelle Histoire de Son : l'exposition sur la voix de la Cité des Sciences. Sciences physiques, sciences humaines et arts, il y a de tout dans cette exposition !

La voix est d'abord un phénomène physique et anatomique, du son qui sort de notre corps : le sujet de la section « Corps et Voix » de l'exposition.

Mais c'est aussi un vecteur de messages et même au-delà, d'émotions ou de sensations. La partie « Expression et Voix » de l'exposition porte sur l'aspect communication.

Enfin, si la voix fait passer émotions et sensations, c'est bien parce qu'elle est aussi un support artistique. Le thème « Art et voix » explore techniques et styles vocaux.

L'exposition est enrichie d'un jeu en ligne « le concours des voix », d'un atelier à suivre dès 12 ans pendant les vacances et le week-end, d'une projection-débat sur les métiers de la voix pour les scolaires le 13 mars, et d'un atelier scolaire sur les dessous du son.

Evidemment, l'exposition, largement audio, est bien accessible aux visiteurs déficients visuels qui peuvent aussi profiter des maquettes et dispositifs tactiles.

Voir les commentaires

Le filon du tourisme industriel et technique

20 Février 2014, 10:09am

Publié par véronique muzeau

Le filon du tourisme industriel et technique

 

Le tourisme industriel et technique propose aussi bien des visites d'entreprises en activité que des découvertes du patrimoine industriel et technique. Malgré son potentiel économique et ses bienfaits symboliques, ce tourisme est encore peu exploité ou mis en avant. Et pourtant, il s'agit bien de tourisme culturel, la culture ici est d'ordre économique et technique.

 

Avec Made in Angers du 24 février au 21 mars, la ville d’Angers, Angers Loire Métropole et le Pays Loire Angers s'associent pour promouvoir le tourisme de découverte économique. Des visites d'une centaine d'entreprises ont lieu pendant un mois : pour les scolaires, les groupes adulte, le tout-public. Il s'agit bien de visites d'entreprises en activité.

Mais si on ajoute les visites d'anciens sites industriels, d'ouvrages d'art, de patrimoine industriel, le tourisme industriel et technique finit par en étonner plus d'un.

 

Histoire de Son s'intéresse aussi à cet « objet de tourisme » en proposant dans ses médias de visite la découverte d'entreprises innovantes et les témoignages sonores des entrepreneurs.

Voici deux exemples finistériens issus du panorama sonore « Dans le sillage des voix d'Iroise »

 

  • Sabella qui fabrique des hydroliennes

 

 

 

  • Algues et Mer qui cultive des algues et fabrique des produits cosmétiques à base d'algues

 

 

A quoi sert le tourisme industriel et technique ?

 

 

Et bien déjà, ça marche, tout simplement ! Les entreprises qui ont osé ouvrir leurs portes et exposer leurs savoir-faire s'en félicitent souvent. Le parfumeur Fragonard dont l'usine et le laboratoire ont accueilli près d'un million de visiteurs en 2012 ou encore la cave de Gan Jurançon (230 000), la confiserie des Hautes-Vosges (190 000)*.

Les sites et ouvrages techniques attirent aussi énormément les curieux (le viaduc de Millau 300 000 visiteurs en 2012). Ce qui amène parfois les collectivités à aménager parkings et parcours d'interprétation, voire des bâtiments d'accueil du public.

On estime à environ 20 millions chaque année le nombre de touristes qui visitent quelques 1500 entreprises, musées techniques ou sites du patrimoine industriel. Même si on peut difficilement les évaluer précisément, il y a forcément des retombées économiques : achats de produits ou souvenirs, de guides de visites, paiement d'une visite guidée si elle est proposée, restauration voire hébergement, etc.

La région Rhône Alpes l'a si bien compris qu'elle a même créé un réseau nanti d'un portail internet spécifique : Tistra

D'autres régions ont au moins édité leur guide papier par le biais du Centre de Culture Scientifique, Technique et Industriel (CCSTI) comme en Midi Pyrénées.

 

Le développement du tourisme industriel et technique a donc pour objectif majeur la dynamisation économique d'une région parfois durement frappée par la désindustrialisation.

Mais il permet aussi la conservation d'un patrimoine bâti quand il conduit à transformer un site industriel pour en faire un lieu de culture : les musées miniers reconstituent ou donnent accès aux galeries qui ne sont plus exploitées, les musées du tissage s'installent dans d'anciennes filatures, etc.

