Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Off-line : fermeture de notre blog

1 Novembre 2018, 12:23pm

Publié par véronique muzeau

Off-line : fermeture de notre blog

Après la fermeture de notre activité, ce blog s'arrête ici. Tous curieux conserve pour l'instant sa page Facebook consacrée à la médiation culturelle et scientifique et à la valorisation des patrimoines par le numérique. Le compte Twitter d' Histoire de son continuera à vous faire partager sa veille autour de la production sonore et de l'univers de l'audio.

 

Depuis 2011, nous avons pris grand plaisir à réaliser des contenus audio ou des formations pour les musées, établissements culturels ou sites du patrimoine naturel. Nous avons travaillé pour des organismes aussi variés que Mission Val de Loire, l'ONF (Office national des forêts) de Fontainebleau, le musée des antiques Saint-Raymond de Toulouse, le musée des beaux-arts de Quimper, l'Historial de Péronne/Thiepval, l'écomusée des goémoniers de Plouguerneau, le musée Georges Borias d'Uzès, le château du Taureau en baie de Morlaix, le Parc naturel régional d'Armorique, le Parc naturel marin d'Iroise, l'écomusée des monts d'Arrée, les offices de tourisme de Montmorency et de Wangenbourg-Engenthal...

L'audio, média spécifique mais séduisant

À chaque fois, nous avions le souci d'offrir qualité et originalité. Parce que les audio-guides classiques nous semblaient standardisés et peu attractifs voire ennuyeux, nous avons proposé à nos clients d'autres types de contenus : des interviews de leurs médiateurs, de chercheurs et des acteurs de leurs territoire, des captations d'ambiances sonores ... Nous restons convaincu que l'audio est un média de transmission et de médiation tout à fait efficace s'il est adapté aux spécificités de l'écoute, notamment nomade. On n'écrit pas pour l'audio comme on écrit pour un cartel d'exposition ; on ne propose pas à l'écoute le même contenu que ce qu'on présente sur son site internet ou sur un panneau d'interprétation.

Même s'il est d'un maniement délicat, le contenu audio peut tout à fait séduire et trouver sa place dans les outils de médiation culturelle ou de communication d'un organisme quel qu'il soit. A fortiori si c'est un établissement culturel qui a forcément beaucoup de contenu passionnant à transmettre ! L'essor récent des podcasts, livres audio, immersions en son spatialisé ou binaural témoigne de cet intérêt du public pour le son. Même si nous avons aussi réalisé des contenus vidéo ou écrits, nous avons toujours gardé le cap vers la production sonore et nous continuerons à vous faire découvrir la richesse de cet univers sur notre compte Twitter.

La médiation culturelle à l'ère numérique

L'arrivée des smartphones a de fait révolutionné les rapports entre les institutions culturelles et scientifiques et leurs publics. Les outils numériques en général, les réseaux sociaux numériques en particulier, ont orienté les échanges vers la réciprocité. Impossible désormais de "transmettre le savoir d'en-haut" sans se préoccuper de sa réception. La participation permanente des publics est à double tranchant. Elle apporte fraîcheur et diversité à la médiation mais elle incite certains acteurs à privilégier les outils au détriment du fond. Pendant ces sept années d'activité, nous nous sommes toujours efforcés d'attirer l'attention de nos partenaires sur l'importance d'un contenu de qualité, ce qui suppose aussi son accessibilité : intégrer les empêchements ou les handicaps des visiteurs est primordial si on veut vraiment les toucher et transmettre. Un langage trop complexe, un trop-plein d'informations sont aussi des défauts, au même titre qu'une pauvreté ou une mièvrerie du message. Nous n'avons cessé de le répéter.

L'essor de la médiation culturelle numérique, comme dans d'autres secteurs économiques, a cependant tendance à concentrer la production vers de gros opérateurs. Les artisans comme nous ont bien du mal à trouver leur place. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons renoncé : les marchés publics restent trop fermés aux petits acteurs. Répondre à un appel d'offres demande du temps et le résultat est bien trop aléatoire. De ce fait, le risque d'industrialisation et de standardisation des contenus reste très présent. Il est important que les maîtres d'ouvrage (musées ou autres) en aient conscience.
Nous continuerons cependant à signaler les débats cruciaux et les initiatives réjouissantes dans ce domaine sur notre page Facebook.

Nos nouvelles activités restent orientées vers le son et le numérique, vous pouvez nous retrouver notamment sur Radio Évasion, radio associative finistérienne de qualité, et Dixitoo, entreprise de conception et animation de sites internet.

 

 

Commenter cet article