Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le Patrimoine culturel accessible à tous avec Histoire de Son

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

17 Février 2014, 11:25am

Publié par véronique muzeau

Professionnels du patrimoine et publics rapprochés par le numérique

Un petit mot de JocondeLab le site internet que vient de lancer le ministère de la Culture et de la Communication pour rendre plus accessibles les ressources culturelles, en l'occurrence les œuvres d'art.

 

L'art pour de nouveaux publics

 

L'objectif est bien de toucher de nouveaux publics (les plus jeunes ?). Le multilinguisme du site permettra aussi d'élargir l'audience puisque les 300 000 notices illustrées sorties des catalogues des musées de France sont traduites en 14 langues (y compris quelques langues régionales).

 

La culture par de nouveaux publics

 

Mais qu'est ce qui rend JocondeLab si moderne par rapport au portail Joconde plus traditionnel ? Et bien, voilà les grands mots : web sémantique, web 3.0. Un web enfin organisé qui permet de relier entre eux les contenus dispersés sur internet et donc de les rendre plus visibles, et d'augmenter l'efficacité des recherches de l'internaute. Dans le cas de JocondeLab, il s'agit d'associer les notices « classiques » des œuvres et des artistes avec les données de l'encyclopédie en ligne wikipédia.

 

Le sacre de wikipédia et du collaboratif

 

Et c'est là qu'on en arrive au collaboratif : les visiteurs du site JocondeLab peuvent participer à une expérimentation d'enrichissement du contenu des notices. Bon, il ne s'agit encore que d'expérimentation... Mais c'est un signe : un jour, les professionnels de la culture et du patrimoine ne seront plus les seuls producteurs de contenu légitimes.

 

Rapprochement des professionnels et du public

 

En attendant que « la base » accède aux hautes sphères culturelles, envisageons un rapprochement du haut vers le bas que m'évoque l'intitulé de ce colloque : le conservateur du patrimoine, acteur de l'éducation artistique et culturelle. On l'oublie souvent, mais le conservateur est d'abord un super-médiateur. Bien sûr, c'est lui qui maîtrise le développement des outils de médiation de son établissement ou de sa ville d'art et d'histoire. Mais grâce aux technologies numériques, il peut aussi transmettre directement son savoir au public. Quoi de plus gratifiant qu'une visite guidée d'un musée par son conservateur, même si c'est par le biais d'une interview insérée dans un guide numérique ?

Sans oublier le dialogue direct que permettent les réseaux sociaux, grâce auxquels les conservateurs avisés sortent de la tour d'ivoire dans laquelle on les imagine trop souvent.

Commenter cet article