 

Revalorisation physique et symbolique du patrimoine industriel

 

Dans son article sur le patrimoine industriel, le tourisme et le développement durable pour la revue Teoros, Mathieu Dormaels souligne que la rénovation des bâtiments industriels se fait sur des critères très éloignés de ceux qui ont présidé à leur construction ; cette fois, il ne s'agit plus de produire en masse, quitte à sacrifier le social et l'environnement. C'est l'inverse : l'amélioration des conditions de vie, la récupération des espaces naturels sont les valeurs motrices de cette deuxième vie des usines.

Mathieu Dormaels fait remarquer que c'est aussi une question symbolique pour des communautés qui ont souffert de la fermeture des usines, de la fin d'une époque industrielle. Il s'agit alors de « restaurer son image », de retrouver la fierté perdue en développant une nouvelle attractivité et en rénovant les bâtiments symboles de cette souffrance.

 

*chiffres de l'association pour la visite d'entreprise qui propose aussi le site entreprise et découverte

 

Autres références

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/74/38/18/PDF/ARTICLE_BAIA_MARE_DEF.pdf

 

 

 

 

Voir les commentaires

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

17 Février 2014, 11:25am

Publié par véronique muzeau

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

Un petit mot de JocondeLab le site internet que vient de lancer le ministère de la Culture et de la Communication pour rendre plus accessibles les ressources culturelles, en l'occurrence les œuvres d'art.

 

L'art pour de nouveaux publics

 

L'objectif est bien de toucher de nouveaux publics (les plus jeunes ?). Le multilinguisme du site permettra aussi d'élargir l'audience puisque les 300 000 notices illustrées sorties des catalogues des musées de France sont traduites en 14 langues (y compris quelques langues régionales).

 

La culture par de nouveaux publics

 

Mais qu'est ce qui rend JocondeLab si moderne par rapport au portail Joconde plus traditionnel ? Et bien, voilà les grands mots : web sémantique, web 3.0. Un web enfin organisé qui permet de relier entre eux les contenus dispersés sur internet et donc de les rendre plus visibles, et d'augmenter l'efficacité des recherches de l'internaute. Dans le cas de JocondeLab, il s'agit d'associer les notices « classiques » des œuvres et des artistes avec les données de l'encyclopédie en ligne wikipédia.

 

Le sacre de wikipédia et du collaboratif

 

Et c'est là qu'on en arrive au collaboratif : les visiteurs du site JocondeLab peuvent participer à une expérimentation d'enrichissement du contenu des notices. Bon, il ne s'agit encore que d'expérimentation... Mais c'est un signe : un jour, les professionnels de la culture et du patrimoine ne seront plus les seuls producteurs de contenu légitimes.

 

Rapprochement des professionnels et du public

 

En attendant que « la base » accède aux hautes sphères culturelles, envisageons un rapprochement du haut vers le bas que m'évoque l'intitulé de ce colloque : le conservateur du patrimoine, acteur de l'éducation artistique et culturelle. On l'oublie souvent, mais le conservateur est d'abord un super-médiateur. Bien sûr, c'est lui qui maîtrise le développement des outils de médiation de son établissement ou de sa ville d'art et d'histoire. Mais grâce aux technologies numériques, il peut aussi transmettre directement son savoir au public. Quoi de plus gratifiant qu'une visite guidée d'un musée par son conservateur, même si c'est par le biais d'une interview insérée dans un guide numérique ?

Sans oublier le dialogue direct que permettent les réseaux sociaux, grâce auxquels les conservateurs avisés sortent de la tour d'ivoire dans laquelle on les imagine trop souvent.

Voir les commentaires

Le festival Longueur d'ondes à Brest

11 Février 2014, 09:28am

Publié par véronique muzeau

Le festival Longueur d'ondes à Brest

Le salon de la radio se termine ce soir à Paris et, à Brest, le festival de la radio et de l'écoute Longueur d'Ondes s'ouvre aujourd'hui. D'un côté, la radio comme média et le son comme outil marketing, de l'autre, l'audio comme support de culture, d'art et d'imagination.

 

A Brest en effet, on explore à fond l'essence et le contenu du son : création sonore, carte blanche à des comédiens ou chanteurs (Jacques Gamblin, Barbara Carlotti), témoignages de journalistes radio, enregistrements d'émissions en direct, séances d'écoute de documentaires ou d'oeuvres sonores, ateliers radio et conférences. La motivation première de Longueur d'ondes, c'est bien la culture. Et le partenaire phare du festival, c'est Radio France.

 

Un festival qui travaille le son toute l'année

 

Le Festival dure jusqu'au 16 février mais l'aventure de l'audio à Brest continue toute l'année avec  :

  • OUSOPO (OUvroir de SOnorités POtentielles) qui permet de réécouter des œuvres sonores diffusées pendant le festival,

  • OUFIPO (OUvroir de FInistérités Potentielles), une plateforme de contenus sonores culturels sur internet. C'est un projet qui vit toute l'année grâce à des bénévoles passionnés de son que l'association Longueur d'ondes se propose de former. C'est un outil de lien social pour les Brestois et un outil de valorisation pour les différentes structures. OUFIPO permet aussi bien de diffuser des conférences que de mettre en avant les richesses culturelles ou les personnes ressources locales.

 

 

Voir les commentaires

Un salon pour toutes les radios

7 Février 2014, 10:31am

Publié par véronique muzeau

Un salon pour toutes les radios

Février est décidément le mois du son et de la radio :

alors que la semaine du son se termine,

alors que le festival Longueur d'ondes de Brest, plutôt centré sur la création sonore, commence lundi,

voici le salon de la radio, du 9 au 11 février 2014, à Paris.

 

Le salon a le mérite de s'adresser à toutes les catégories de la radio de A à E : associatives, privées indépendantes, réseaux musicaux, et généralistes. Le programme fait donc la part belle à la stratégie marketing et commerciale, à la technique et au matériel. Des domaines qui concernent la majorité des exposants du salon ; on notera au passage la part croissante du numérique : logiciels de diffusion, de gestion de programmes ou de montage, mais aussi logiciels de création d'applications mobiles ou plateformes de création de webradios.

C'est certain, en matière de fonctionnement comme d'usages, la radio vit une révolution. Il est loin le temps où on pouvait seulement suivre son émission favorite à heure fixe, dans sa salle de bain, sa cuisine, à la rigueur dans sa voiture. Aujourd'hui, chacun peut se fabriquer un programme sur mesure en téléchargeant les émissions et les écouter à tout moment en tout lieu sur son smartphone. Le terme de baladodiffusion résume assez bien la situation. Quant aux webradios, elles permettent une telle variété des offres qu'on se demande s'il n'y a pas finalement en ce monde une webradio par auditeur...

Plus de la moitié des ateliers et conférences proposés au salon de la radio touche de près au digital : stratégie internet, transmédia et radio, financement participatif d'une webradio, définition des programmes les plus adaptés aux smartphones, RNT (radio numérique terrestre)...

Il y a tout de même quelques rendez-vous consacrés à la réflexion sur les contenus : les réseaux sociaux comme source d'information, être journaliste, est-ce plus que deux minutes d'intervention ? Les règles et évolutions du métier de grand reporter radio, comment engager ses auditeurs.

 

 

Voir les commentaires

La semaine du son : oui à l'ouïe !

4 Février 2014, 11:55am

Publié par véronique muzeau

Le son donne vie aux images et c'est finalement lui qui impose le sens

Le son donne vie aux images et c'est finalement lui qui impose le sens

Il suffit de regarder une vidéo muette pour réaliser à quel point le son est fondamental dans notre vie ! Et c'est bien sûr la conviction d' Histoire de Son...

Création sonore, ateliers techniques, séances d'écoute, prévention des nuisances et des troubles de l'audition, la semaine du son nous propose de reprendre conscience d'un sens si évident qu'on l'oublie : l'ouïe !

 

Le son comme art

Forcément, il y a cette semaine de nombreux concerts et spectacles sonores mais aussi de nombreuses installations, performances ou parcours audio, un atelier de dessins sonores à Poitiers, un homme sonore (human beat box) à Angers, et même un « banquet de l'ouïe » à Brumath (Alsace) qui mêle dégustation savoureuse et paysage sonore. L'image s'en mêle souvent car les artistes du son sont aussi vidéastes....

 

Le son comme technique

Beaucoup de conférences sur la physique du son ou des ateliers pour découvrir les dernières nouveautés en matière de synthèse vocale, de diffusion, d'enregistrement, de logiciels de montage, mixage ou traitement de son, des visites de studio ou des portes-ouvertes de magasins de Hifi.

 

Le son comme jeu

Des jeux d'écoute, ateliers ludiques autour du bruitage ou de la création sonore, des quizz sonores.

 

Le son comme sensation

Le son est une vibration : on vous propose un massage sonore à Saou dans la Drôme ou une conférence sur ce que le bébé entend avant sa naissance au Mans.

 

Le son comme support culturel

Des balades sonores et des écoutes de documentaires sonores ou d'archives du patrimoine oral.

 

Le son comme outil marketing

Avec cette conférence sur la communication sonore des marques et des entreprises (Auxerre).

 

Le son comme élément de notre environnement

Et là, ça va des séances d'écoute des bruits de la ville in situ, aux interventions scolaires de prévention des risques auditifs (Alençon) en passant par les conférences sur l'acoustique dans l'architecture (Grenoble) ou la présentation de prothèses auditives !

 

Voir les commentaires